Hors-Série Joint tournant PSS, l'assurance de zéro fuite


Le joint tournant mécanique est la solution la plus sure pour l'étanchéité de l'arbre d'hélice. Le joint PSS avec des pièces au fort échantillonnage et ne déformant pas à la chaleur reste la Rolls dans cette catégorie.

3 familles de joints d'arbre

Sur un bateau avec un arbre d'hélice, que ce soit un bateau à moteur ou un voilier, se pose le problème de l'étanchéité de cet arbre. Le fameux "presse-étoupe". Il existe 3 familles de joints pour résoudre ce problème.

Historiquement, c'est le presse-étoupe qui a été mis au point. Il s'agit de deux pièces métalliques qui pressent de l'étoupe pour assurer l'étanchéité autour de l'arbre. Avec la rotation de l'arbre, l'étoupe s'use et l'étanchéité n'est pas parfaite. Un bon marin a toujours un œil sur son presse-étoupe pour le régler aux petits oignons et limiter la fuite.

Sont ensuite apparus les joints à lèvre. Des lèvres en matière plastique viennent assurer l'étanchéité autour de l'arbre. Cela fonctionne bien si le joint est neuf, mais avec le temps, le joint s'use (ou parfois même l'arbre). En plus, ce type de joint a tendance à chauffer avec le frottement.

Les joints mécaniques, les plus efficaces

On trouve enfin la troisième famille : les joints mécaniques. Le PSS fabriqué par SeaView en est le parfait exemple. Ce joint n'a aucune friction sur l'arbre. L'étanchéité se fait entre un rotor (pièce qui tourne, fixée sur l'arbre d'hélice) et un stator (pièce immobile fixée sur l'étambot). Le rotor est en inox et le stator en carbone. Les faces en contact sont glacées (poli miroir).

Le stator est tenu en appui sur le rotor par un soufflet qui maintient une légère compression. Ce soufflet absorbe aussi les mouvements du moteur quand on manœuvre (passage de marche avant à arrière, mouvement dans les vagues…).

Joint PSS

Aucun entretien requit

Totalement étanche, ce type de joint ne laisse pas passer la moindre goutte d'eau. Après une période de rodage les 3 premières heures d'utilisation, le joint assure un autoglaçage par la suite. Le joint ne demande aucun entretien. Seul, le soufflet construit dans une sorte de caoutchouc risque de vieillir et de perdre de l'élasticité avec le temps. Le fabricant conseille de le changer tous les 6 ou 7 ans. Sinon ce joint qui ne s'use pas peut durer même avec une grosse utilisation du moteur.

Disponible pour toutes les tailles d'arbres

Le joint PSS est disponible pour les arbres de 20 à 150 mm de diamètre (une gamme avec des côtes en pouces est aussi disponible). Ce type de joint est largement utilisé sur de nombreux bateaux dans le monde professionnel (SNSM, militaire…) ou de la plaisance (Azimut, Ferreti, Monte-Carlo Yachts, Hanse, Dufour, Alubat…).

Reportage : Sommaire Hors-série mécanique

Autoprop, l'hélice dont le pas s'adapte automatiquement !

Spurs, le seul coupe orin qui coupe vraiment !

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...


Hors-Série Motoristes et mécanique marine
A lire aussi sur Bateaux.com