Conseils pour mieux naviguer au près, le paradoxe des réglages

On parle à juste titre de "gagner au vent" tant c'est une conquête ! Pendant de longs siècles, aucune embarcation n'était capable de remonter au vent. Aujourd'hui la navigation au près serré est rendue possible grâce aux réglages disponibles sur la plupart des voiliers.

Réussir à gagner au vent c'est remporter à son avantage une lutte acquise sur les équilibres des lois de la physique. Pour mieux naviguer au près, il faut se pencher un peu sur la théorie des forces en présence.

Heureusement, l'art de la navigation au près reste suffisamment intuitif pour un enfant de 10 ans balbutiant ses tables de multiplication. Il pourra même y arriver bien mieux qu'un expert en mécanique des fluides.

Optimiste en régate ©Northsails
Armagnac au près en rivière de Daoulas ©Gilbert LE MOIGNE

Les deux généralités paradoxales pour bien marcher au près

"On ne remonte au près qu'avec des voiles bien bordées", "il faut toujours régler les voiles à la limite du faseyement. Nous allons voir de plus près chacune de ces généralités pour mieux les comprendre.

1 - On ne remonte au vent qu'avec un génois bordé "à plat"

Le génois c'est le moteur du voilier il est aussi sa girouette. Pour remonter au vent il faut d'abord s'assurer que le génois est bordé au plus proche des limites techniques du voilier. Souvent les haubans et les barres de flèches seront vos meilleurs repères. Plus la voile se rapproche du centre du bateau plus elle pourra fonctionner près du vent.

J111 ©Jboats

Le guindant du génois et les penons informent le barreur de l'angle au vent. Le bateau doit naviguer au plus proche de l'angle de déventement, mais il faut naviguer sans perdre la puissance motrice du génois. Évidemment la grand-voile a toute son importance, mais les réglages commencent par le génois et la grand-voile suivra.


2 - On doit régler les voiles à la limite du faseyement

Maintenant qu'on sait qu'il faut border les voiles à plat, apprenons qu'il faut choquer la voile au maximum admissible. En effet le but est d'orienter la puissance sur l'avant plutôt que sur le côté. À trop border, ou à naviguer trop écarté du vent, la force devient un effet de gite.

Alors, avec tact on va chercher à naviguer un peu plus haut dans le vent que le réglage de la voile, et dans le vent léger on va choquer un peu les voiles pour qu'elles respirent.

Donc, on ne fait du près qu'avec le génois bordé à plat, et c'est pourtant en choquant à la limite de l'admissible qu'on pourra amèliorer le gain au vent. Cela pouvait paraître paradoxal, mais c'est plutôt complémentaire.

La force qui s'oriente vers l'avant nous fait avancer.

La force qui s'exerce par le travers nous fait gîter.
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...