Bateaux.com
Magazine du nautisme, de la plaisance et de la mer

L'île du Large de Saint-Marcouf reconnue Monument historique

L'île du Large de Saint-Marcouf - dans la Manche - vient d'être classée Monument historique par le Ministère de la Culture et de la Communication, par un arrêté datant du 25 janvier 2017.

Le
L'île du Large de Saint-Marcouf

Depuis 2003, l'Association des Amis de l'Île du Large Saint-Marcouf œuvre pour protéger, conserver, restaurer et réhabiliter le site naturel et le monument historique qui constituent l'Île du Large, classé à l'inventaire des monuments historiques depuis 2016. En 2015, l'association sollicitait la protection de l'île au titre du patrimoine historique. Et c'est désormais chose faite, puisque l'île du Large de Saint-Marcouf, située au large de Saint Vaast la Hougue (Manche), vient d'être classée Monument Historique, par l'arrêté du 25 janvier 2017, rendu à l'unanimité, de la Commission Nationale du Patrimoine.

Depuis sa démilitarisation en 1981, elle est inoccupée et laissée à l'abandon et appartient au domaine de l'état. Depuis 1999, l'île est d'ailleurs interdite au public, car trop délabrée pour assurer la sécurité des visiteurs.

Histoire de l'île

L'île du Large de Saint-Marcouf comporte des fortifications instaurées par Napoléon Ier en 1802 pour se protéger des Anglais. Le fort est achevé en 1815 et servait à verrouiller la baie de Seine contre les Anglais. À partir de 1860, une poudrière et un bâtiment électro-sémaphorique furent construits. Des douves de 12 m de large, creusées à main d'homme, et ceinturant toute l'île complétèrent les défenses. Des digues maçonnées, aujourd'hui partiellement délabrées protégeaient le tout. Le port créé au nord de l'île s'est également beaucoup dégradé.

Dans les années 1930, l'île est encore entretenue et fréquentée. Le sémaphore a fermé, mais les deux tours du phare sont en place, l'une d'entre elles héberge le phare de l'île. Les tours disparaîtront ensuite, l'une minée, l'autre démolie par l'administration du fait des dégradations du bâtiment, il était déjà trop coûteux de la réparer.

En 1944, l'île fait l'objet de tirs d'obus depuis les batteries d'artillerie à terre (Azeville, Saint Marcouf), qui laissent des traces indélébiles. Le 6 juin 1944, elle devient la première terre libérée lors du débarquement en Normandie. Elle garde encore les traces de la guerre puisqu'à l'intérieur du fort, un moteur de Messerschmidt 109 gît parmi les décombres d'une des deux tours.

En 2016, pendant les chantiers de rénovation, des fragments de journal, de propagande allemande, sont découverts, ainsi que des goupilles provenant de mines antipersonnel allemandes. Les Allemands n'avaient pas occupé l'île, mais l'avaient parsemée de mines, faisant de nombreux blessés parmi les soldats américains ayant mis le pied sur l'île.

En 2015, la digue du port a disparu, engloutie par les tempêtes, deux énormes brèches coupent la digue sud, le mole est quasiment détruit, et le batardeau à l'entrée du port a littéralement disparu. Et depuis 2009, l'association intervient pour éviter la disparition du bâtiment.

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...

3 mois
belle action des particuliers pour laisser aux futures générations autre chose que des tas de cailloux. Ce sont les seules îles entre Cherbourg e Dunkerque. Dommage que l'Etat, au lieu d'encourager ces courageuses initiatives associatives, préfère tout laisser à l'abandon, voir même, dans le cas présent, s'y opposer.
Anne Marie Chantal 3 mois
un grand bravo, et merci à tous ceux qui ont participé à la protection de cette ile et de son monument.

Photos
Voir les 2 photos
Recevoir l'actualité par email avec Bateaux Hebdo

Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter RECEVOIR BATEAUX HEBDO

Suivre l'actualité
du nautisme et de la mer
Recevoir l'actualité nautique gratuitement RECEVOIR BATEAUX HEBDO