Arctique
Tous ActualitésPublicationsPhotos
Traversée de l'Arctique
Vendée-Arctique
Antarctique

Vendée Arctique, deuxième jour de course. Avarie sur L'Occitane ! Ce lundi 7 juillet, à 13h15, Armel Tripon a constaté une avarie sur son IMOCA. Le marin se déroute vers la Bretagne. Le skipper nantais avançait vers le sud-ouest, à une vitesse de 12 noeuds dans un vent de nord-ouest. "Armel est forcément... - Lire la suite

Ajouter un commentaire...

La tête de la flotte désormais emmenée par Jérémie Beyou (Chara), butte depuis hier soir dans une vaste zone anticyclonique déventée. La vitesse des foilers dernière génération a considérablement chuté, et les trajectoires se montrent erratiques, au hasard des petits souffles d'air qui tournoient sur... - Lire la suite

IMOCA
Miranda Merron
Jérémie Beyou
Vendée-Arctique
Ajouter un commentaire...

Les skippers ayant abandonnés la #vendeearctiquelesablesdolonne pourront-ils participer au #vendeeglobe ?

IMOCA
Vendée-Arctique
Avarie
Ajouter un commentaire...

Avarie sur L'Occitane, Armel Tripon se déroute vers la Bretagne - Vendée Arctique

Vendée Arctique, deuxième jour de course. Avarie sur L'Occitane ! Ce lundi 7 juillet, à 13h15, Armel Tripon a constaté une avarie sur son IMOCA. Le marin se déroute vers la Bretagne. Le skipper nantais avançait... - Lire la suite

Ajouter un commentaire...

Le départ de la Vendée-Arctique-Les Sables d'Olonne, boucle en solitaire de 3572 milles qui mènera la flotte vers l'Islande puis les Açores, est donné ce samedi à 15h30 des Sables d'Olonne. Avant le coup d'envoi de cette grande répétition générale à quatre mois du départ de Vendée Globe, Christopher... - Lire la suite

Ajouter un commentaire...

Ce lundi 7 juillet, à 13h15, Armel Tripon a constaté une avarie sur son IMOCA, L'Occitane en Provence. Le skipper nantais avançait vers le sud-ouest, à une vitesse de 12 noeuds dans un vent de nord-ouest.A 14 heures, Armel Tripon prenait contact avec son team pour déclarer un problème ; deux lisses longitudinales... - Lire la suite

Ajouter un commentaire...

Ce lundi 7 juillet, à 13h15, Armel Tripon a constaté une avarie sur son IMOCA, L'Occitane en Provence. Le skipper nantais avançait vers le sud-ouest, à une vitesse de 12 noeuds dans un vent de nord-ouest.A 14 heures, Armel Tripon prenait contact avec son team pour déclarer un problème ; deux lisses longitudinales... - Lire la suite

Ajouter un commentaire...

Charlie Dalin dans la bonne échappée à l'assaut de l'Islande. La conquête de l'Ouest est bien lancée, ou plutôt celle du Nord-Ouest : le cap vers lequel tous les IMOCA de la flotte de cette « Vendée - Arctique - Les Sables » pointent. Après un début de course maîtrisée, Charlie Dalin et son APIVIA se... - Lire la suite

IMOCA
Vendée-Arctique
Charlie Dalin
Ajouter un commentaire...

Sébastien Simon prend la décision d'abandonner. Après la casse de son foil tribord en début de course hier, Sébastien Simon a rallié Port-La-Forêt, son port d'attache vers 3 heures du matin. Le skipper a été accueilli par Vincent Riou et son équipe qui ont pu procéder aux premières constatations.
Les... - Lire la suite

Sébastien Simon
Abandon
Foil
Ajouter un commentaire...

C'est une route empreinte de sagesse et de pondération que suit Miranda Merron (Campagne de France) depuis le départ samedi dernier des Sables d'Olonne dans le cadre de cette Vendée-Arctique-Les Sables.L'important est de terminer répète-t'elle à l'envie, alors que déjà trois concurrents ont dû abdiquer... - Lire la suite

Miranda Merron
Ajouter un commentaire...

