Renault Captur revient sur ses pas !

Après avoir annoncé dans la nuit de dimanche à lundi un problème de safran délaminé, et suite à une tentative de réparation, l'équipage décide de se dérouter vers la Nouvelle-Zélande.

Jörg Riechers et Sébastien Audigane ont bien tenté de réparer ce safran par deux fois, une chaussette de carbone venant recouvrir toute la pelle endommagée. Seulement à haute vitesse, le bateau n'était plus contrôlable. La décision de se dérouter est devenue la plus sage.

Dans un message envoyé le 18 février vers midi, Sébastien Audigane a rappelé qu’ils avaient pensé poursuivre jusqu’au cap Horn pour assurer leur quatrième place de la course. Mais des mauvaises conditions, 30-35 nœuds de vent et une mer formée ont rendu Renault Captur à nouveau incontrôlable, "limite en vrac" avec "le stress pesant de départ à l'abattée avec les conséquences que cela peut avoir".

D'autant plus que le problème du safran vient s'ajouter à un souci de quille révélé par le skipper français : " Outre ce problème de safran, nous avons aussi un problème récurrent avec notre quille et hier, en plus du manque de stabilité du bateau, nous avons dû bricoler pendant trois heures pour pouvoir gérer la quille après l'empannage, avec l'aide précieuse de Bruno (Behuret, de l’équipe technique de Renault Captur, Ndlr), au téléphone". Et Sébastien Audigane d’expliquer leur décision de se dérouter : "Après discussion avec l'équipe technique, il a fallu se rendre à l'évidence, pour la sécurité du bateau et de l'équipage, nous avons décidé de faire route vers la Nouvelle-Zélande que nous atteindrons dans trois jours environ. Pendant ce temps, nous cherchons des solutions afin de reconstruire ce safran tribord. Nous n'abandonnons pas, nous allons essayer de réparer. Il est évident que cette décision est difficile à prendre, mais il s'agit d'une question de sécurité des hommes et du bateau. Fort de mes expériences passées dans ces mers et sur différents bateaux, il me parait totalement inconscient de continuer avec un bateau sans une direction fiable et précise. Nous savons que pendant une partie de l'océan pacifique les secours sont très difficiles, voire inexistants. Nous ne voulons pas nous faire coincer au cap Horn, en bâbord avec un safran défectueux, dans une mer dégueulasse. Nous pensons également ne pas être à l'abri de casser le deuxième safran à cause des efforts importants qu'il subit dans ces conditions. Nous allons nous mettre à l'abri et réfléchir à comment repartir."

Le duo franco-germanique, quatrième de la course, se trouvait à environ 600 milles au sud-est de l’extrémité sud de la Nouvelle-Zélande, qu'ils espèrent atteindre dans 3 jours sans avoir encore défini précisément le port d'escale.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Volvo Ocean Race

Dongfeng remonte à la première place !

Un nouveau record de distance en 24 h sur la Volvo Ocean Race