Les Français et la Coupe de l'America, des origines à nos jours

France III, qui effectuera sa première participation en 1980, skippé par Bruno Troublé

La France a toujours participé à la Coupe de l'America, même si elle ne l'a jamais remporté. Elle est d'ailleurs, avec les États-Unis, le seul pays à avoir disputé toutes les éditions, de 1970 à 2007. Voici l'historique de la participation tricolore au plus vieux trophée sportif du monde.

1970 : Cette 21e édition sera marquée par la première participation des Français, mais aussi par l'instauration de nouvelles régates de sélection, qui sera en vigueur sur les prochaines éditions, excepté celle de 1988 et 2010. Le New York Yacht Club (NYYC) – organisateur du Trophée – permet au "Challenger of Record" (yacht-club présentant le premier défi pour la compétition) d'organiser une régate entre plusieurs concurrents. Le gagnant sera le challenger pour la finale de la Coupe.

Marcel Bich – industriel (stylo Bic) et yachtman français — rêve de la Coupe de l'America depuis plus de cinq ans et lance la construction du voilier France — 12 mètres JI – devant d'ailleurs monument historique en 1992. Le bateau fut d'ailleurs barré par plusieurs skippers — Louis Noverraz, Popie Delfour et lui-même avec au poste de navigateur Éric Tabarly. Il dépensera beaucoup d'argent en lançant des unités de production innovante, mais ne remporta pas la victoire tant désirée.

1974 : Le baron Bich décide de retourner à Newport pour cette nouvelle édition et engage cette fois-ci le champion du monde de 5,5 MJI Jean-Marie Le Guillou pour barre France. Mais c'est encore une fois un échec.

1977 : Pour cette 23e édition, Marcel Bich fait construire le France II, mais les premiers essais sont décevants et il s'avère que ce nouveau voilier est moins rapide que le vieux France (âgé de 7 ans). C'est Bruno Troublé, double sélectionné olympique, qui récupère la barre du France II qui sera finalement relégué aux oubliettes au profit du France I. Des cockpits étanches sont ajoutés pour satisfaire aux nouveaux règlements et le plan de voilure est légèrement modifié. Bruno Troublé récupère donc la barre de l'ancien voilier et gagne quelques régates lors des sélections, mais est éliminé avant la finale.

1980 : Pour sa dernière campagne, le créateur du stylo Bic lance la construction de son 3e 12 m JI, un voilier construit en aluminium. C'est encore Bruno Troublé qui est à la barre et il arrivera à se hisser en finale des challengers, mais sera battu par Australia. Après quatre campagnes successives, Marcel Bich décide de se retirer.

France 3 - Gilles Martin-Raget

1983 : Pour cette 25e édition, France III – toujours barré par Bruno Troublé – est racheté par Yves Rousset-Rouard, producteur du film Emmanuelle. Le séléctionné olympique participe à sa 3e campagne, mais sera une nouvelle fois battu par Australia II, le futur vainqueur de la Coupe de l'America, qui s'empare de la Coupe après 132 ans d'invincibilité américaine.

1987 : C'est la première fois que la Coupe de l'America est défendue en dehors des États-Unis. Cette 26e édition se déroulera en Australie occidentale, dans l'océan indien, au large de Fremantle. La course confirme ainsi son statut d'internationale.

La France est représentée par French Kiss, skippé par Marc Pajot et financé par Serge Crasnianski – créateur de Kis une entreprise de duplication de clé. Elle se hisse en demi-finale dans les eaux australiennes, pour la dernière participation des fameux "twelve" (12 m JI) et donnera du fil à retordre aux Néo-Zélandais. C'est d'ailleurs la meilleure participation des Français à la Coupe de l'America. En parallèle, un second syndicat français, Challenge France, est mené par Yves Pajot, le frère de Marc.

