Orage en mer, que se passe-t-il si la foudre touche un bateau ? 

© Loris von Siebenthal

La proximité d'un orage est toujours source d'inquiétude pour les plaisanciers en bateau à moteur et en voiliers. Bien que les accidents soient rares, on peut se demander si un bateau sera forcement foudroyé et le cas échéant, que se passe-t-il.

La foudre va-t-elle s’abattre sur le bateau ?

Tout d'abord, rappelons que chaque seconde dans le monde, il se produit 40 décharges, et que seulement 1/4 d'entre elles toucheront le sol. Il y a plus de gagnants au loto que de personnes foudroyées. Ajoutons qu'il y a proportionnellement plus d'orage à terre qu'en mer, et que les risques d'orages sont bien prévus par les services météorologiques. Mais bon, nous y sommes, les éclairs zèbrent le ciel et à bord du bateau les regards sont inquiets face au danger.

Les orages et la foudre sont assez terrifiants, cependant les accidents corporels sont corrélativement assez rares. D'ailleurs, de nombreux plaisanciers s’étonnent d’avoir traversé de violents orages où les éclairs s'abattaient partout autour d'eux sans jamais les toucher alors qu'ils semblaient la proie idéale au coup de foudre.

Compte tenu de nos connaissances basiques en matière de paratonnerre, il paraîtrait évident qu'un bateau dépassant de la surface de la mer va irrémédiablement attirer la foudre. Heureusement pour les plaisanciers, sur mer les lois physiques de l'attraction électrique rendent le potentiel de la mer souvent plus accrocheur qu'un mât de bateau. La situation dans l'eau douce est beaucoup plus compliquée dans la mesure où l'eau salée est mille fois plus conductrice que l'eau douce. En mer, l'eau qui nous entoure est très "attractive" pour la foudre.

Cependant, le risque d'être foudroyé existe bel et bien et il ne semble pas dépendre de la hauteur éventuelle du mât ni de la qualité de sa "mise à la terre". La foudre a de ces mystères qui sont aussi insondables de certaines voies. Toutefois, les dégâts seront proportionnels à la qualité de la protection donc de la mise à la terre.

L'instant où l'éclair frappe le bateau ! Et pourtant le voilier de gauche a un plus grand mât.©Francis Evans

Que se passe-t-il si la foudre touche un bateau ?

La foudre s'abat sur la tête de mât et charge tout le gréement, le bateau doit disposer d'un chemin conducteur pour canaliser la charge vers l'eau. Sinon, entre les parties inférieures du gréement, par exemple le pied de mât ou les cadènes, des arcs électriques transversaux destructifs peuvent apparaitre.

Si, sur son chemin pour se relier à la mer, l'arc électrique rencontre d'aussi mauvais conducteurs que la fibre de verre, des cloisons en bois, ou un pont en teck, la chaleur supérieure à celle de la surface du soleil atomisera littéralement les obstacles. En cas de foudroiement direct d'un bateau mal relié à la terre, l'énergie colossale risque de déformer le mât, endommager les haubans, un pont en teck peut prendre feu ou exploser par vaporisation de l'eau, le composite peut localement se transformer en plasma…

Ce sont là les risques extrêmes, généralement on déplorera des dégâts moins importants souvent limités à l'électronique du bord, soit qu'on ait eu la chance que la foudre s'abatte un peu à côté soit que la mise à la terre a bien fonctionné.

Le matériel électrique et la foudre

Les dégâts rattachés à la foudre concernent tous les équipements électriques particulièrement ceux qui ont des liaisons filaires, mais pas seulement. Avec un champ électrique extrêmement intense comme celui de la foudre, si la mise à la terre permet de dévier l'essentiel de l'énergie à la mer, les champs électriques induits seront destructifs pour l'électronique.

On voit disparaitre l'antenne VHF, l'anémomètre, le feu de tête de mât. À bord, le panneau électrique fume, les fusibles des appareils ont cramé, le pilote automatique est souvent hors d'usage, le chargeur de batterie et le contrôleur hors service, idem l’autoradio et le GPS, mais aussi le relais du démarreur, l’alternateur, les régulateurs de panneaux solaires, etc.

Le premier réflexe consiste à déconnecter les batteries, car leur détérioration rendrait la suite de la navigation bien compliquée. Les coupe-circuits sont insuffisants, on doit séparer physiquement les câbles des batteries. Il faut ensuite déconnecter les aériens, comme la VHF, l'anémomètre, le feu de navigations et le radar. Ils ne seront pas préservés pour autant, mais on limite les risques de propagation du champ électrique au reste du bateau.

Durant l'orage, pour protéger l'électronique portable (PC portable, smartphone, tablette, Lampe frontale, VHF portable, Iridium), il est conseillé de les stocker dans le four si vous en possédez un, il leur offrira un effet de cage de faraday.

Plus d'articles sur les chaînes :

Lire le reportage : Les orages en mer

Navigation, comprendre le coup de foudre

Les orages en mer, mieux les connaitre

Réagir à cet article :
Dominique Charnier - 2 semaines
ne dit on pas que relier le mat à la mer en guise de paratonnerre attire bien plus la foudre ? Dominique
Ajouter un commentaire...