Ce lundi 7 juillet, à 13h15, Armel Tripon a constaté une avarie sur son IMOCA, L'Occitane en Provence. Le skipper nantais avançait vers le sud-ouest, à une vitesse de 12 noeuds dans un vent de nord-ouest.
A 14 heures, Armel Tripon prenait contact avec son team pour déclarer un problème ; deux lisses... - Lire la suite

L'Occitane en Provence
Armel Tripon
IMOCA
Jacques Caraës
Ajouter un commentaire...

Une flotte groupée dans le nord de l'Europe #imoca #vendeearctique

Vendée-Arctique
IMOCA
Ajouter un commentaire...

Il faut le dire. Depuis le début, samedi, de la Vendée ? Arctique ? Les Sables d?Olonne, le skipper du voilier V and B ? Mayenne est entré dans sa compétition en solitaire, préambule du Vendée Globe, de manière prudente. Maxime Sorel ne voulait pas prendre de risques dans une mer tordue et surtout prendre... - Lire la suite

IMOCA
Maxime Sorel
Ajouter un commentaire...

Tout va bien à bord de L'Occitane en Provence et Armel, avec qui j?ai échangé plusieurs fois depuis le départ, est en pleine forme et très heureux. Il est parfaitement en phase avec les objectifs que nous nous sommes fixés.

Après une exceptionnelle performance à terre dans les jours précédant... - Lire la suite

Armel Tripon
Ajouter un commentaire...
Quelle semaine pour toute l'équipe de Black Pepper Yachts et L'Occitane Sailing Team, 144 heures après le début des travaux, L'Occitane en Provence a été remis à l'eau à La Trinité-sur-Mer, mercredi 2 juillet. Un peu plus de 1000 heures de travail cumulés pour venir à bout de cette réparation, les équipes de Black Pepper Yachts se sont relayées jour et nuit pour réussir à tenir les délais. L'impact, provoqué par un OFNI lors de la qualification d'Armel Tripon pour la Vendée Arctique, a été réparé et la zone consolidée. En parallèle de ce chantier, l'équipe technique du bateau a continué la préparation du bateau, avec un seul objectif qu'Armel puisse être au départ de la course le 4 juillet prochain.

10 jours pour réparer le trou dans la coque, un défi pour #armeltripon et #blacpepperyachts

L'Occitane en Provence
Armel Tripon
IMOCA
Ajouter un commentaire...

Direction nord pour la flotte de la Vendée-Arctique-Les Sables-d'Olonne #IMOCA

IMOCA
Vendée-Arctique
Ajouter un commentaire...

Aventures et mésaventures en Antarctique : comment éviter d’embarquer sur un voilier mal préparé ? #Bilan

Antarctique
Expédition
Ajouter un commentaire...

Dimanche 4 juillet, Sam Davies prendra le départ de la Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne, grande répétition générale à quatre mois du Vendée Globe. Vingt-deux skippers seront en lice avec au programme une boucle de 3 600 milles en Atlantique Nord entre la Vendée, l’Islande et les Açores. Sam aborde... - Lire la suite

Samantha Davies
Ajouter un commentaire...

Première compétition de l’année pour les bateaux qui prendront le départ du Vendée Globe 2020 et pas des moindres ! La Vendée-Arctique-Les Sables d’Olonne est une course atypique, un parcours inédit : au programme un départ et une arrivée aux Sables d’Olonne via l’Islande et Les Açores.« Il me tient... - Lire la suite

IMOCA
Ajouter un commentaire...