1992 : Une nouvelle jauge est définie, la "Class America" qui instaure des contraintes de dimension, structurelles et de fabrication permettant de limiter le coût des bateaux. À San Diego, sur les nouveaux Class America, plus grands et puissants, Ville de Paris cette fois financé par Pierre Legris, et mené par Marc Pajot et Marc Bouët, s'incline à nouveau en demi-finale après un joli parcours.

Ville de Paris - Gilles Martin-Raget

1995 : La France sera particulièrement mise à mal sur cette 29e édition avec ces deux bateaux, le France 2 et le France 3, les deux Class America français. Malgré un équipage brillant mené par Marc Pajot et Bertrand Pacé, la France ne renouvelle pas ses performances réalisées lors des deux Louis Vuitton Cup précédentes. En effet, le premier bateau cassera son mât et le deuxième se révèlera trop large et pas assez rapide.

2000 : La 30e édition de la Coupe de l'America est disputée à Auckland, en Nouvelle-Zélande et sera la première sans participation sans challenger ni Defender américain. Les Français participent sur 6e Sens, financé par Bouygues Telecom et skippé par Bertrand Pacé (navigateur-tacticien sur les trois précédents défis) se hisse en demi-finale d'une épreuve dominée par les Néozélandais autour de Russell Couts.

6ème Sens - Gilles Martin-Raget

2003 : Le Défi Areva soutenu par le géant du nucléaire et avec à sa tête, le trio Pierre Mas, Xavier de Lesquen, Luc Gellusseau ne fait guère de miracles à Auckland, et le Class America jaune fluo mené par Philippe Presti et Luc Pillot est éliminé avant les demi-finales. Les Suisses d'Alinghi du milliardaire d'Ernesto Bertarelli sont les premiers Européens à remporter l'épreuve.

2007 : Pour cette édition, la SNG (Société Nautique de Genève) qui est le détenteur de la Coupe depuis 2003 modifie certaines résolutions de l'acte. La condition de nationalité sera respectée par le fait que le bateau doit être construit dans le pays et une nouvelle règle à effet rétroactif interdit à tout marin ayant travaillé pendant six mois avec une équipe engagée dans la Coupe de changer d'employeur. Cette édition se déroule à Valence (Espagne) dans les eaux méditerranéennes. C'est la deuxième fois, depuis la course originelle de 1851 autour de l'île de Wight, que les régates se déroulent en Europe et la première fois qu'elles se déroulent hors du pays du Defender. En effet, la Suisse ne possède pas d'ouverture sur une mer, comme spécifié dans l'acte.

Areva Challenge, le défi dirigé par Stéphane et Ortwin Kandler termine 6e de la Louis Vuitton Cup avec à la barre Thierry Péponnet puis Sébastien Col. Le Class America China Team barré par le Français Pierre Mas, n'est guère mieux loti.

2010 : Il n'y a pas de Défi français à proprement parler, mais le pays est bien représenté Joseph Ozanne invente l'aile rigide et Thierry Fouchier remporte la Coupe de l'America aux côtés du défi américain. C'est d'ailleurs grâce à cette aile rigide, qui remplace la voile du trimaran BMW Oracle — USA 17 et qui lui apporte un avantage décisif, que le challenger américain remporte la Coupe. Cette édition se caractérisa par le gigantisme des voiliers, des yachts multicoques de 90 pieds (27 m).

2013 : C'est la première fois en 43 ans qu'il n'y a pas de défi Français dans la Coupe de l'America. La 34e édition est remportée à San Francisco sur un AC72 par les Américains après une finale d'anthologie. À Paris le 11 décembre de cette même année, trois marins français de renom — Franck Cammas, Michel Desjoyeaux et Olivier de Kersauson — se sont alliés pour partir à la conquête du plus vieux trophée sportif.

Energy Team est le défi français présenté par Loïck et Bruno Peyron pour la Coupe de l'America 2013 mais ils ne participeront qu'aux ACWS qui précèdent la Coupe Louis Vuitton à bord de l’AC45 Energy Team. Gilles Martin-Raget
Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...