Yacht Club de France : visite privée d'une institution prestigieuse

© Karine Filhoulaud

C’est au numéro 41 de la célèbre avenue Foch, dans le cossu 16e arrondissement de Paris, étonnamment loin de tout plan d’eau, que le Yacht Club de France accueille ses cinq cents membres actuels. Une adresse de prestige, pour une institution qui se veut ouverte à tous les passionnés de navigation.

Depuis 150 ans, au service de la plaisance…

L’histoire commence au milieu du 19e siècle. En France, on découvre alors la navigation pour le plaisir : les premiers canots attirent les badauds sur la Seine… Se développent aussi les sports nautiques, qu’il s’avère peu à peu nécessaire d’organiser. C’est ainsi que le 15 juin 1867, au Ministère de la Marine, et sous l’égide de l’empereur Napoléon III, est fondée la « Société d’Encouragement pour la Navigation de Plaisance ». Un nom officiel auquel sera ajouté, quelques mois plus tard, le 11 novembre précisément, celui plus attractif de « Yacht Club de France ». C’est l’amiral Rigault de Genouilly, alors Ministre de la Marine, qui en est le premier Président. L’association, reconnue d’utilité publique en 1914, se veut la gardienne des « valeurs et traditions de la plaisance à la voile ou au moteur, en régate ou en croisière », et d’une certaine éthique qui s’y rattache. Bref, solidarité, courtoisie et élégance morale composent cet art de vivre en mer, alors bel et bien défendu !

Aujourd’hui, le YCF, au cœur du paysage plaisancier français

Après plus de 150 ans d’existence, le Club a conservé les mêmes ambitions, adaptées à l’évolution de la plaisance bien sûr. Il s’agit de « promouvoir au niveau national, la navigation et la construction navale de plaisance sous toutes ses formes, et, au-delà, de contribuer ainsi à la formation de marins ». Géré par un président, Philippe Heral, un bureau, un conseil d’administration, et diverses commissions, dédiées au patrimoine, à la navigation, au restaurant du Club, aux évènements en mer ou à terre... À noter que le YCF entretient des liens étroits avec 32 Yacht-Clubs alliés en France et 25 à l’étranger. Bref, il est, de facto, devenu au fil du temps un représentant auprès des pouvoirs publics du monde de la plaisance peuplé, de nos jours, de cinq millions de Français !

Yacht-Club de France

De si illustres membres ! 

Le Club a compté jusqu’à 2000 membres, au début du 20e siècle, quand il s’occupait aussi des pupilles de la mer. Aujourd’hui, ils sont 500 passionnés de la mer et de la marine à être adhérents. Parmi les plus illustres membres du Club, grands navigateurs, vainqueurs des plus grandes courses, peintres de Marine, grands écrivains, académiciens… citons Jules Verne, Virginie Hériot, Guy de Maupassant, Gustave Caillebotte, Alain Gerbault, le commandant Charcot, Marin-Marie, Éric Tabarly, Olivier de Kersauson, Jean-Louis Étienne, Michel Desjoyaux, Franck Cammas. Et pour les membres d’honneur : la Reine Elisabeth d’Angleterre, le Roi Juan Carlos d’Espagne, le Roi Constantin II de Grèce, le Prince de Monaco, le Prince Aga Khan… Bien entendu, de simples communs des mortels composent la grande majorité des membres ! Ils ne sont pas tous parisiens, ni même franciliens. Certains viennent même de l’étranger.

Yacht-Club de France

Entre image et réalité…

Sébastien David, Vice-Président en charge de la communication du YCF, y tient : « vous tous êtes de potentiels futurs membres ! L’admission n’est pas si compliquée », défend-il. Elle se fait par l’intermédiaire de deux parrains, et est soumise à une Commission de l’Intérieur puis à un Conseil. « Nul besoin pour vous d’être propriétaire d’un yacht, petit ou grand, ou de collectionner reconnaissances civiles, citoyennes ou militaires », précise-t-il encore. « Seule importe l’adhésion aux valeurs que défend le club et la volonté de « servir » pour les défendre, en mer comme à terre ». Si Sébastien insiste tant, c’est parce que le YCF est souvent perçu comme une institution poussiéreuse et guindée. Une image qui ne reflète pas la vérité pour Sébastien. « C’est jeune et joyeux aussi ! ».

Yacht-Club de France

Des valeurs qui attirent ? 

D’ailleurs, le club peut s’enorgueillir, au contraire de nombre d’associations, de voir ses effectifs augmenter. « À notre époque, où le picorage et l’implication relative règnent, c’est une belle performance, n’est-ce pas ? Ce succès s’explique, ajoute Sébastien, sans doute parce que nos valeurs attirent, qu’elles correspondent à certaines aspirations de la population ». Certes la parité n’est pas vraiment atteinte parmi les membres, puisque quelques dizaines de femmes seulement sont adhérentes, mais les portes du YCF leur sont largement ouvertes. C’est aussi une offre concrète d’activités qui semble séduire les adhérents…

Yacht-Club de France

Ce que propose le YCF à ses membres

Selon Sébastien, l’activité du Club repose sur trois grands piliers. La vie sociale, d’abord, qu’il génère pour ses membres. Conférences et entretiens, PC de compétitions prestigieuses, réunions de clubs ou d’institutions à vocation maritime, cocktail mensuel, expositions... sont au programme. Le Club est aussi à l’origine de sorties en mer pour le seul plaisir de naviguer comme pour celui de régater… Pour exemple, la Coupe de France à la voile, créée par le Club en 1891 (ce qui en fait l’un des plus vieux trophées de voile d’Europe) comme une réponse de la France à la Coupe de l’America. Actuellement en suspens, le Club a pour projet de la relancer.

