Interview / Voyage avec un bébé à bord, quelle organisation ?

Sarah, Aurélie et Nael en Martinique © Poussé par le Vent

L'équipage du vlog Poussé par le Vent quittait son port d'attache d'Etel en mai 2017 avec à son bord un petit Nael de 4 mois. Un an après — Nael a désormais 16 mois - Sarah Hébert nous fait partager son organisation pour voyager avec un bébé à bord : mobilier, manœuvres, sécurité, etc. Et vous, comment faites-vous ?

Comment on s'organise à bord avec un enfant ?

Chez les bébés, il y a des différences en fonction des âges. On est parti quand Nael avait 4 mois et il en a maintenant 16. La période la plus facile à gérer est celle de 4 à 10 mois, quand il ne bouge pas vraiment, il dort beaucoup, installé dans son transat. On le laissait dans le carré, parfois installé sur un tapis de jeu avec des coussins autour pour qu'il ne se cogne pas. Il sortait dans le cockpit confortablement installé sur nos genoux.

C'est devenu plus compliqué quand il a commencé à se mettre debout parce qu'il tombait. Il était frustré, il s'énervait et ça demandait plus de présence pour les parents. Aujourd'hui, il sort dans le cockpit, mais toujours en notre présence. On le surveille, car il sait passer sur le pont et qu'il a tendance à jouer avec les winches, ce qui peut être dangereux quand ils sont sous tension.

Cela étant, l'organisation est assez simple. La nuit il dort, pendant qu'on fait nos quarts (3 h / 3 h) et le jour, c'est un peu plus fatigant parce qu'on n'a pas beaucoup dormi et qu'il faut s'en occuper. On fait des jeux dans le carré par exemple.

L'attention est constante surtout depuis qu'il grandit et qu'il trouve des bêtises très intéressantes à faire. J'ai déjà dû annuler 5 messages de détresse qu'il avait envoyés. Il grimpe aussi sur la table à carte pour appuyer sur tous les boutons du tableau électrique…

Et au niveau de la sécurité ?

Si Nael tombe à l'eau, on sait qui saute, qui ira le récupérer. Pour l'instant, on gère encore ses mouvements. Après on lui mettra un harnais pour qu'il puisse se déplacer sans risque. Encore une fois, ça dépend des âges, des situations. Pour l'instant, c'est encore un bébé et il est toujours avec nous, dans nos bras, entre nos cuisses.

Quand il sera plus grand, on utilisera le harnais sur le bateau pour qu'il ne tombe pas à l'eau et le gilet pour l'annexe ou le paddle.

Est-ce que vous avez adapté le mobilier pour Nael ?

Non parce que contrairement à une maison, sur un bateau, il n'y a pas vraiment de danger. Petits, ils ont suffisamment de hauteur pour se balader sans se cogner. Tout est sécurisé, arrondi, les matériaux sont en bois, il y a du plancher, des coussins… Le seul souci ce sont les grosses goupilles d'extincteur qu'il pourrait s'amuser à tirer. Mais comme dans une maison, on a rangé hors d'atteinte ce qu'il pouvait avoir envie d'attraper dès qu'il a su grimper.

Ensuite, ce qui est bien pensé dans notre bateau c'est la descente avec des portes en plexi en deux parties. Du coup il peut grimper, mais pas sortir dans le cockpit. Après on a posé des filets sur les filières pour qu'il puisse se déplacer.

Parfois, c'est vrai qu'il peut y avoir un certain manque d'espace, notamment pendant les traversées, mais dès qu'on arrive à terre, il peut se défouler.

Quels sont les équipements indispensables pour un bébé ?

La chaise en plastique transportable. C'est ce dont on se sert le plus souvent. On lui donne à manger, il y fait ses activités, on le balade en paddle avec… Et le transat quand il était petit. J'avais tout pris et je me suis rendu compte que finalement je n'ai pas eu besoin de grand-chose. Même la table à langer, en navigation ça bouge trop pour l'utiliser. Il a également un espace de jeux à l'arrière du bateau, où on peut se poser ou s'allonger avec lui.

Comment ça se passe pour la nourriture, les vaccins, etc. ?

Je me suis équipé d'un tout petit personnel blender, qui sert à toute la famille et avec lequel je fais tout, je mixe les morceaux et notamment les purées de Nael. On a un convertisseur à bord et je savais que ça n'allait pas vider nos batteries. Je pratique a DME (Diversification alimentaire menée par l'enfant). Il apprend à manger par lui-même, à découvrir différentes saveurs et textures…

Au départ, j'ai essayé de faire des conserves, mais finalement, comme beaucoup de gens, j'ai mis mes principes de côté et acheté des petits pots du commerce qui dépanne bien en navigation.

Pour le lait, je l'allaitais ce qui l'a d'ailleurs immunisé contre beaucoup de maladies. Depuis qu'il est né, il n'a jamais été malade.  Je continue toujours aujourd'hui, notamment au Brésil, où il y a beaucoup de fièvre jaune. Là-bas, tout le monde allaite, peu importe l'âge de l'enfant, c'est génial ! De toute façon, le lait en poudre est hors de prix dans beaucoup de pays.

Pour les vaccins, j'avais anticipé le calendrier de vaccination en sachant à quel endroit on serait au moment de vacciner. Le seul endroit où on a attendu c'est au Cap-Vert – où il devait faire son rappel des 9 mois et où il y a encore beaucoup de contrefaçons. On a donc fait ses vaccins au Brésil.

Il a fait ses premiers vaccins en Espagne, une autre visite médicale aux Canaries et de nouveau au Brésil. Quand on voyage avec un tout petit, on visite les services de pédiatrie, les services médicaux à l'étranger et on se rend compte de comment c'est. Au Brésil par exemple, les premiers soins sont gratuits – en même temps il y a un grand besoin — et toutes les mamans allaitent.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Bébé à bord

Voyager avec un bébé à bord, qu'est-ce que ça change ?