Interview d'Alain Pochon, Président du Grand Pavois, Partie 1

A quelques jours de l'ouverture du Grand Pavois de La Rochelle, Bateaux.com a rencontré Alain Pochon, Président du salon. Découvrez son parcours, l'organisation du salon, mais aussi son ressenti sur le marché actuel du nautisme.

Pouvez-vous nous présenter de votre parcours ?

Alain Pochon : J'ai commencé à travailler en 1966 dans la Marine puis je suis parti faire mon service militaire. A mon retour en 1972, j'ai travaillé avec mon père dans son entreprise d'électronique spécialisée dans la pêche. A partir de 1975, j'ai développé l'activité vers la plaisance puis vers la course au large avec une implantation des locaux près du Port des minimes. En 1995, nous avons ouvert une nouvelle agence à Pointe-à-Pitre et continué notre extension dans les Caraïbes avec l'ouverture d'une agence en Martinique. Après 40 ans de carrière dans l'électronique pour la pêche, l'ostréiculture, la plaisance… j’ai cédé l'entreprise un mon fils.

Etes-vous, vous-même navigateur ? Sur quels bateaux ?

Oui je navigue beaucoup avec mon bateau, mais j'ai aussi navigué avec Philippe Poupon, Jean-Yves Terlain… sur des bateaux de course, de pêche…

Vous êtes membre de l'association du Grand Pavois depuis 26 ans et Président depuis 1994, du coup le Grand Pavois c'est un peu votre bébé, vous en êtes fier ?

J'ai fait partie des exposants de la première heure, dès 1973. La première année, il n'y avait pas d'équipementiers, ils sont arrivés à partir de la deuxième édition. Durant les 10 premières années, il n'y avait pas de bateaux à moteur, uniquement des voiliers. Il y a 30 ans, le nombre de visiteurs se situait entre 35 000 et 55 000. Depuis 26 ans, nous faisons évoluer le Grand Pavois avec le Directeur et le Conseil d'administration, nous nous réunissons tous les mois pour prendre les bonnes décisions et faire évoluer la profession.

J'ai un parcours atypique ; de par mon métier, je connais un certain nombre de personnes, j'ai de nombreuses relations ce qui nous a permis d'avoir des pays invités d'honneur, des relations avec les caraïbes… Grâce à ce parcours, j'ai une vue du littoral, du monde de la pêche, de l'ostréiculture, de la plaisance, bref une vue globale qui me permet de donner des orientations au Conseil d'administration et de créer des connexions avec le Grand Pavois.

Par ailleurs, depuis trois ans j'ai pris la présidence de la Caisse régionale des Crédits Maritimes Littoral Sud-Ouest, je suis Président de la Coopérative Maritime A17, Vice-président de Banque Populaire Aquitaine Centre Atlantique et je fais également partie du Conseil de Surveillance du Grand Port Maritime de La Rochelle.

Quel est votre meilleur souvenir du Grand Pavois ?

C'est compliqué, car il y en a un certain nombre… Il y a les pays invités d'honneur avec des halls parfois extraordinaires et un accueil vraiment très chaleureux. Il y a aussi les bateaux d'exception comme le Belem qui est arrivé à la Rochelle pendant le Grand Pavois, mais aussi la Belle-Poule et l'Etoile… On peut aussi citer les baptêmes de bateaux qui sont organisés par les chantiers, avec une personnalité du show-biz, qui se déroulent dans une ambiance extraordinaire. Sans oublier Voile de Nuit, qui n'aura pas encore lieu cette année.

Un souvenir qui pourrait me marquer plus que les autres c'est notre 100 000e visiteur. C'était un lundi, on comptait les gens rigoureusement et c'est tombé sur un couple de navigateurs bordelais. Ou encore le jour de l'inauguration, des ministres étaient présents et nous avons pu faire une réunion de travail de très haut niveau.

Par contre mon plus mauvais souvenir c'est le mauvais temps. Le salon a subi deux tempêtes dont une, où l'on a dû fermer le Grand Pavois et évacuer les gens. Il y a deux ans, nous avions également dû fermer à cause du mauvais temps.

Plus d'articles sur les chaînes :

Charente-Maritime
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...