Aventures et mésaventures en Antarctique : Sara nous explique pourquoi elle a choisi de débarquer #Antarctique

Fortune de mer
Naufrage
Antarctique
Goélette
Jean-Philippe Laurentin - 2 semaines
Merci pour ce beau texte. On en apprend décidément beaucoup sur ce bateau et son capitaine. Bien que tous ses amis le défendent (voir les épisodes précédents), il est clair que ce bateau n’avait rien à faire dans cette région et qu’avec un capitaine aussi léger sur la sécurité, la décision de débarquer s’imposait clairement même si elle a dû être difficile à prendre.
Séverine Brancour - 1 semaine
Autan les articles précédents étaient intéressants, factuels et techniques, autan ce texte de l'équipière sent le règlement de compte . Elle se contredit , c'est confus, avec des relents d'attaque personnelles. C'est la complainte du pauvre Caliméro, la "mal-aimée" qui a été malmenée et qui n'a pas été considérée à sa juste valeur d'artiste et qui se venge ! Manifestement elle s'est trompé en s'inscrivant à cette croisière où elle s'attendait certainement à un voyage plus "organisé" avec un respect du timing. Ce texte n'apporte pas grand chose pour moi qui ne connait pas les protagonistes de cette histoire. C'est trop lourd et ça finirait presque par discréditer Dominique et Carole... C'est juste le ressenti d'une petite navigatrice .
Bernard Guiot - 1 semaine
j'ai lu avec bcp d'intérêt ces divers témoignages, et les commentaires de certains. Il est sain de parler de ces pb, car il y a des abus, avec une absence de contrôle des autorités. J'ai un peu d'expérience de la navigation hauturière, souvent comme skipper. J 'ai aussi embarqué comme équipier sur 3 voiliers charter, en Patagonie, au Spitzberg et en Antarctique. 2 voiliers étaient parfaitement entretenus, équipés, avec topo sécurité et skipper compétent, avec les bons diplômes et déclarés. Un voilier m' avait interpellé en 2010, en Patagonie, sur son impréparation, bateau mal entretenu et de vrais pb de sécurité. Paix à son âme, il s'agit de Paradise et de Arnaud D’Allennes. Il suffit de lire le rapport du BEA mer pour comprendre. Chacun des témoignages est intéressant, révélateur de la perception vécue, Technique ou émotionnel, C'est cela l'essentiel. On ne s'aventure pas dans ces zones éloignées, et en expédition, avec des pb techniques à bord, un voilier mal préparé. Chacun a agi en conscience. L'important est qu'il n'y ait pas eu d'accident humains. Mais de tels témoignages sont nécessaires, car certains charters ne respectent pas les règles élémentaires. relire encore le rapport officiel du BEA mer sur l'accident de Paradise. Il faut aussi rester modeste, la mer est toujours la plus forte, et parfois même avec bcp d'expérience, on peut tous être conduits, un jour ou l'autre, à la faute. Mais l’enchainement de tels pb montre un voilier mal préparé, même si mon expérience de 40 000 milles en navigation, m’a montré que certains pb peuvent arriver par malchance ;
Voir les commentaires suivants
Ajouter un commentaire...

10 jours pour réparer le trou dans la coque, un défi pour #armeltripon et #blacpepperyachts

L'Occitane en Provence
Armel Tripon
IMOCA
Ajouter un commentaire...

Depuis fin mai, Charlie Dalin et ses équipiers enchaînent les navigations à bord de l’Imoca APIVIA dans les eaux de l’Atlantique, mêlant travail de fiabilisation et quête de la performance… sans oublier le plaisir d’être sur l’eau. Les stages programmés au Pôle Finistère Course au Large cette fin de... - Lire la suite

Charlie Dalin
Vendée Globe
Ajouter un commentaire...

Maxime Sorel, avec ses armes. Le 8 novembre, le navigateur cancalais coupera la ligne de départ de son premier Tour du Monde en solitaire, sans escale et sans assistance. Le 4 juillet, il prendra le départ de sa deuxième compétition en Imoca et en solitaire avec la Vendée - Arctique - Les Sables d'Olonne.... - Lire la suite

Maxime Sorel
Vendée Globe
Ajouter un commentaire...

