Savoir-faire / Technique du mouillage cul à quai en Méditerranée

Marina d'Hydra en Grèce © C.Fernbach

En Méditerranée, les pontons et les catways se font rares. Le plus souvent, les bateaux sont amarrés culs à quai et l'étrave est maintenue par une pendille. Mais si le port n'est pas équipé de pendilles c'est votre mouillage qui maintiendra l'étrave du bateau en place, on appelle cela le mouillage méditerranéen ou mouillage cul à quai.


Le pourquoi du comment du mouillage méditerranéen

Ce type d'amarrage est un hybride entre le mouillage sur ancre et l'amarrage à quai. Il n'est envisageable que dans les zones sans marnage ainsi cette pratique est particulièrement répandue en Méditerranée occidentale et orientale.

Dans les ports très fréquentés, mais offrant peu d'infrastructure aux visiteurs de passage, le mouillage cul à quai permet d'optimiser le nombre de bateaux amarrés. De plus, ce type d'amarrage permet d'éviter les effets de roulis lorsque d'autres bateaux passent à proximité.

Principe du mouillage méditerranéen

Le principe est assez simple à décrire, il s'agit de jeter l'ancre au milieu du port, de culer jusqu'au quai et de s'y amarrer.

En pratique, il faudra avoir une bonne connaissance de la manoeuvrabilité du bateau en marche arrière, de son comportement avec du vent de travers et savoir comment amener les amarres du bateau à quai.

Trucs et astuces : Si c'est un bateau de location, n'hésitez pas à faire une première (une deuxième, voire une troisième) approche afin de vous familiariser avec la manœuvrabilité et le fardage.

Trucs et astuces : Un bateau est souvent sensible au pas de l'hélice : lorsqu'on va enclencher la marche arrière, la poupe partira à bâbord ou à tribord (et la proue évidemment à l'opposé). Il faut se servir de l'effet de pas de l'hélice pour réussir la première phase d'approche. 

Comment s'y prendre pour réussir le mouillage cul à quai ?

Il faut observer la place que vous désirez occuper pour préparer l'amarrage adéquat. Essayer de voir si vous avez affaire à des anneaux scellés sur les parois du quai ou des bites d'amarrage. Y a-t-il d'autres bateaux ? Quelle est la hauteur d'eau ? Est-ce qu'il y a un marin sur le quai pour prendre vos amarres ?

Préparation du bateau

  • Tout d'abord, préparer le bateau avec suffisamment de pare-battages pour protéger le tableau arrière, c'est eux qui s'appuieront contre le quai. Si vous devez prendre place à côté d'un autre bateau, vous habillerez aussi vos bordés de défenses.
  • Préparez au minimum deux aussières arrière, assurez-vous qu'elles passent du bon côté des balcons et qu'elles sont suffisamment longues pour les passer en double.
  • Le mouillage doit être prêt à servir : le guindeau alimenté au tableau électrique, l'éventuelle télécommande branchée, la sécurité de l'ancre enlevée. Un petit test de descente de l'ancre sur quelques centimètres n'est pas superflu.
  • Pour faciliter la manoeuvre, l'idéal est d'être 3 équipiers : le premier à l'avant pour le mouillage, le second à la barre et au moteur et le troisième pour les amarres à quai.

À quelle distance du quai mouiller l'ancre ?

Il est difficile de donner une distance au quai correspondant à tous les cas de figure. La bonne longueur de mouillage dépend de la profondeur, du type de fond, du fardage et du poids du bateau, mais aussi du mouillage disponible et évidemment des conditions météo. Disons que si l'on mouille 4 longueurs de bateau on pourra passer une nuit sereine. Mais, si le vent est prévu forcissant, n'hésitez pas mouiller plus long.

Méthode pas à pas

1 - Repérez l'endroit où vous allez mouiller l'ancre. Votre mouillage doit former une perpendiculaire avec le quai, c'est la meilleure garantie pour éviter que les chaines de mouillages des différents bateaux ne se croisent. Une fois que vous avez déterminé où vous voulez déposer l'ancre, faites une approche lente et avancez un peu au-delà de l'endroit où vous souhaitez jeter l'ancre.

Mouillez l'ancre suffisamment loin du quai (en fonction des différents paramètres)

2 - Enclenchez la marche arrière, il y a une certaine inertie avant de commencer à reculer. Prenez donc un repère et dès les premiers instants où vous constatez que le bateau cule, il est temps de laisser filer l'ancre. Conservez suffisamment de vitesse pour être manoeuvrant et maintenir le bateau dans l'axe, l'équipier d'avant doit ajuster l'écoulement de la chaine.

Laissez filer l'ancre tout en faisant marche arrière jusqu'à être à proximité du quai

3 - À quelques mètres du quai, ralentissez votre marche arrière et la descente de chaine afin d'arriver cul à quai presque arrêté. Avec certains bateaux, on pourra maintenir le bateau contre le quai avec un léger appui de la marche arrière, ce qui facilitera la descente d'un équipier pour passer les aussières.

Passez les amarres à quai, réglez la distance et tendez le mouillage et les aussières

4 - Une fois les amarres en place, il ne reste plus qu'à ajuster la distance au quai, et reprendre la tension de chaine pour tendre les aussières.

Voilà, la manoeuvre est réussie ! Admettons que c'est souvent plus simple à décrire qu'à faire. Un bateau au pas d'hélice important ou un vent de travers pourront ruiner votre trajectoire en marche arrière, mais avec un peu d'entrainement cette manoeuvre se révèle accessible au plus grand nombre.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Jf Charles - 1 mois
Reprendre la tension de chaine pour tendre les aussieres = le meilleur moyen de faire déraper l'ancre !
Eric Duriez - 1 mois
Si elle dérape, c'est qu'il n'y a pas assez de chaine.
Guy Capra - 1 mois
Dans les ports, la pendille est célèbre pour salir les pantalons... Mais heureusement que je suis là :) =>
________ Nauticaerium: Pendillon

________ Nauticaerium: Pendillon

www.pendillon.com
Ajouter un commentaire...