Des bizuths qui pourraient bien jouer les trouble-fêtes sur le Vendée Globe 2016

Ce sera la première fois pour ces 7 skippers mais il faudra compter avec eux ! Certains ont un palmarès impressionnant : Route du Rhum, Mini Transat, Solitaire du Figaro, Transat AG2R ! Et des bateaux capables de rivaliser avec les IMOCA flambant neuf des favoris de l'épreuve...

© Vincent Curutchet / DPPI
Le

Morgan Lagravière (Safran)

À 29 ans, Morgan Lagravière va tenter de monter sur le podium du Vendée Globe pour sa première participation. Originaire de La Réunion, il quitte son île à 17 ans pour suivre la filière sport-études voile. Il fait ses armes en voile légère puis en en séries olympiques avant d'effectuer un passage rapide, mais remarqué dans le circuit Figaro, décrochant deux podiums en trois saisons dans la Solitaire. Aussi à l'aise en parcours côtier, qu'au large, il dépose sa candidature chez Safran en 2013, pour reprendre le flambeau de Marc Guillemot.

Amoureux de la glisse, il passe un maximum de son temps libre sur l'eau : kitesurf, J80, Moth à foil, paddle ou encore windsurf dans la baie de Quiberon. Contrairement à François Gabart ou Armel le Cléac'h, il n'a pas une formation d'ingénieur et se décrit comme davantage attaché à l'aspect sensitif et intuitif de la navigation. Après avoir construit son projet avec la société de Marc Guillemot, Morgan l'a poursuivi avec Kaïros, la structure de Roland Jourdain. Deux héros du Vendée Globe pour mentors successifs, voilà qui promet.

Paul Meilhat (SMA)

À 34 ans, Paul Meilhat fait partie de la génération montante de la course au large et prendra le départ du Vendée Globe 2016 à bord de l'IMOCA tenant du titre (Macif 2012). Issu de la voile légère et des séries olympiques, il a su faire fructifier au large ce passé de pur régatier en passant par la case Figaro Bénéteau, à partir de 2008. L’année suivante, il se fait remarquer sur la Solitaire du Figaro, avec une place de deuxième bizuth. Puis il frappe un grand coup en 2014 en remportant la Transat AG2R et confirme avec une 5e place sur la Solitaire.

Il passe rapidement au 60 pieds IMOCA lorsque SMA lui confie la barre du bateau "d'occasion" le plus convoité de tous, celui avec lequel François Gabart a remporté la dernière édition (2012-2013). Pour aborder son premier tour du monde, Paul a profité de l'expérience du double vainqueur Michel Desjoyeaux et de l'écurie Mer Agitée. Après son accident sur la Transat St Barth/Port-La-Forêt, il a rebondi en terminant 4e de The Transat puis de la New York/Vendée au printemps 2016. Un outsider à prendre au sérieux !

Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut)

Ce sera la première participation du skipper de 38 ans, qui officie dans la "vraie vie" en tant que journaliste (Figaro). Il découvre la mer à travers les navigations familiales sur un petit bateau de 22 pieds. Depuis il retourne sur l'eau à chaque vacance. Après avoir écumé les courses en IRC, Fabrice Amédéo passe par le Figaro et le Class 40.

Il décide de s'engager sur le Vendée Globe lors de l'écriture d'un livre sur la Volvo Ocean Race, avec Sébastien Josse. Il prend un congé sabbatique de deux ans et régate en IMOCA : Transat Jacques Vabre 2015, en double avec Eric Péron, puis deux transatlantiques en solitaire. Son but : terminer, tout en se prenant au jeu de la régate planétaire et en partageant son aventure.

Thomas Ruyant (Le Souffle du Nord pour le Projet Imagine)

Ses victoires dans la Mini Transat en 2009 puis sur la Route du Rhum en Class40 en 2010, — doublé inédit dans des épreuves majeures en solitaire – propulsent le jeune marin au rang des figures montantes de la course au large. Thomas ne s'est pas reposé sur ses lauriers et a poursuivi une carrière qui le mène aujourd'hui à la porte du Vendée Globe, la course de ses rêves. À 15 ans, le Nordiste participe à ses premières régates, en Laser, avant de découvrir le large. Son parcours dans la Mini Transat 2007 est émaillé de galères, mais Thomas ne lâche rien et boucle le parcours.