Aventures et mésaventures en Antarctique : après l’échouement, perte de confiance dans le bateau #Exploration

Antarctique
Voie d'eau
Déséchouement
Exploration
ERICH DELNATTE - 3 semaines
A bon ? La rédaction a pris contact avec un autre équipier !? Très bien, mais... un équipier qui a égoïstement abandonné le bateau avec Dominique et Carole ou équipier qui est resté à bord, solidaire du "capitaine et son épouse" pour ne pas les laisser risquer de mettre leur vie en danger en ramenant en équipage réduit une goélette de 50 pieds ? Ce serait aussi intéressant de développer le coté valeur humaine, solidarité d'un équipage soudé devant l'adversité versus le coté consommateur ...
daniel enjolet - 2 semaines
bonjour, Je comprends que l'incertitude incite à la prudence. C'est légitime. Il y avait deux problèmes: le moteur et sa réserve de gasoïl et la quille. Hormis l'absence surprenante de vérifications, que la quille soit remplie de gasoil ou d'eau est-ce une grande différence?
Jean-Philippe Laurentin - 2 semaines
Personnellement je comprends tout à fait la décision des équipiers de débarquer. Il ne fait aucun doute dans mon esprit, vu les nombreux manquements constatés en matière de préparation et d'entretien du bateau, qu'ils ont pris la décision qui s'imposait. En cas d'accident, le rapport d'enquête aurait vraisemblablement été tout aussi accablant que pour l'accident du PARADISE : sauf que les équipiers n'avaient pas osé débarquer avec le résultat que l'on sait. Il n'y a pas de place pour l'amateurisme dans ces régions.
Voir les commentaires suivants
Ajouter un commentaire...

Alex Thomson et son équipe - tout comme les concurrents de la classe IMOCA - ont dû stopper leur entraînement pendant 9 semaines en raison de la pandémie de COVID-19. Suite à l'assouplissement des restrictions de confinement en Angleterre, l'équipe a pu remettre le bateau à l'eau, avant de reprendre... - Lire la suite

Hugo Boss
Alex Thomson
IMOCA
Vendée Globe
Ajouter un commentaire...

C’est confirmé ! Les Imoca se retrouveront le 4 juillet prochain au large des Sables d’Olonne pour le départ de la 1re édition de la Vendée - Arctique - Les Sables d’Olonne. Sébastien Simon s’alignera sur cette course en solitaire aux côtés de 21 concurrents.

Le départ sera donné samedi 4 juillet... - Lire la suite

IMOCA
Vendée Globe
Ajouter un commentaire...

Des skippers prêts à en découdre sur la #vendeearticquelesables

IMOCA
Vendée-Arctique
Ajouter un commentaire...

Jérémie Beyou : « Les nouveaux foils au portant, c'est le jour et la nuit » Sorti le 16 mai dernier d'un long chantier tourné vers la performance en vue du Vendée Globe, l'IMOCA Charal fait l'objet depuis d'une campagne d'essais destinée à valider les nombreuses optimisations effectuées. A trois semaines... - Lire la suite

IMOCA
Jérémie Beyou
Vendée Globe
Charal
Ajouter un commentaire...

Aventures et mésaventures en Antarctique, un échouement qui engendre une voie d’eau… #Echouement

Exploration
Echouage
Antarctique
PHILIPPE BOENNEC - 3 semaines
Je suis navré après la lecture de ces articles en épisodes sur un bateau et un capitaine de mer que je connais aussi. Les photos sont cependant très belles, les articles sont bien écrits mais le fond est moche.Moche intellectuellement, moche humainement! J'ai croisé Carole et Dominique sur la Cardinale autour d'un verre de Pisco préparé par le Capitaine.Je ne les connais pas. Juste le temps d'une demi soirée et au revoir. Cependant, je me souviens de l'ambiance, je peux dire que ce soir là à bord de La Cardinale, elle était "copain", voire "frère" des latitudes sud. C'est triste de lire maintenant de tels propos venant de ces mêmes personnes avec comme objectif de nuire à l'intégrité de marin du CapitaineLe capitaine que je connais depuis maintenant plusieurs années a toute mon estime, mon respect et ma confiance.Nous sommes restés 3 semaines avec ma compagne à bord de LC: 3 semaines de bonheur de naviguer sur le Beagle, dans la baie de Nassau et au Cap Horn, et de plaisir de découvrir ces espaces loin de tout. J'ai le plaisir de vous assurer qu'à aucun moment je me suis senti en danger sur la goélette. Je le remercie ainsi que mon ami Philippe de nous avoir invité à ce grand moment de navigation.Il y avait bien une belle caisse à outils à bord mais excepté pour casser les pattes des crabes ou la glace pour le Pisco, nous n'en avons pas eu l'utilité. Préposé au guindeau soir et matin, je n'ai pas souvenir de panne et de coup de marteau à donner pour décoller des charbons récalcitrants, etc. etc. Bref, j'en conclue que lorsqu'on s'approche de la lumière on devient une cible! Continues à faire ce que tu aimes et sais faire Capitaine avec ton voilier, c'est trop chouette. Fais naviguer des amis avec qui tu partages les mêmes valeurs humaines.C'est plus sur! JEAN MONTAVILLE
ERICH DELNATTE - 3 semaines
ERICH DELNATTE - 3 semaines
Tel un joli ballon, le spi de la Cardinale tracte le bateau vers l'archipel de Melchior ! Je cite l'auteur de l'article " Alors que nous dérivons, le capitaine bataille avec le spi qui refuse de se gonfler"... Je vous laisse juge de la rigueur du récit !!! Ou l'art d’arranger les faits à sa sauce pour justifier de la fin.
Ajouter un commentaire...

