Découverte / Le voilier Marie-Georgette, un courrier de l'île de Batz

Marie-Georgette

La Marie-Georgette voit le jour en 1947 sur l'île de Batz pour le transport de fret. Aujourd'hui, sa 4e vie est dédiée à la découverte des Côtes-d'Armor et de la navigation traditionnelle.

Transport de fret

Marie-Georgette est un cotre aurique en bois de 9 m de long construit en 1947 à Roscoff dans le Finistère. Elle doit son nom à la femme et la fille du premier propriétaire. Communément appelé "courrier", il servait au transport entre l'île de Batz — son lieu d'attache — et la terre, au cœur de la baie de Morlaix. Il transportait aussi bien des îliens désireux de se rendre à terre que du fret : pommes de terre, sable, goémon…

Navire de pêche

Après 20 ans de bons et loyaux services, la Marie-Georgette est dégrée et ses puissantes voiles sont remplacées par un moteur. On est alors dans les années 70 et le vieux gréement se transforme alors en navire de pêche et officie pour le compte d'un nouveau propriétaire. Officiant en rade de Brest, elle sert à lever les casiers et à la récolte des coquilles Saint-Jacques.

Bateau de plaisance

Dans les années 80, elle termine sa carrière abandonnée en rade de Brest. Elle est alors repérée par un nouveau propriétaire qui l'acquiert pour un franc symbolique. Après un long refit, la Marie-Georgette récupère son gréement aurique et entreprend une nouvelle vie de voilier de plaisance. À son bord, son nouvel acquéreur entreprend un long voyage le long des côtes atlantiques : Bretagne, Espagne et Portugal.

Voilier de balade

C'est finalement en 1989 que Pascal Jeusset, son actuel propriétaire la rachète. Pascal s'est d'abord essayé aux sorties en mer à bord d'un misainier et découvert une activité qui lui plait : le contact avec la mer et la nature, le partage avec le public… C'est ainsi qu'il décide de lancer son activité de balade et randonnée nautique en Bretagne.

La Marie-Georgette a retrouvé son état d'origine – coque creuse, grand-voile aurique à 4 côtés, deux voiles d'avant – foc et trinquette, un bout-dehors, et une flèche qu'il est possible de gréer au-dessus de la grand-voile. En 2010/2012, elle subit d'ailleurs un grand chantier de remise en état ; 80 % de sa coque est changé.

Son nouveau port d'attache ? Plougrescant, dans les Côtes-d'Armor.

À son bord, il organise des balades en mer et embarque 10 personnes à la journée. Découverte de la navigation traditionnelle, pêche à la traine et au casier, maniement de voiles, lecture des cartes… sont les activités qu'il propose. Mais ce qu'il aime avant tout, c'est de pouvoir passer une bonne journée en mer, de faire découvrir ces paysages rocailleux qu'il aime tant à bord de ce bateau très marin.

"J'ai fait 30 saisons à son bord et on s'en est toujours bien tiré. Même si elle compliquée, on s'entend bien", conclut Pascal.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...