MENUVoilier.com
La voile par Bateaux.com
SE CONNECTER

One Minute Boat, un voilier de course imprimé en 3D en déchets plastiques

One Minute Boat est un voilier d'environ 55 pieds (20 m) imprimé en 3D à base de déchets plastiques. Au stade de projet pour l'instant, il a été pensé par la société Searious Business pour lutter contre la pollution plastique des océans. Après la réalisation d'une maquette, l'entreprise néerlandaise et ses partenaires cherchent des investisseurs pour donner vie à ce projet.

One Minute Boat © Searious Business
Le

Transformer le plastique des océans

Chaque minute, 20 000 kilos de déchets plastiques se déversent dans les océans, et seulement 9 % des plastiques sont recyclés. Cela a un impact dévastateur sur l'environnement et la santé humaine. Or, la réutilisation des plastiques dans l'économie circulaire présente de nombreux avantages, de la conservation de la biodiversité à la protection de l'environnement en passant par les bénéfices économiques.

C'est à travers ce constat que la société néerlandaise Searious Business – dirigée par Willemijn Peeters – a décidé de lutter contre la pollution des océans en créant un produit habituellement conçu en plastique : un voilier de course.

La jeune femme s'est donc entourée d'experts — Wijk Yacht Creation et BeteoR BV pour fabriquer le premier bateau imprimé en 3D au monde à base de déchets plastique. En réalisant ce voilier de 20 m de long constitué de 20 tonnes de plastique, ils espèrent prouver aux entreprises qu'il est possible de produire quoique ce soit en plastique, et notamment aux industries des boissons et du transport maritime.

One Minute Boat, un bateau en plastique recyclé

Pour rappeler les données de cette pollution plastique, le voilier s'appelle le One Minute Boat (il faut une minute pour que se déverse 20 tonnes de déchets dans la mer) et aura un poids de 20 000 kilos (le poids de déchets plastiques déversés dans l'océan chaque minute). Il sera construit à base de bouteille plastique en PET – environ 1 000 000 de bouteilles pour la coque et la superstructure — produites à base de centaines de milliards chaque année et jetées.

D'après l'entreprise néerlandaise, la quantité d'énergie utilisée pour produire le bateau devrait être inférieure de 1/3 à celle de la construction navale traditionnelle. Et l'utilisation de plastique recyclé (plutôt que du plastique neuf) permettra une économique de 66 %. "La conception et la construction aideront non seulement à éliminer les déchets plastiques, mais aussi à économiser de l'énergie en utilisant les meilleures technologies disponibles. Nous allons minimiser la consommation d'énergie, la consommation d'eau et les émissions de CO2."

Pour montrer la viabilité du projet, une première maquette a été réalisée par la société d'impression 3D Lay3rs et le constructeur de filaments Tridea et présenté lors de l'évènement "A Plastic Ocean" à Eindhoven, aux Pays-Bas. L'objectif était de présenter une maquette de 2 m à La Haye à l'arrivée de la Volvo Ocean Race mais peut-être que l'annonce d'un rapprochement entre la classe IMOCA et la course autour du monde avec escales en équipage a stoppé les créateurs dans leur élan.

Construit avec du plastique 100 % recyclé, le One Minute Boat sera donc également 100 % recyclable. Il pourra facilement être déconstruit et transformé un autre produit. Une caractéristique qui pourrait donc résoudre la déconstruction des bateaux en fin de vie.

Pour ce projet, Searious Business recherche des fonds et des partenaires puisque le cout total d'un bateau est estimé à 3 millions d'euros.

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...

Cinqtroisun Fra 1 mois
Heureusement que vous êtes un magazine spécialisé. Autrement on aurait pu croire à un gag. Arrêtez de publier des inepties pareil, partiper à la volvo.....
Merlet Briag 1 mois
L'article parle de présenter une maquette de 2 m à l'arrivée de la Volvo Ocean Race et non d'y participer. Quant à la poursuite du projet, libre à chacun d'avoir son avis sur les évolutions à venir des technologies d'impression 3D
Cinqtroisun Fra 1 mois
Alors revoyez votre rédaction car l'article le sous entend. Sinon pourquoi un élan cassé
Cinqtroisun Fra 1 mois
par le passage à l'imoca...
LEBLANC Patrick 1 mois
Euh... Pour ajouter de l'eau au moulin de cinqtroisun, dans la vidéo, vers 1:23, la nana dit bien "... Step two, is building a yacht, sailing it, across the finish of the next Volvo Ocean Race." Je vous laisse le soin de traduire.

Recevoir l'actualité par email avec Bateaux Hebdo

Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter RECEVOIR BATEAUX HEBDO

Suivre l'actualité
du nautisme et de la mer
Recevoir l'actualité nautique gratuitement RECEVOIR BATEAUX HEBDO