Candela Seven, le dayboat électrique à foil qui atteint les 30 nœuds

L'entreprise Candela Seven Boats basée à Lidingö, en Suède, commercialise depuis fin 2018 le Candela Seven, un bateau électrique à foil de 7,5 m de long. Le constructeur annonce des performances similaires à celle d'un bateau à moteur thermique. L'avenir ?

"Un bateau de plaisance de 7,5 m de long consomme 12 à 18 fois plus de carburant qu'une berline familiale." C'est de ce constat qu'est partie l'entreprise suédoise Candela Seven Boats pour développer un bateau électrique, mais performant. En effet, la propulsion électrique à la réputation d'être peu performante et d'offrir une autonomie limitée.

Depuis 2015, le constructeur a donc travaillé pour trouver un moyen de fabriquer un bateau électrique efficient à la fois en autonomie et en vitesse. Fin 2016, le prototype développé réussissait à parcourir 50 milles à la vitesse de 25 nœuds ! "Une autonomie 4 fois plus élevée que les meilleurs bateaux électriques du marché actuel et proche, voire similaire, à celle d'un bateau à motorisation thermique de même taille", expliquait le chantier.

Fin 2018, l'entreprise lançait la production en série du Candela Seven, un bateau électrique de 7,5 m de long doté de foils permettant de réduire le frottement et donc d'économiser 50 % d'énergie.  

Pour se sustenter, le Candela Seven est pourvu de deux foils. Un foil unique à l'avant en forme de U baptisé "p" et un petit foil en T sur l'arrière. Les deux mâts du premier assurent la rigidité et la stabilité latérale de l'ensemble et sont reliés par une voile, partie horizontale du foil qui sustente le bateau.

Les foils offrent un mode spécial pour les eaux peu profondes, mais peuvent aussi être rétractés, notamment pour le remorquage et le stockage. Les foils avant se rétractent de manière verticale et le foil arrière se replie dans la plateforme de bain.

En plus d'un coût d'utilisation par miles inférieur de 95 % à celui d'un bateau à essence de même taille, le Candela Seven offre aussi des coûts de maintenance limitée.  

Concernant la navigation, le bateau une fois sustenté s'affranchit des vagues et navigue en silence. Il faudra tout de même atteindre la vitesse de 17 nœuds pour décoller. Un contrôleur de vol permet de contrôler le roulis et la stabilité du bateau, ainsi que les phases de sustentation et d'atterrissage qui sont réalisées de manière automatisée. Un écran de 12 pouces permet de visualiser toutes les données de navigation : vitesse, consommation, feux de navigation, pompe de cale, etc.

Le Candela Seven se recharge via une prise de courant standard — 230 V — ou 110 V en environ 12 heures. Avec un moteur de 50 kW, le chantier annonce une vitesse maximale de 30 nœuds, mais recommande de naviguer entre 19 et 23 nœuds pour rester efficient.

Pour gagner en légèreté et compenser le poids de la batterie — de 230 kg —, le constructeur a privilégié des matériaux de coque ultralégers en carbone. Avec un poids de coque — pourvue d'un step — de 180 kg et d'un pont de 60 kg, le bateau et tous ses équipements ne pèse que 1 000 kg. S'il est léger — un bateau en fibre de verre de même dimension pèse généralement 1 500 kg — il en sera aussi pus sensible aux impacts.

Le Candela Seven est proposé dans neuf couleurs différentes, dont trois couleurs standards que sont le bleu, le blanc et le gris. La sellerie est custom. En option, le bateau peut être équipé d'un bimini et vendu avec sa remorque. Le tarif de base est de 245 000 € HT avec une garantie de batterie de 8 ans.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...