Blue Djinn et Djinn 7, des petits voiliers habitables et transportables tout équipés

Les Djinn à Noirmoutier © Manuel Biarrotte/Aspro-Djinn

À la fin des années 90 et jusqu'au début des années 2000, le chantier B2 marine, basé près de Bordeaux lance le Blue Djinn puis le Djinn 7, deux voiliers de 6,09 m et 7,18 m. Petits, mais costauds, ces dériveurs intégraux sont idéaux pour le cabotage.

Le Blue Djinn en 1995

En 1995, le chantier B2 Marine, installé dans la région de Bordeaux lance le Blue Djinn, un petit voilier habitable et transportable de 6,09 m en dériveur intégral. Si ce modèle est idéal pour le cabotage et le rase-cailloux, l'intérieur est vraiment modeste. Ainsi, il est impossible de se tenir debout et il faut souvent adopter l'aménagement à sa navigation, le couchage de la pointe avant débordant sur le carré pour passer la nuit à bord.

Ce petit défaut de place est compensé par le fait qu'il soit très facilement transportable. Pas besoin d'avoir une grosse cylindrée pour transporter son petit voilier sur la route. Ses qualités marines sont également mises en avant par les aficionados et certains propriétaires partent même une semaine entière pour caboter le long des côtes.

Blue Djinn à Noirmoutier © Manuel Biarrotte/Aspro-Djinn
Un Blue Djinn

Une version plus habitable avec le Djinn 7 en 2002

En 2002, le chantier décide d'agrandir son petit voilier et lance alors le Djinn 7, d'une longueur de 7,18 m. Ce plan Fauroux remis au goût du jour 7 ans après le lancement du premier Blue Djinn n'a rien de démodé.

"Plus d'un mètre de différence, ça change beaucoup de choses", explique Yvon Le Bars, président de l'AsPro Djinn, association consacrée à ces deux voiliers et propriétaire d'un Djinn 7. Avant d'ajouter : "Je tiens debout dans la cabine sous la capote et mon épouse peut passer sur une grande partie du bateau. L'avantage, c'est qu'on a vraiment l'espace nuit — les couchettes peuvent rester à poste — et l'espace jour. L'inconvénient c'est qu'il est aussi beaucoup plus lourd et qu'il faut un véhicule plus conséquent pour le tracter. Ça n'empêche pas certains propriétaires de naviguer en solitaire et d'effectuer toutes les manœuvres de mise à l'eau seul."

Djinn 7 à Noirmoutier © Manuel Biarrotte/Aspro-Djinn
Un Djinn 7

Un aménagement custom

Solides et marins, ces deux bateaux sont faciles à mettre à l'eau et à mâter. Si l'intérieur peut paraitre sommaire au premier abord, chacun peut aménager son bateau comme bon lui semble, un des avantages offerts par les Djinn.

"Avec une construction monolithe, on peut facilement bricoler dessus. D'ailleurs, je crois qu'il n'y a pas deux Djinn 7 similaires. Chaque skipper l'aménage comme il le souhaite, même s'ils sont à la base conçus comme des dayboats. Mais on y trouve tout l'aménagement nécessaire pour passer un bon moment à bord, une couchette avant, une réserve d'eau suffisante et un grand cockpit pour recevoir du monde à la journée. Dans mon bateau, j'ai aussi une table de carré, un bloc cuisine avec réchaud 2 feux sur cardan, évier inox et poubelles en dessous, la pompe à eau et même des w.c. marins. Il est parfaitement équipé pour le cabotage" explique Yvon.

Le président de l'association n'a de cesse de venter les mérites de ce "petit bateau tout équipé, qui permet d'avoir tout à portée de main une fois assis dans le carré."

En ce qui concerne la motorisation, les Blue Djinn et Djinn 7 sont équipés de moteur hors-bord, installés sur le tableau arrière, dont une puissance de 5 CH est largement suffisante.

Le Blue Djinn Yves Parlier à Noirmoutier © Manuel Biarrotte/Aspro-Djinn
Le Blue Djinn Yves Parlier

Un petit bateau équipé comme un grand

Malgré leur taille, les Djinn sont équipés comme des "grands" : Grand-voile lattée, leasybag et leasyjack, gennaker sur bout-dehors, prises de ris automatiques, panneau solaire, pilote automatique, électrique, douche solaire, w.c. ou encore glacière…

Mais leur petite taille leur permet de naviguer facilement en solitaire ou en couple, sans trop d'efforts physiques. "Parmi les propriétaires de Djinn, on retrouve beaucoup d'anciens propriétaires de gros bateaux qui n'en pouvaient plus des efforts physiques à fournir ou des gens qui ont baroudé et qui trouvent leur compte avec ce voilier" détaille Yvon.

Djinn en navigation devant le phare de Morgat - Crozon © Manuel Biarrotte/Aspro-Djinn
Djinn en navigation

Navigation à la journée ou semaine de croisière

Si beaucoup ne naviguent qu'à la journée, surtout sur le bassin d'Arcachon, leur équipement et leur bon comportement marin, mais surtout leur construction en dériveur intégral est idéale pour le cabotage ou le rase-cailloux d'une ou deux semaines. Ainsi, il est possible de naviguer au plus près de la côte, de passer une nuit posé sur une plage ou au fond d'une rivière, là où les autres ne peuvent pas aller.

Le Blue Djinn pourra accueillir facilement 2 personnes, et jusqu'à 3 à bord tandis que le Djinn 7 permet à 4 personnes de naviguer confortablement.

Bassin d'Arcachon - Ile aux oiseaux devant les cabanes tchanquées © Manuel Biarrotte/Aspro-Djinn
Un Djinn à l'échouage

Un bateau accessible financièrement

Si la taille des Djinn est un atout incomparable pour les propriétaires, le budget en est un aussi. "Ce sont des bateaux transportables, donc il n'y a pas de frais de port ou de stockage", explique Yvon.

Aujourd'hui, le chantier ne produit quasiment plus de Blue Djinn et de Djinn 7, le marché de l'occasion permettant de trouver des bateaux en très bon état. Comptez entre 7 000 et 8 000 € pour un modèle d'occasion (tout dépendra de l'âge et de l'état). "Ces bateaux décotent lentement, plus ils sont petits plus ils conservent leur valeur." Conclut Yvon.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Blue Djinn, la fiche technique

MarqueB2 Marine
ArchitecteJacques Fauroux
Longueur hors-tout6.09 m
Largeur2.37 m
Catégorie CEC
Nombre de passagers6
Déplacement lège900 kg
Nombre de moteurs maximum1
Voir la fiche technique complète du Blue Djinn