Découverte / Escale à Sauzon, le charme discret et typique de Belle-Île

Le port de Sauzon à Belle-Ile-en-Mer © Chloé Torterat

Belle-Île est la plus grande des îles bretonnes, et abrite sur sa côte protégée, face à la baie de Quiberon, deux ports. Ce sont d'ailleurs les deux seuls de l'île, Le Palais et Sauzon. Attardons-nous sur le deuxième, un charmant petit port où vous trouverez de quoi vous avitailler et plusieurs services portuaires.

Le Palais ou Sauzon

Belle-Île ! Cette longue île rocheuse de 17 km mérite le détour. Vue de la mer, on ne peut s'empêcher d'admirer ses falaises de pierre, creusées par les vents et la houle. Si la côte Sauvage qui s'étend depuis la pointe du Talut jusqu'à celle des Poulains est de toute beauté, elle n'offre néanmoins aucun abri. Il faudra donc bifurquer face à la baie de Quiberon, sur la côte protégée des vents. Découvrez la fiche du Guide Marine de Sauzon et donnez votre avis sur le port.

Sauzon entouré en rouge fait face à la baie de Quiberon

Ici, vous trouverez deux ports, Le Palais, port de pêche et de plaisance, d'où se font les départs et les arrivées depuis le continent. Au pied de la citadelle Vauban, l'accès y est cadencé par les portes-écluses et les journées rythmées par les arrivées et départs bruyants des nombreux et variés navires.

Mouillage sur coffre ou dans l'arrière port

À la grandiloquence du port du Palais, préférez le charme discret du port de Sauzon. Ce dernier est situé à 1,7 mille de la Pointe des Poulains, à l'embouchure d'une anse large d'environ 150 m. Plusieurs mouillages s'offrent à vous, celui de Port-Bellec, à l'extérieur et celui de l'avant-port sont fortement exposés par vent de nord-est à est.

Le premier en extérieur se fait uniquement sur coffre et propose 22 places visiteurs pour les bateaux d'une longueur maximale de 15 m.

L'avant-port est protégé par des jetées qui encadrent une passe de 60 m de large et profonde de 3 m. La côte est est réservée aux pêcheurs tandis que le long du quai droit, à l'ouest, 40 places sont réservées aux visiteurs à couple. L'embossage (technique qui consiste à amarrer son bateau de manière à le maintenir dans une direction donnée) sur les bouées blanches est obligatoire. Ce mouillage est réservé uniquement aux monocoques d'une longueur maximale de 12,5 m avec un tirant d'eau maxi de 2 m.

En arrière-port, le port d'échouage est bien abrité, mais convient particulièrement aux dériveurs et quillards à béquilles.

En saison, vous pourrez compter sur l'accueil et l'aide des agents portuaires, sur leur annexe rigide rouge. Ce sont également eux qui viendront percevoir la taxe portuaire. Vous pourrez néanmoins la payer à la capitainerie.

Annexe obligatoire

Pour débarquer à terre, prévoyez une annexe que vous amarrerez le long du quai ouest. Des échelles permettent de grimper jusqu'au quai, notamment à marée basse. Attention, le passage entre l'annexe et l'échelle s'avère parfois délicat, surtout lorsqu'on est chargé.

Continuez le long de la jetée — attention aux nombreuses coquilles d'huitres incrustées dans le béton — jusqu'au phare vert, au pied duquel se trouve la terrasse de l'hôtel-restaurant "L'Hôtel du Phare."

De jolies façades colorées

Face au port, vous trouverez de nombreux restaurants et hôtels dont les façades colorées donnent envie de s'attarder en terrasse, vue sur mer.

Sur le Quai Guerveur, entre le restaurant l'abricotier et le bureau du port, se trouvent des toilettes publiques – et des sanitaires réservés aux plaisanciers, avec machines à laver et sèche-linge.

Un peu plus loin, en suivant le Quai Guerveur, empruntez ensuite le Quai Joseph Naudin qui vous mènera jusqu'à une supérette, une boulangerie ainsi qu'à la majestueuse église Saint-Nicolas de Sauzon, de style néo-roman, bâtie en 1894. En remontant dans les terres, vous découvrirez de nombreux sentiers pour explorer la côte sauvage de l'île.

Tarifs 2019 en saison :

21 € pour une longueur de 8,5 à 10 m.

Plus d'articles sur les chaînes :

Morbihan
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...