Yacht-Club de France

Agir et conserver

Autre exemple avec La Coupe d’automne du YCF, qui propose aux voiliers de tradition ayant participé aux « Régates Royales » à Cannes, de rallier en course Saint-Tropez et ses « Voiles ». À citer aussi, ces courses initiées ou parrainées par le Club : la Coupe de Printemps, la Coupe Virginie Hériot, la Coupe de Ganay, le Ruban Etoilé Motonautique, le Tour de France à la Voile, les Régates Royales, les épreuves organisées par les Clubs alliés… Le Club a enfin une mission patrimoniale qu’il mène en collectionnant objets et documents retraçant l’histoire de la plaisance. C’est notamment par le biais de sa bibliothèque qu’il remplit cette mission.

Yacht-Club de France

Une réputée bibliothèque

C’est l’une des plus riches d’Europe sur ces thèmes de la mer et de la plaisance. Dans ses rayonnages vitrés tout d’un bois verni à la chaude couleur caramel, elle recèle des trésors… Pour preuves, ces livres de bord de la célèbre navigatrice Virginie Hériot, qui remporta, en 1928 à Amsterdam, à bord de son yacht L’Ailée VI, les Jeux Olympiques. Pour exemples aussi le livre de bord de Charcot, des écrits de Jules Verne, d’autres du Commandant Caillebotte. Les exemplaires de « Le Yacht », depuis sa création, ceux des annuaires des membres, et ceux aussi du Bulletin publié depuis 1902, sont aussi de grande valeur. Des registres d’identification des bateaux dans le monde, publiés par la Lloyds assurance, quand les navires étaient encore possibles à comptabiliser, enrichissent aussi la collection ! Livres modernes, plans d’architectes navals… complètent la collection, qui, par manque de place, se trouve encore parfois dans des cartons. Si cette bibliothèque est une des pièces les plus importantes du Club, il y en a au moins trois autres qui valent la visite.

Yacht-Club de France

Des locaux aussi élégants que conviviaux

Après quelques adresses parisiennes, le YCF a déménagé depuis 20 ans dans des locaux loués de 550 m2. Cela fait vingt ans qu’il occupe donc le rez-de-chaussée d’un superbe immeuble de l’Ouest parisien. Après un imposant porche, on pénètre dans une entrée entourée de portes : on découvre là les premiers éléments de cette collection de documents écrits, photos, peintures, iconographies, maquettes, demi-coques… qui composent la délicieuse décoration des lieux. C’est sur le portrait du tout premier président du Club, l’Amiral Rigault de Genouilly, que le regard est d’abord dirigé. On admire ensuite la première d’une longue série de délicates maquettes : bien à l’abri sous sa cloche de verre représente l’Ailée de Virginie Hériot. Et, comme des rayures sur les murs, d’effilées demi-coques de bois vernis sont présentées les unes au-dessus des autres jusqu’au haut plafond.

Yacht-Club de France

Rendez-vous au grand salon

Dans le grand salon de réception, les hauts murs et plafonds sont décorés de moulures, bas-reliefs, miroirs et tableaux. Certains sont du célèbre peintre de la Marine, Marin-Marie, qui fut membre du Club. Tables et buffets supportent coupes et trophées. Des maquettes de bateaux encore aussi. Et de grandes portes-fenêtres ouvrent sur un jardin verdoyant, presque champêtre au coeur de Paris.

Yacht-Club de France

Un bar chaleureux

De l’entrée part un escalier qui mène au bar. Marche après marche, on découvre toute une série de portraits photographiques en noir et blanc des présidents du Club depuis sa création.

Fauteuils et canapés couleurs cognac, profonds et confortables, bar en bois, murs couverts de cadres protégeant photos, gravures, peintures, montrant des bateaux toutes voiles dehors : le bar s’avère des plus convivial !

Yacht-Club de France

Se restaurer entre soi

Enfin la grande salle à manger et sa décoration raffinée. Avec ses portes à miroirs, elle paraît très grande, mais reste en réalité à taille humaine. Entre ses murs marbrés, ses petites tables intimistes au dressage impeccable et ses chaises capitonnées accueillent les membres et leurs invités. Sur les nappes, les couverts aux armes de la marine annoncent des repas gourmands. « Ce sont quatre lieux de vie très conviviaux », précise Sébastien que nos membres peuvent réserver et où place est aussi laissée aux grands acteurs de la plaisance ».

Plus d'articles sur les chaînes :

Paris
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...