On connaît la suite, ce remarquable doublé en 2009-2010, sans compter ses victoires dans bon nombre de courses de préparation en Mini 6.50 et en Class40. Passionné par le développement technique des bateaux, il rêve de naviguer en IMOCA. En attendant, il enrichit sa palette de navigateur en effectuant trois saisons en Figaro. Sa première course en IMOCA est prometteuse puisqu'il termine 4e de la Transat Jacques Vabre 2015 avec Adrien Hardy. À 35 ans et pour sa première participation, Thomas souhaite avant tout terminer la course… mais dans les premiers.

Alan Roura (Un Vendée pour la Suisse)

À 23 ans, le navigateur suisse – qui participera pour la première fois au Vendée Globe – sera aussi le plus jeune. Après une enfance à naviguer sur le Lac Léman, il grandit sur l'Atlantique et le Pacifique. À 13 ans, il arrête l'école pour se former à l'école de la vie : chantiers navals en Amérique du Sud, entretien des yachts et charters de luxe à Tahiti, ferblanterie à Grenade, ce touche-à-tout se forge un tempérament bien trempé, arrosé d'une inaltérable passion pour la mer transmise de père en fils. En 2012, il débarque en Bretagne avec l'ambition de s’engager dans la Mini Transat. Pari tenu l'année de ses 20 ans.

Avec le plus petit budget de la flotte, Alan termine 11e de la plus initiatique des transats. L'année suivante, il prend part à la Route du Rhum, à bord d'un Class40 qu'il a préparé avec toute la fougue et l'énergie de sa jeunesse en dépit de moyens limités. Une avarie dans le golfe de Gascogne réduit ses espoirs de traversée à néant. Le coup est dur, mais il rebondit en venant à bout de la Transat Jacques Vabre 2015, toujours en Class40, puis en bouclant sa première transatlantique en solitaire en IMOCA, entre Lanzarote et Newport.

Eric Bellion (Comme un seul homme)

Eric Bellion, 40 ans, s'est fait connaitre en bouclant un tour du monde, le "Défi Kifouine" par les trois caps sur un petit voilier spartiate de 8,60 m à l'âge de 22 ans. Il poursuivra avec deux autres projets porteurs de sens : le Défi Intégration (équipage mixte valides/handicapés) puis Team Jolokia (équipage mixte). Avec une grande expérience du tour du monde, mais pas du solitaire, Eric Bellion s'est préparé activement pour son premier Vendée Globe au sein de l'écurie Mer Agitée d'un certain Michel Desjoyeaux.

Didac Costa (One Planet One Ocean)

Ce marin barcelonais de 35 ans est sapeur-pompier de métier et découvre la navigation au large grâce à des croisières familiales. Ado, il se prend de passion pour la navigation en solitaire et se lance dans le dériveur, puis la classe Mini (Mini-Transat en 2011).

Cette expérience lui donne envie de se tourner vers des bateaux plus puissants et rapides : les IMOCA. Il a d'ailleurs déjà bouclé un tour du monde à bord d'un de ces monocoques de 60 pieds, la Barcelona World Race 2014-2015, courue avec son complice Aleix Gelabert (4place avec un bateau de 2000). Sur cette édition, qu'il tentera pour la première fois, le même résultat sera impossible avec un bateau de cette génération, mais son premier objectif sera de boucler son tour du monde.

Reportage : Les skippers du Vendée Globe

7 participants à prétendre au podium du Vendée Globe 2016

La deuxième division pour 8 skippers du Vendée Globe 2016

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...


Recevoir l'actualité par email avec Bateaux Hebdo

Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter RECEVOIR BATEAUX HEBDO

Suivre l'actualité
du nautisme et de la mer
Recevoir l'actualité nautique gratuitement RECEVOIR BATEAUX HEBDO