Barcelona World Race- Cheminées Poujoulat en tête, Neutrogena à sa suite

© Nandor Fa & Conrad Colman / Barcelona World Race...

Alors que les deux leaders ont fait le choix d'opter pour des routes différentes, les premiers routages les annoncent très proches à la longitude du Cap de Bonne Espérance. Du côté du reste de la flotte, Spirite of Hungary se rapproche du reste du peloton.

Les leaders divergent

Les deux leaders de la flotte, Neutrogena et Cheminées Poujoulat essayent d'avancer dans des vents très instables et des grains parfois très violents. Chez le leader de la flotte, Cheminées Poujoulat, Bernard Stamm s'interroge même sur un retour dans le Pot au Noir. A l'arrière de ce front, le vent est faible et la route vers le sud est semée d’embûches.

C'est en se basant sur ce constat, que les deux leaders ont choisi, pour la première fois depuis leur entrée dans l'Atlantique, de se séparer en prenant deux routes différentes. Jean Le Cam et Bernard Stamm ont choisi le Nord et continuent de longer le front à bonne vitesse quand Guillermo Al tadill et José Munoz ont choisi le sud et les vents d'ouest puissants, propices aux records. 400 milles séparent dorénavant les deux leaders n'est en rien décisif puisque d'après les premiers routages, cela se terminera par un match nul, avec un écart de moins de trois heures à la longitude du Cap de Bonne Espérance.

Du côté du reste de la flotte

Tous savent que le Grand Sud est de plus en plus concret et que d'ici quelques jours, ils vont pénétrer dans un univers où l'homme n'est admis que par intermittence. Il va faire froid, le vent va être fort, les risques d'avaries sont importants et le bruit du bateau assourdissant. C'est une belle étape qui attend les marins car apprivoiser l'Indien et le Pacifique reste une aventure.

GAES Centros Auditivos, composé d'Anna Corbella et de Gerard Marin, ont tenté une incursion dans le sud avant de suivre les traces de l'équipage franco-suisse. Pour eux, l'important est de profiter des mêmes conditions météo que les deux premiers.

À bord de Renault Captur, Jörg Riechers et Sébastien Audigane ont repris de la vitesse et vont pouvoir sans doute tenir à distance les deux derniers équipages espagnols, We are Water et One Planet, One Ocean & Pharmaton. Spirit of Hungary continue de rattraper son retard. Alors qu'il y a une semaine il était à 600 milles du 6ème équipage, il n'est plus qu'à 200.

Finalement, à l'entrée des mers du sud, ce sont deux groupes distincts qui vont naviguer, le premier composé des trois leaders et le dernier plus concentré en peloton.

L'océan de tous les records

Les équipages vont entrer dans une zone de navigation propice aux records et risquent de réaliser des moyennes journalières importantes. Des vents puissants et une mer plate et ordonnée représentent les conditions idéales pour des IMOCA. C'est d’ailleurs dans ces parages que Jean-Pierre Dick et Loïck Peyron avaient battu le record de distance en 24 heures sur un IMOCA avec 506 milles parcourus avant de se faire détrôner par François Gabart, durant le Vendée Globe, en 2013-2014. Le record absolu est aujourd'hui de 545,3 milles.

Classement

  1. Cheminées Poujoulat (B Stamm – J Le Cam) à 19 378,7 milles de l'arrivée
  2. Neutrogena (G Altadill – J Muñoz) à 130,5 milles
  3. GAES Centros Auditivos (A Corbella – G Marin) à 248,1 milles
  4. Renault Captur (J Riechers – S Audigane) à 642,9 milles
  5. We Are Water (B Garcia – W Garcia) à 900,4 milles
  6. One Planet One Ocean & Pharmaton (A Gelabert – D Costa) à 1139,0 milles
  7. Spirit of Hungary (N Fa – C Colman) à 1353,2 milles
Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...