Maxime Sorel a des fourmis dans les jambes. A moins de 5 mois du départ de son premier Vendée Globe, le navigateur cancalais a repris les navigations et se prépare pour une course d’entrainement : la Vendée – Arctique – Les Sables. Une épreuve en solitaire de 3600 milles où les prétendants au tour du... - Lire la suite

Maxime Sorel
Vendée Globe
Ajouter un commentaire...

VENDÉE GLOBE : DÉPART LE 8 NOVEMBRE ENTÉRINÉ ! À cinq mois du Vendée Globe, les concurrents ont presque tous remis leur bateau à l’eau et repris le cours de leur préparation à la neuvième édition. Mise au point sur les étapes importantes qui vont jalonner la préparation des skippers d’ici le 8 novembre.... - Lire la suite

Vendée Globe
Ajouter un commentaire...

Thomas Ruyant et toute son équipe enchainent depuis le début de la semaine, avec méthode et circonspection, les navigations de mise au point au large de Lorient. Bénéficiant de conditions météos particulièrement propices, vent pour une quinzaine de noeuds, mer plate et sous un soleil généreux, le skipper... - Lire la suite

Thomas Ruyant
Vendée Globe
IMOCA
Ajouter un commentaire...

Aventures et mésaventures en Antarctique, impossible de gagner plus au sud #Antarctique

Expédition
Antarctique
Ajouter un commentaire...

Le team voile Maître CoQ, focus sur les navigations techniques. Comme les équipes de l’entreprise vendéenne Maître CoQ dont l’activité n’a jamais cessé pendant le confinement, Yannick Bestaven a été particulièrement occupé depuis le 17 mars, entre l’IMOCA Maître CoQ IV (mis à l’eau le 11 mars) à surveiller,... - Lire la suite

Vendée Globe
IMOCA
Yannick Bestaven
Ajouter un commentaire...

Vendée - Arctique - Les Sables d'Olonne, le 4 juillet : Les « Monsieur Madame » embarquent avec le skipper varois Clément Giraud ! Qui n'a jamais lu un livre des « Monsieur Madame » ? Véritable succès en librairie, la collection rigolote et transgénérationnelle créée il y a presque 50 ans a décidé de... - Lire la suite

Vendée Globe
IMOCA
Ajouter un commentaire...

Dans la voile, comme dans le monde du sport, les activités reprennent doucement. Ce mercredi, le skipper italien Giancarlo Pedote a remis à l’eau son IMOCA Prysmian Group, à la base des sous-marins de Lorient. Le bateau, qui porte également fièrement les couleurs de l’association Electriciens sans frontière,... - Lire la suite

Vendée Globe
Ajouter un commentaire...

ARKEA PAPREC de retour sur l'eau. Après un hiver en chantier, l’Imoca ARKEA PAPREC a été remis à l’eau ce matin à Port-La-Forêt. Des travaux ambitieux ont été menés sur le 60 pieds de Sébastien Simon en vue du Vendée Globe. Impatient de retourner naviguer, le skipper sablais a d’ores et déjà programmé... - Lire la suite

Sébastien Simon
IMOCA
Arkea-Paprec
Vendée Globe
Ajouter un commentaire...

