Ces équipements indispensables lorsque l'on navigue en croisière

En navigation — que ce soit à la voile ou au moteur — certains équipements sont plus indispensables que d'autres et pourront vous être bien utiles en cas de besoin. Voici une liste de ce qu'à la rédaction nous considérons comme essentiel. Êtes-vous d'accord ? Avez-vous d'autres choses à rajouter ?

Annexe/Paddle

Naviguer c'est bien, débarquer c'est tout aussi bien ! Et quand on privilégie les mouillages plutôt que les ports (il n'y a d'ailleurs pas toujours de port à disposition), on sera bien heureux de pouvoir rejoindre la terre autrement qu'à la nage.

Si l'annexe reste l'équipement le plus utilisé — à rame ou à moteur — on trouve de plus de paddle à bord des bateaux. Certes, on sera moins nombreux à bord du deuxième et ce sera peut-être moins stable, mais on pourra l'utiliser pour les randonnées aquatiques. Quant à l'annexe, elle ravira les plus jeunes qui pourront s'y amuser avec une paire de rames.

Couteau

S'il est bien un équipement indissociable du marin, c'est le couteau ! Véritable allié du navigateur, il figure d'ailleurs comme équipement de sécurité. En effet, il servira à couper une drisse ou une aussière en cas d'urgence, mais aussi un libérer un bout de l'hélice par exemple. On pourra également l'utiliser pour la cuisine ou pour le bricolage du bord…

Seau

À bord d'un bateau, le seau aura de très nombreuses utilisations. À commencer par les besoins naturels pour les bateaux ne possédant pas de w.c.. On pourra l'utiliser pour la vaisselle, pour nettoyer le cockpit, pour récupérer le fruit de sa pêche, pour laver des affaires, etc. Bref, c'est un indispensable, à avoir en plusieurs quantités, on n'aimerait pas faire la vaisselle dans son pot de chambre.

Pulvérisateur

C'est la bonne idée pour économiser l'eau du bord. Car les réserves d'eau sont souvent un problème en mer, à moins que l'on ne possède une dessalinisateur. On a tendance à ne pas faire attention et on peut rapidement se retrouver à sec. Le pulvérisateur est un bon palliatif pour optimiser le débit d'eau. On pourra l'utiliser pour la vaisselle ou pour se rincer après un bon bain de mer.

Masque et tuba

En bateau, on est souvent amené à plonger pour vérifier l'état de sa coque ou de son hélice. Or pour travailler sous l'eau — nous ne sommes pas encore des poissons — le masque et le tuba sont des indispensables. Si l'on peut ouvrir les yeux sous l'eau, en mer le sel a tendance à bruler et bien équiper, on pourra travailler plus longtemps.

En dehors de l'aspect utilitaire, on sera bien heureux de pouvoir aller admirer les fonds marins lors d'une baignade.

Ligne de traine

Une ligne de traine fera le bonheur des petits comme des grands et sera bien utilisée pour pêcher sans se fatiguer et nourrir les estomacs affamés. Accroché à l'arrière du bateau, il suffira de surveiller la remontée de l'os de seiche à la surface pour savoir qu'un poisson a mordu à l'hameçon. Ludique, il fera le bonheur des petits comme des grands.

Jumelles

Les jumelles sont un outil de navigation et sécurité indispensable à bord d'un navire, mais elles pourront également être utilisées pour admirer le paysage lors des navigations. Voici comment bien choisir vos jumelles.

Une pince multifonction

En bateau, il y a toujours des choses à bricoler, à régler, à visser, etc. Pour éviter de trop se charger, une pince multi-outils (type Leatherman) est un bon compromis. Ciseaux, lames de couteaux…, vous pourrez trouver en un seul outil jusqu'à 20 accessoires !

Chaise de mât (pour les voiliers)

En voilier, la chaise de mât est un outil indispensable pour vérifier son gréement ou sa girouette en tête de mât. Seul ou aidé au winch par son équipier, on doit être capable de se hisser le long du mât pour effectuer les réparations nécessaires.

Compas de relèvement

Si l'on a tendance à se fier au GPS, le compas associé à une carte papier pourra vous permettre de pallier à un défaut électronique à bord. Le compas de relèvement vous permettra de relever la position d'un amer par exemple. Une solution simple pour vérifier la tenue du mouillage.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Jean-Pierre Dehorne - 5 mois
Vous n'avez pas dû souvent pêcher car faux ce que vous racontez au sujet de l'action de la la placette japonaise qui ressemble à un os de seiche. Celle ci plonge en effet sous l'action du déplacement de bateau et donc le frottement de l'eau sur l'avant de la planchette mais uniquement pour faire nager les plumes et leurres qui y sont rattachés. Dès qu'un poisson s'accroche à un des hameçons, sous l'effet du poids du poisson la planchette se retourne et se met à flotter
Chloé Torterat - 5 mois
Bonjour Jean-Pierre, merci pour votre remarque, c'est exact, j'ai fais une confusion. Je corrige en ce sens
Ajouter un commentaire...