Que retenir du Spi Ouest-France 2019 ?

Les IRC en double, nouvelle classe du Spi © David ADEMAS et Thomas BREGARDIS

Durant le week-end pascal se déroulait la 41e édition du Spi Ouest-France. Le millésime 2019 s'est révélé être un cru dégusté sous le soleil printanier et la légère brise côtière. Le Spi est un événement majeur de la saison de course drainant à La Trinité-sur-Mer les passionnés de régate. Et pour les chantiers, c'est aussi l'occasion de tester leurs nouveautés face à la concurrence.

Si vous cherchez le soleil, il est à La Trinité !

Et oui, pour le grand événement nautique des régatiers de la cote atlantique, le soleil avait pris ses quartiers à la Trinité.
Le vent quant à lui, avait décidé de s’exprimer plus au sud, laissant le plan d'eau irrémédiablement statique tous les matins et daignant souffler une légère brise l'après-midi.
Les nerfs de tacticiens furent mis à rude épreuve par l'apparition, la rotation et la disparition de la brise d'après-midi. C'était sans compter sur l'aide des courants de vives eaux pour rendre la partie encore plus stratégique. Sur ces 4 jours de courses, les coureurs devaient limiter les erreurs face à leurs concurrents pour l'emporter.

Le spi 2019 en quelques chiffres

Le 41e Spi a rassemblé 436 équipages. Durant 4 jours, malgré un vent timide,150 régates furent disputées dans la Baie de Quiberon. Le samedi fut prolifique pour les équipages, le vent gonflant enfin les spis, avec plus de 70 manches courues dans la journée, toutes catégories confondues.

De nouvelles classes pour rester attractif

Grâce aux efforts pour endiguer l'érosion des inscriptions, il semble que cette édition porte les fruits du travail de l'équipe organisatrice. En effet, le nombre de concurrents inscrit a atteint le niveau de 2013.
Les organisateurs ont réussi à rendre l'événement plus attractif tout en conservant son "noyau dur" et ses valeurs sures.

Les J80 en procession ©DAVID ADEMAS

Cette année encore le J80 était le plus représenté sur le plan d'eau avec 66 bateaux engagés.
On notera les bienfaits de l'ouverture à l'Osiris qui regroupe des voiliers plus accessibles qu'en IRC, ici on peut faire faire un podium avec un bateau n'excédant pas 20 000 €.

Les nouvelles classes comme celles des First 24 et Easy To Fly sont déjà un succès. L'un est un Day boat assez fun et l'autre est un catamaran foiler ultra technique.

Pour suivre l'air du temps, le Spi s'est ouvert aux équipages en doubles. En effet, la navigation en duo monte en force, et pour cette édition il y avait même un classement Mini 6.50 et Figaro2. Mais c'est surtout l'IRC double qui a fait un carton avec 50 voiliers classés.

Les IRC double au coude à coude ©DAVID ADEMAS

Et les résultats des nouveaux voiliers qu'on attendait ?

Le Spi Ouest-France 2019 est probablement l'événement de régate amateur, le plus médiatique.
À ce titre, les chantiers essayent d'y faire briller leurs nouveaux bateaux afin de leur offrir réputation et prestige.

On peut dire qu'en double, c'est presque mission accomplie sur l’innovant Sun Fast 3300 skippé par Alexandre Ozon ainsi que pour Olivier Grassi sur le récent J 99 qui se classant respectivement deuxième et troisième.

Quant à JP Kelbert inscrit avec son tout nouveau JPK 10.30, il n'a pas connu le même succès. La mise à l'eau seulement une semaine avant l'événement exclut de pouvoir en tirer une quelconque conclusion quant aux performances. L'ofcet 32 n'a pas non plus réussi à briller par ses résultats sous le soleil trinitaire. Quand au voilier espagnol le Mmw33, l'équipage de Tiger 5 a accroché la 6e place dans la très disputée catégorie IRC B.

Il faudra attendre la mise au point des nouveaux bateaux et quelques courses supplémentaires pour savoir qui va gagner le match des nouveaux voiliers de régate : JPK 10.30, Sun Fast 3300, J99, Mmw 33, Ofcet 32.

Plus d'articles sur les chaînes :

Morbihan
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...