Bateaux.com
Magazine du nautisme, de la plaisance et de la mer

SNSM de Bonifacio, découverte d’une équipe de jeunes sauveteurs

C’est l’histoire d’un canot tous temps qui pourrait arborer le pavillon pirate comme son homonyme, l’aviso de la Marine nationale. Mais il est rouge et vert aux couleurs de la SNSM. Le Capitaine de Vaisseau L'Herminier II est basé à Bonifacio.

Le
Vincent et Arnaud, équipiers sur le SNS 063

Non, pas de "Jolly Roger" à bord, répond Arnaud en rigolant, le nom du canot rend hommage à Jean L'Herminier, commandant du sous-marin Casabianca qui participa à la libération de la Corse en débarquant le 13 septembre 1943 les 109 premiers soldats français, à Ajaccio, première ville libérée de France métropolitaine.

Lorsque le Casablanca échappe à l’armée allemande à Toulon pour rejoindre l'Afrique du Nord, il n’a pas de pavillons français à bord, seulement un drapeau avec l’emblème de la piraterie, une tête-de-mort et deux tibias entre croisés. C’est ainsi qu’est née une légende.

Arnaud, plongeur, titulaire d’un Certificat d’aptitude à l’hyperbare Mention B classe 0, est un des cinq membres de l’équipage à embarquer sur le canot tous temps SNS 063. Je suis sur la station depuis 2004, je travaille au SAMU et je suis aussi pompier, précise-t-il.

Le canot de 17,60 m. (type A) a été construit en 1988, je n’étais pas encore né indique Vincent quand on lui demande l’âge du bateau. Ce chef mécanicien n’a que 24 ans et fait partie de l’équipage depuis ses 18 ans. Dans la vie, il est patron d’un atelier de mécanique maritime à Porto-Vecchio.

Le bateau a été modernisé en 2005. Les moteurs, deux Iveco de 294 kW, le propulsent à 18 noeuds et n’ont pas tourné plus de 1000 heures. Le canot devrait être changé en 2018 - pour ses 30 ans - par le nouveau canot tous temps testé actuellement à Sein.

Nous intervenons dans les Bouches de Bonifacio, les coups de vent et la mer peuvent être très cassants à cet endroit. De plus, les nombreuses criques aux eaux turquoise par beau temps peuvent rapidement se transformer en redoutables pièges dès que le vent se lève.

Nous agissons principalement sur des opérations de talonnage, à l’instar de Blandine et Max que nous sommes allés chercher il y a quelques semaines aux Lavezzi…

Mais la principale cause de nos sorties est due à l’imprudence ou à l’inconscience des plaisanciers. On nous appelle pour un simple mal de mer… ou pour repêcher le corps d'un plongeur percuté dans la zone des 300 mètres alors que son bateau avait la Croix de Saint-André bien visible.

L’équipe est très soudée. La moyenne d’âge ne doit pas dépasser 35 ans. Malgré tout, nous avons du mal à recruter de nouveaux membres, beaucoup passent, mais ne restent pas. L’appel est donc lancé aux candidats.

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...

Dupond Pierre 14 Août 2016
C'est vrai, la SNSM manque de jeune bénévoles. Il faut du sang frais !

Je ne comprends pas, que signifie le canot "de type "A"" ? Peut-être vouliez-vous dire qu'il fait partie de la série des CTT des 17,60 m (commencée avec le SNS 061 Jack Morisseau) ?

Photos
Voir les 38 photos
Recevoir l'actualité par email avec Bateaux Hebdo

Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter RECEVOIR BATEAUX HEBDO

Suivre l'actualité
du nautisme et de la mer
Recevoir l'actualité nautique gratuitement RECEVOIR BATEAUX HEBDO