Comment percuter ses fusées de détresse ?

© FX Ricardou

Les engins pyrotechniques, plus communément appelés « fusées de détresse » sont à manier avec précaution, leur cadre d’utilisation étant forcément lié à une situation anxiogène. Voici quelques éléments de réponses sur leur bonne utilisation.

Tous les engins pyrotechniques possèdent un mode d’emploi basé sur des pictogrammes, donc facile à comprendre, même en situation de stress intense. Mais pour plus d’efficacité, il est fortement conseillé de regarder et comprendre le fonctionnement sans attendre l’avarie.

Fusée de détresse

Ce qu’oblige la réglementation française

Pour rappel, la réglementation impose un jeu de 3 feux à main en zone de navigation côtière (navigation entre 2 à 6 milles d’un abri). Pour la navigation en zone semi-hauturière ( 6 à 60 milles d’un abri) et hauturière (plus de 60 milles d’un abri), votre navire doit être équipé d’un coffret hauturier soit 3 fusées parachutes, 3 feux rouges à main et 2 fumigènes flottants.

La fusée parachute

Fusée de détresse

C’est le moyen pyrotechnique qui va être déclenché pour signaler une détresse.

La fusée parachute est un lance projectile qui va envoyer une fusée incandescente à environ 350 m de hauteur, puis sa chute sera ralentie par l’ouverture d’un petit parachute. Son temps de combustion est d’environ 40 secondes, pour une visibilité d’environ 25 milles.

Lors de la mise à feu, le recul peut être important. Garder le bras fléchit au-dessus de l’eau et optez pour une position stable.S’utilisant de jour comme de nuit, elle permettra à un navire ou à un moyen aérien de vous positionner depuis une longue distance. 

Attention, une fusée ne doit pas être tirée si un aéronef (avion, hélicoptère…) est en approche. Si la fusée fait long feu (elle ne part pas), il est préférable de l’immerger rapidement afin de limiter les risques de déclenchement intempestif. 

Le feu à main

Fusée de détresse

Le feu à main servira pour guider les secours (bateau, hélicoptère) dans la phase finale d’approche.

Il produit une flamme rouge vif (très vif) pendant environ 60 secondes, en restant au bout de du feu. Attention aux petites projections qui peuvent en résulter et utilisez un gant pour éviter les brûlures. Ne regardez pas la flamme trop longtemps.

Les feux à main sont souvent utilisés lorsque les secours sont déjà alertés et permettent de localiser un navire en approche finale des secours. Au même titre que la fusée parachute, ils s’utilisent de jour comme de nuit,  à tenir bras tendu au-dessus de l’eau (pour ne pas mettre le feu au bateau ou au radeau). 

Le fumigène

Fusée de détresse

Ce feu qui envoie une fumée orange flotte au ras de l’eau. Il ne sert que pour les secours héliportés afin de leur donner une indication sur la force et la direction du vent au niveau de l’eau.

Le fumigène va produire une fumée rouge orangé pendant environ 3 minutes. Utilisable uniquement de jour, un fumigène doit être percuté au-dessus de l’eau et sous le vent. 

Fusée de détresse

Révisez !

Afin de vous familiariser avec ces engins, des sessions d’entrainements sont régulièrement organisées par les stations SNSM ou certains clubs nautiques. 

N’envisagez pas de vous entrainer seul avec vos vieilles fusées. Un tir inconsidéré déclenche immédiatement la mise en œuvre de l'ensemble de la chaîne de sauvetage et mobilise d'importants moyens de recherche terrestres et aériens. L'utilisation des fusées à des fins autres que le signalement d'une détresse est considérée comme une infraction pénale.

Fusée de détresse

Prenez garde aux dates de péremption de vos engins pyrotechniques. Pour rester en règle, vous devez toujours avoir du matériel avec les bonnes dates de validité. Même si, même périmé, votre matériel peut encore fonctionner.

Enfin, n’oubliez pas que votre shipchandler est tenu de récupérer vos fusées périmées pour tout achat de fusées neuves.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...