Aventures et mésaventures en Antarctique, le plaisir de gouter à une exploration #Antarctique

Antarctique
Exploration
Hors-Bord
Ajouter un commentaire...

Le V and B – Mayenne de Maxime Sorel retrouve la mer.
C'est une étape importante, à la fois technique et symbolique, le monocoque V and B – Mayenne a été remis à l'eau et remâté ce matin à Concarneau. Il reste cinq mois à Maxime et son équipe avant le départ du Vendée Globe. Cinq mois de préparation,... - Lire la suite

Maxime Sorel
Vendée Globe
IMOCA
Ajouter un commentaire...

Aventures et mésaventures en Antarctique, une histoire qui aurait pu mal tourner… #Exploration

glace
Antarctique
Expédition
Sécurité
Gilet de sauvetage
Katell les tutos de la croisiere - 1 mois
J'ai connu des skippers et des voiliers à l'image de ce qui est décrit ici. Des marins généreux, expérimentés appréciés et reconnus, comme les commentaires précédents le décrivent. Il n'empêche que trop souvent dans le milieu associatif on s'est habitué à faire avec peu de moyens: système D, main d’œuvre gratuite et plus ou moins qualifiée. Cela permet à des centaines ou milliers de matelots d'apprendre à naviguer à un coût modéré dans une ambiance conviviale. Côté sécurité, on s'habitue à réparer en mer, avec les moyens du bord, et faire durer le matériel jusqu'à la rupture. Cet état d'esprit devient une partie intégrante de l'aventure, soutenue par des valeurs anti-consuméristes. Au final on en arrive à prendre des risques parfaitement évitables, et on passe autant de temps à bricoler qu'à naviguer. Je pense que les responsables associatifs devraient être plus exigeants sur ce point; sinon la législation va se durcir encore et nous perdrons le droit de partager notre passion en dehors des circuits commerciaux.
ERICH DELNATTE - 1 mois
La sécurité à bord d'un bateau, que ce soit un voilier privé ou professionnel ou un navire à moteur est quelque chose d'impératif. D'ailleurs les TAAF ne s'y trompent pas et sont très exigeantes à ce sujet quand on dépose un dossier pour l'obtention de l'autorisation de naviguer en Antarctique. Tous les skippers qui sillonnent ces eaux sont donc informés et conscients de l'importance de la sécurité à bord et de l'utilité du matériel de sécurité et de son bon entretien. la Cardinale est en tout point conforme à la réglementation et va même plus loin en ajoutant à la liste de l’équipement obligatoire une balise IPRD supplémentaire ainsi que des balises personnelles, des combinaisons TPS et autres trackeur. La lecture de cet épisode sur notre balade dans les eaux du grand continent blanc, la visite de la base de Videla et nos contacts nocturnes avec les growlers est un régal et rappelle d'excellents souvenirs. J'aimerai cependant apporter une petite correction au dernier chapitre et à la perte supposée "d'un petit objet non identifié (qui) se détache de la brassière de sauvetage de Carole"SIC. Les choses ne se sont pas réellement déroulées de la sorte même si j'aime bien l'image et le "Voyons Carole" lancé par le Capitaine ! Encore une fois nos amis journalistes devraient vérifier les faits avant de publier. Voilà donc ma version: je me suis aperçu en manipulant les gilets pour les ranger que quelque chose se déplaçait à l’intérieur de la housse de l'un d'eux. A l'ouverture de celle ci je constate que le système entier de gonflage automatique s'est désolidarisé de l'enveloppe de la bouée, (système HAMMAR à déclenchement hydrostatique). Intrigué je le replace et en le manipulant un peu fermement je me rends compte qu'il se décroche à nouveau. J'en informe le skipper, on vérifie alors scrupuleusement les douze gilets présents à bord (dont les systèmes de gonflage avaient tous été changés avant le départ) pour s'apercevoir que cinq présentent les même symptômes. Ils restent donc sept gilets opérationnel pour six équipiers c'est donc parfait. Que s'est-il donc passé? Les kits de rechange des systèmes