Bateaux.com Yacht-Club.com BoatIndustry.com Ports de plaisance Fiches bateaux EmploiBateau.com
Bateaux.com
Magazine du nautisme, de la plaisance et de la mer
SE CONNECTER

Comment choisir la bonne poulie pour son voilier ?

Il n'y a pas une poulie, mais plusieurs familles de poulies avec pour chacune des caractéristiques qui définissent leurs usages sur un voilier.

Le

Les poulies se classent en 3 familles qui se différencient par leur surface de rotation :
- sans billes
- avec billes
- à rouleaux

En marge de ces 3 familles principales, les poulies sans réa, aussi appelées à friction qui n'ont aucune pièce mobile.

Chacune de ces familles propose des charges de travail différentes. Comprendre cette mécanique donne des indications pour choisir le modèle le mieux adapté à son besoin, et être satisfait de son choix.

Les poulies sans billes

Le réa (souvent en matière plastique) tourne sur un axe (souvent en inox). Ces poulies supportent de fortes charges de travail, mais offrent un coefficient de friction élevé. On considère la perte de charge à 10 % environ (vous tirez 100 kg avant la poulie, vous levez 90 kg après la poulie).

C'est un peu la poulie à tout faire, celle qui répond présente dans toutes les situations. Et comme c'est aussi la moins chère, si vous avez une hésitation optez pour une poulie sans billes. Même si ce n'est pas le modèle le plus sexy, même si le réa ne joue pas la toupie quand vous le lancez avec le doigt, ne vous trompez pas, elle sera aussi à l'aise sur une drisse au pied de mât que sur un palan d'écoute de grand-voile.

Innovation : la tentative d'Ino-Rope de proposer une poulie dont l'axe est en textile. Un axe en Dyneema, une matière très glissante, qui offre une friction très faible pour une charge de travail très élevée.

Les poulies à billes

La rotation du réa est assurée par des billes. Ce sont les poulies les plus agréables dans un magasin, car vous faites tourner le réa à la main et vous entendez chanter les billes pendant plusieurs secondes. En offrant une faible surface de contact, les billes limitent le frottement (on considère environ 5% de perte avec les poulies à billes). Principal inconvénient, les billes s'écrasent sous la charge et freinent alors la rotation. Ces poulies sont donc à installer là où la vitesse et la glisse, sont importantes. Mais pas là où les fortes charges s'appliquent.

On installe ces poulies principalement sur les écoutes de spis. La charge n'est pas trop forte, alors qu'il faut embraquer rapidement.

Les poulies à rouleaux

En remplaçant les billes par des rouleaux, on limite la déformation sous forte charge et l’on conserve une bonne glisse. C'est donc la bonne poulie capable de tout : forte charge et bonne glisse. Inconvénient majeur : son prix, largement supérieur aux deux autres catégories.

Voilà la poulie idéale… si ce n'est son prix ! Alors si le père Noël a été généreux, n'hésitez pas !

Les anneaux à friction

En marge des poulies, on trouve ce type d'accastillage sans aucune pièce mobile. Certes, le rendement est très inférieur à celui d'une poulie avec un réa, mais la charge de travail est éminemment plus forte. Ces "poulies" sont idéales pour supporter la charge statique, par exemple l'installation d'une drisse mouflée.

Avec des caractéristiques inégalées chez les poulies, les anneaux à friction sont utilisés pour les drisses, mais aussi comme point d'amure d'un spi asymétrique dont les charges dynamiques sont très fortes.

Reportage : Poulies pour bateaux

Les forces exercées sur une poulie

Le parler poulie

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...


Recevoir l'actualité par email avec Bateaux Hebdo

Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter RECEVOIR BATEAUX HEBDO

Suivre l'actualité
du nautisme et de la mer
Recevoir l'actualité nautique gratuitement RECEVOIR BATEAUX HEBDO