MENUBateaux.com
Magazine de la plaisance
SE CONNECTER

Aérosail, un voilier dirigeable

Stéphane Rousson est un aérocéanaute qui est en train de mettre au point un voilier dirigeable, l'Aérosail et a pour but de tester son projet lors d'une traversée de 200 km entre Nice et Calvi. Découverte d'un ambitieux projet aux vertus écologiques dans une interview réalisée par Bateaux.com.

Le

L'Aérosail est projet qui consiste à réaliser un véhicule maritime innovant, propre, silencieux et performant. Cette innovation permet de piloter un ballon dirigeable à la manière d'un voilier, en utilisant le vent comme unique moyen de propulsion, tout en restant à une dizaine de mètres au-dessus des flots. L'Aérosail est un ballon dirigeable relié à une dérive stabilisée sur 3 axes (Seaglider) permettant au ballon de naviguer comme un voilier des airs. Le Seaglider est l'équivalent de la "dérive" du voilier, le câble reliant le Seaglider au ballon sert de mât et le ballon de voile.

Stéphane, pouvez-vous nous parler de votre projet, l'Aérosail ?

Ce projet repose sur le principe du voilier tout simplement, on n'a rien inventé. On a choisi de se tourner vers les hydrofoils, c'est-à-dire des dérives portantes, qui vont permettre d'avoir, soit une meilleure tenue à la remontée au vent soit de faire sortir les coques hors d'eau au maximum. L'idée est de diminuer les traînées sur l'eau, notamment des poids et des frottements pour aller plus vite. Il existe d’ailleurs deux modèles de bateaux qui reposent sur ce concept, l'Hydroptère d'Alain Thébault et l'Hydrosail qui a battu le record du monde vitesse en allant à 70 nœuds. Nous notre concept ressemble plus à celui du Sail Rocket, sauf qu'on est en ballon dirigeable, qui met en opposition la force qui est dans l'eau et la force qui est dans l'air. C'est un équilibre très compliqué à trouver, mais une fois qu'on l'a trouvé on va très très vite, car on maximise tous les efforts.

Ça fait 10 ans que je travaille sur le projet de l'Aérosail. Il y avait eu un vol d'essai réalisé par Nicolas Hulot et Gérard Feldzer en 1993 avec un ballon dirigeable couplé à un hydrofoil sur une ligne droite. Sauf qu'en mer il est important de naviguer et de choisir sa route par rapport au vent. Je me suis donc penché sur le projet en 2003 et j'ai fait mon 1er vol d'essai en 2007. Entre 2007 et 2014 il a fallu trouver la solution qui nous permette de naviguer autrement que sur une ligne droite.

Actuellement, je suis dans la phase d'essais où j'ai fait un premier vol test pour vérifier le matériel et la fonction du matériel. On a pu avec des ingénieurs aérodynamiciens et hydronamiciens schématiser les efforts en jeu et vérifier que sur le papier ça fonctionne. Malheureusement, lors de mon essai il a manqué le vent pour tout validé donc je relance une nouvelle campagne d'essais au mois de mars/avril qui sera beaucoup plus longue et sur laquelle on va valider la partie navigation. Si tout se passe bien on réalisera la traversée dans la foulée, sinon on attendra septembre ou octobre. Cette démonstration permettra de prouver qu'on est capable de traverser, sur une dizaine d'heures avec un vent de l'ordre de 5 à 10 nœuds et de montrer qu'on va plus vite que le vent.

Sur quelle technologie repose l'Aérosail ?

Ce qu'il y a dans l'eau correspond à la dérive du bateau, le câble c'est le mât et le ballon c'est la voile. Techniquement, c'est un peu le principe du voilier ou on a mis hors d'eau tout ce qui pesait lourd. On a mis tout en l'air, car les frottements sont moindres, mais aujourd'hui j'ai un peu dépassé ce stade et le pilotage s'apparente plus à celui du kitesurf que celui du voilier.

Quel est le but de ce projet ? De réaliser votre traversée ?

Quand on travaille sur de l'innovation pure, les gens se demandent pourquoi on le fait. Expliquer la technique c'est trop compliqué donc il faut réaliser quelque chose pour que les gens puissent se projeter. En réalisant une traversée entre Nice et Calvi, on va montrer que le principe de l'Aérosail fonctionne et que demain on pourra concevoir des machines beaucoup plus grosses pour embarquer des passagers. Les gens vont comprendre l'intérêt du projet qui va nous permettre de trouver des solutions pour naviguer, d'aller plus vite en ne consommant rien en matière de carburant, d'avoir des vols confortables et qui va permettre de transporter des passagers.

Cherchez-vous à créer un nouveau moyen de transport ?

Pas forcément, il existe déjà des ballons dirigeables chez Zeppelin ou Goodyear qui transportent une vingtaine de personnes. L'idée c'est de dire qu'avec des traversées maritimes réalisées en ballon, on peut couper les moteurs et utiliser uniquement le vent pour pouvoir naviguer. Pour schématiser, le but c'est d'améliorer des moyens de transport existants.

Votre projet recouvre également une dimension écologique ?

Oui dans tous les projets que je fais l'idée et de dire qu'on est tous capable aujourd'hui d'apporter des solutions écologiques qui fonctionnent. Il est important d'avoir une logique écologique quand elle est faisable.

Vous avez partenaires qui vous appuient sur ce projet ?

Beaucoup de petites PME me soutiennent depuis des années, que ce soit dans le monde du nautisme, dans le domaine du tissu technique… Pas mal de partenaires m'aident à développer le projet, mais pas de gros partenaires. Red Bull a jeté un œil sur le projet, mais pour l'instant ils ne sont pas encore partenaires. On cherche des partenaires qui aiment l'innovation et qui peuvent nous rejoindre. Tout sera sur le site, ils peuvent suivre les essais.

Comment financez-vous vos recherches ?

Avec des bouts de ficelle, c'est un peu la galère. C'est des petits boulots à côté et je finance ça comme je peux. C'est beaucoup de travail. J'ai beaucoup d'entreprises qui me donnent du matériel donc ça, c'est déjà énorme. Le reste c'est de l'humain. J'ai des bénévoles qui m'aident quand c'est nécessaire, et puis le reste c'est du travail… Une centaine de personnes croient à ce projet et permettent de rassembler de l'argent, mais aussi des connaissances (ingénieurs…). Je ne suis pas tout seul, on doit être plus de 200 personnes. Un partenariat nous permettrait de payer et de financer une belle équipe pour aller plus loin dans nos recherches et faire des ballons plus gros.

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...

Stephane Rousson 15 Novembre 2014
merci Bateaux.com pour le soutien au projet Aérosail

Recevoir l'actualité par email avec Bateaux Hebdo

Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter RECEVOIR BATEAUX HEBDO

Suivre l'actualité
du nautisme et de la mer
Recevoir l'actualité nautique gratuitement RECEVOIR BATEAUX HEBDO