La combinaison de survie TPS, pour quoi faire ?

La combinaison de survie TPS © Bateaux.com

Lorsque l'on passe un stage de sécurité/survie, on a l'occasion d'apprendre à utiliser une "TPS". Oui, mais qu'est-ce que c'est une TPS ? Et bien c'est une combinaison de survie qui permet de protéger le corps de l'hypothermie lors d'une chute à la mer ou d'un naufrage et qui assure également la flottabilité. Alors dans quel cas l'utilise-t-on ? Est-elle obligatoire ? Qui l'utilise ? Lisez la suite pour découvrir ce qu'est une TPS !

Qu'est-ce que c'est ?

La combinaison de survie TPS est un équipement de sauvetage individuel qui permet de préserver de l'hypothermie en cas d'immersion dans l'eau froide. Après une immersion de 6 h dans une eau à 0°, le corps ne doit avoir perdu que 2°. Elle remplace également le gilet de sauvetage, puisqu'elle assure la flottaison et le retournement sur le dos du naufragé, le tout en moyenne en moins de 5 secondes. Elle se compose de chaussons intégrés avec semelle, d'une cagoule, et de gants amovibles ou non. Un équipement de sécurité est souvent rattaché à la combinaison :

  • Bandes réfléchissantes
  • Lampe de signalisation
  • Sifflet
  • Poche de liquide fluorescent
  • Harnais avec sangle sous-cutale et poignée de levage

Pour qui ?

La combinaison de survie TPS n'est pas obligatoire à bord pour les plaisanciers, mais fortement conseillé en cas de croisière au long cours. Agrée SOLAS (Convention internationale de 1974 pour la sauvegarde de la vie humaine en mer), elle est obligatoire à bord des bateaux de plaisance professionnels comme les navires de charge, de pêche, à passagers (pour les équipages de canots de secours et les responsables de dispositifs d'évacuation en mer). Elle est également obligatoire pour les coureurs de course au large.

Elle doit être contrôlée environ tous les 3 ans pour vérifier son état d'usure et de fonctionnement.

Pourquoi ?

Comme son nom l'indique, la combinaison de survie doit permettre de "survivre". Ainsi, en cas de naufrage, il est fortement conseillé d'enfiler sa combinaison (qui doit être enfilée en maximum 2 minutes) avant de grimper dans son radeau de survie. Si vous n'avez pas le temps de vous mettre en sécurité avant, elle vous protègera du froid en cas d'immersion. Vous n'aurez plus qu'à rejoindre votre radeau de survie ou d'attendre les secours en vous laissant flotter sur le dos.

Par gros temps, on peut également revêtir la combinaison de survie TPS, qui protègera du froid et de la pluie. En cas de chute à la mer, elle agira aussi comme protection contre le froid et comme système de flottabilité.

Comment l'utiliser ?

La combinaison de survie TPS – le plus souvent en matière néoprène - s'enfile en moins de deux minutes. Gardez des vêtements chauds en dessous et enlevez vos chaussures. Elles sont déjà équipées de semelles renforcées. Déplier la combinaison en gardant à l'extérieur la capuche et l'anneau ventral. Pour l'enfiler, asseyez-vous et passez d'abord les jambes. Relevez ensuite le corps avant de plonger vos deux bras dans les manches. Tirez la cagoule en passer votre tête devant. Attrapez ensuite l'extrémité de la combinaison et rabattez là sur l'avant pour fermer la glissière. Roulez ensuite plusieurs boudins avec cette extrémité et accrochez les mousquetons sur l'anneau de hissage ventral. C'est ce boudin qui permettra de maintenir votre tête hors de l'eau.

Les gants sont soit intégrés à la combinaison, soit séparés, mais souvent ne tiennent pas forcément.

Où l'acheter ?

Seule la combinaison TPS de Guy Cotten est à la fois conçue pour naviguer par gros temps et pour la survie. C'est d'ailleurs celle qui équipe les coureurs de course au large. Il faut compter environ 800 € pour une combinaison neuve de cette marque. D'autres combinaisons sont vendues sur Internet, notamment en provenance de l'étranger, à des prix plus attractifs (400 € environ), mais pensez à bien vérifier la certification.

Vous pouvez également trouver des modèles d'occasion sur des sites comme le Bon Coin ou auprès des coureurs au large (comme la Classe Mini par exemple). Encore une fois, vérifiez l'état de la combinaison en l'essayant, il n'y a rien de mieux !

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Arnaud Le Formal - 06 Mai 2018
il y a une erreur dans l'article , la TPS n'est pas SOLAS
Ajouter un commentaire...