de gonflage avaient tous été changés par précaution avant le départ, cinq d'entre eux n’étaient pas conformes au niveau des fixations (petits ergots) sur la bouée! Pourquoi ? Comment ? je ne sais pas ! Et ceci était d'autant plus sournois que l'on arrivait bien à les mettre en place mais que seule une manipulation un peu brutale faisait sauter. Les pièces défectueuses ont été gardées pour réclamation auprès du fournisseur et avoir une explication. A ce jour je n'ai pas le réponse. Cet incident aurait pu avoir de faucheuses conséquences, même si sous ces latitudes les gilets servent plutôt de harnais pour ne pas passer par dessus bord que de système de flottaison . @Katell, je suis pleinement d'accord avec vous sur le fait que commercial ou associatif, nous devons tous être extrêmement vigilant et exigeant sur la sécurité, c'est la liberté de tous qui est en jeu. Mais rassurez vous Katell, les économies de bout de chandelle ne sont pas la philosophie de La Cardinale et je vous invite si d'aventure vous croisez cette belle goélette à vous présenter à bord pour constater par vous même. Pour conclure, et là je m'adresse au journaliste, il est intéressant de relater ce type d'incident si on va jusqu'au bout de l'analyse et qu'on en tire des conclusions qui puissent être utiles à tout le monde. Si c'est pour rester dans le sensationnel, pour rester dans le style article à charge je ne vois pas trop l'utilité.
Jean-christophe Dessirier - 1 mois
J’ai été captivé par le premier article du récit de cette aventure et j’attendais avec impatience la suite du «voyage» et c’est seulement en terminant la troisième partie que j’ai découvert qu’il y avait des commentaires.Je ne suis probablement pas un grand marin contrairement à ce que je crois comprendre au travers d’une bonne partie des personnes qui commentent ce texte, mais en tant qu’ancien skipper professionnel je me permets tout de même d’écrire un mot.J’ai tout d’abord été surpris par les premiers commentaires négatifs sur ce récit, puis je n’ai pas compris l’acharnement contre son auteur, mais plus je lisais ces commentaires plus il me semblait évident que monsieur B avait fait appel à ses amis (comment autrement auriez-vous pu connaître la fin du récit avant qu’il ne soit publié ?).Certains commentaires ne me semblent pas vraiment objectifs : Si le bateau semble parfait pour ce programme de navigation (avec un pilot auto à la hauteur), vous qui naviguez ne prêtez pas plus d’attention que cela à votre parc que batteries ? Votre groupe électrogène est-il autonome ou a-t-il besoin continuellement d’un opérateur ? N’avez-vous pas non plus de filtre à gasoil en réserve ? Les fonds de vos cales moteur sont-ils couverts d’huile ? Un guindeau 100 % opérationnel ne vous semble pas une sécurité importante, sous ces latitudes plus encore qu’ailleurs ? … Soyons sérieux et essayons de rester objectif.Il est tout à votre honneur de vouloir défendre votre ami mais je ne pense pas que votre manque d’objectivité l’aide beaucoup, pas plus que pour défendre quelqu’un il vous faille attaquer quelqu’un d’autre (la «crise» du covid19 ne nous aura donc rien appris, pas plus l’acceptation de la différence que l’indulgence, et notre monde ne changera donc pas de si tôt).Pour moi ce récit ne retire rien au beau parcours nautique du propriétaire du bateau que vous mettez en avant, ni même les belles navigations que vous avez partagez avec lui, il me permet simplement d'avoir en tête un certain nombre de points sur lesquels je dois rester vigilant lors de mes propres navigations et c’est là, je trouve, tout l’intérêt d’un partage d’expérience.Merci à l’auteur de l’article pour ce partage, merci au site de nous permettre de lire tant d’aventures, d’informations et d’expériences, merci à tout ceux qui ont commenté d’avoir apporté des informations complémentairesBon vent et bonne mer à tout le monde.
Ajouter un commentaire...