Tricat 30, premières impressions après les premières navigations

Premiers bords pour le Tricat 30 tout juste mis à l'eau. Des essais tout temps qui ont permis de valider le bon comportement du trimaran.

Mis à l'eau en Février 2016, le Tricat 30 revient de quelques jours d'essais en haute mer. Antoine Houdet, responsable du chantier nous raconte son ressenti sur les premières navigations du plus gros trimaran jamais construit par le chantier.

Antoine Houdet : "Au cours de la construction, nous étions contents, car les visiteurs montraient déjà de l'enthousiasme à la visite du bateau. Restait à valider ses qualités nautiques et son ergonomie.

Et ce fut une belle surprise très agréable. Le bateau marche encore mieux que ce que nous avions espéré ! Il est très équilibré, accélère bien et surtout tourne dans un mouchoir de poche. Plus lourd que les autres modèles Tricat, il possède une plus grande inertie qui facilite les virements de bord. Avec le Tricat 30 difficile de faire un manque à virer ! Comme sur un monocoque.

Par rapport aux autres modèles, nous avons aussi augmenté le dièdre. A l'arrêt les 3 flotteurs touchent l'eau afin que le bateau reste stable au mouillage. Mais dès que l'on navigue, il se cale sur son flotteur sous le vent, à environ 7° de gîte. Le flotteur au vent reste bien dégagé et ne vient pas cogner dans la mer.

Nous avons dessiné le Tricat 30 pour un programme semi-hauturier : Scilly, Irlande, Espagne… C'est réussi, car il est très rigide et avec leurs gros volumes, les flotteurs n'enfournent jamais.

Côté performance, nous avons plusieurs fois dépassé 20 nœuds. A cette vitesse, le bateau reste très safe et pourrait même se barrer avec un pilote automatique. Et à notre avis, ce bateau en a encore sous le coude et pourra nous réserver de plus belles performances.

Ces navigations nous ont permis aussi de valider l'aménagement intérieur. Ainsi au chantier nous avions pu apprécier la vision depuis la cabine par les grands hublots latéraux. C'est encore plus appréciable avec la vue sur mer.

L'absence de dérive centrale – 2 dérives sabres sont installées sur les flotteurs NDLR – fait qu'il n'y a aucun bruit dans la cabine en navigation. Avec le peu de gîte, la vie à l'intérieur est très agréable.

Les couchettes sont confortables. Le cadre au-dessus de la couchette arrière servira plutôt pour stocker les affaires ou à servir de couchage d'appoint.

Après ce lancement réussit, tout va bien pour le chantier, car maintenant que le n°1 est livré, nous avons déjà en chantier le Tricat 30 n°2 qui doit être livré fin juillet en méditerranée."

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Emmanuel Bierne - 07 Juin 2016
je vais venir de Madagascar pour voir et essayer ce beau bateau
Ajouter un commentaire...
Reportage : Tricat

Le nouveau Tricat 30, confort et rapidité en croisière

Tricat 25, l'évolution d'un trimaran bien né

TRICAT recrute

Actualités de l'entreprise