La Victoria, premier navire à effectuer le tour du monde


La Victoria fut le premier navire à réaliser un tour du monde de septembre 1519 à septembre 1521, sous le commandement du célèbre explorateur Magellan, au départ de l'Espagne.

La Victoria (ou Nao Victoria ou Vittoria) est une caraque espagnole datant du 16ème siècle, d'une longueur de 27 mètres et d'une largeur de 7 mètres. Une caraque est un navire de la fin du moyen âge à la coque arrondie et reconnaissable grâce à ses deux hauts châteaux avant et arrière (gaillard et dunette). Elle a fait partie d'une expédition espagnole composée de quatre autres navires, sous le commandement de Fernand de Magellan, grand navigateur et explorateur portugais. Le navire de 85 tonnes accueillait à son bord 45 membres d'équipages et sa mission consistait à rejoindre par l'ouest l'île des épices où l'archipel indonésien des Moluques. Finalement, la mission se transforma en une circumnavigation et elle fut ainsi le 1er navire à effectuer un tour du monde.

Un cadeau du roi Charles 1er d'Espagne à Magellan

La caraque a été construite à Guispuscoa, dans le pays basque, où les chantiers navals étaient très réputés à l'époque. Le Roi Charles Ier d'Espagne en fait alors cadeau à Magellan, accompagné de 4 autres navires. Victoria doit son nom à l’église Santa Maria de la Victoria de Triana, dans laquelle Magellan prêta allégeance à Charles Quint (ex Charles 1er d'Espagne) et obtint la garantie d'être nommé capitaine pour partir à la recherche des îles aux Epices et d'avoir le monopole sur la route découverte.

Une expédition à la découverte de l’île des Epices

Les quatre autres navires composant l'expédition étaient Trinidad (110 tonnes et 62 membres d'équipage), San Antonio (120 tonnes et 55 membres d'équipage), Concepcion (90 tonnes et 44 membres d'équipage) et Santiago (75 tonnes et 31 membres d'équipage).

Ce sont donc 237 hommes qui prirent la mer le 20 septembre 1519 au départ de Sanlucar de Barrameda. Ces cinq navires étaient tous des caraques espagnoles, excepté Trinidad qui était une caravelle. Sur les 237 marins engagés au départ, seuls 18 survécurent. Beaucoup sont morts lors d'une mutinerie, impliquant trois des cinq capitaines de l'expédition, qui commençaient à voir cette mission d'un mauvais œil. D'autres sont morts de malnutrition et des alés du voyage (maladie, bataille...)

C'est lors de cette expédition que Magellan découvre un passage vers l'ouest, à l'entrée du détroit qu'il baptise Cap Virgenes (Le Cap des Vierges), au sud du Chili, en Patagonie. Le détroit qui prend le nom de "Chenal de Tous-les-Saints" est ensuite baptisé détroit de Magellan en l'honneur de l'explorateur. C'est d'ailleurs en essayant de découvrir le passage menant à l'ouest que le Santiago s'échoue. Au milieu du détroit, le capitaine du San Antonio fait demi-tour et retrouve Séville en mars 1921. Errant dans le Pacifique et manquant cruellement d'eau potable et de vivres, l'équipage fini par trouver des terres où faire escale. Plus tard, aux Philippines, Magellan est tué par une flèche empoisonnée alors qu'il tente de soumettre les indigènes.

Alors qu'il faut reprendre la mer, les 113 marins, placés dorénavant sous le commandement de Juan Sebastian Elcano, ne peuvent pas faire naviguer les trois vaisseaux. La Concepcion est alors brulée devant l'île de Bohol. La Victoria et la Trinidad prennent la mer début mai et arrivent sur l'île aux Epices en novembre 1521, qui n'est autre que l'île aux Moluques et se ravitaillent en épices. Alors que les caraques s'apprêtent à quitter le port, une importante voie d'eau contraint la Trinidad à rester pour subir des réparations. Quatre mois plus tard, elle est arraisonnée par les Portugais alors qu’elle cherche vainement l'isthme de Panama.

Retour en Espagne

La Victoria quitte l'île de Tidore le 21 décembre 1521 avec 60 hommes à bord et rejoint l'Espagne le 6 septembre 1522, après avoir traversé l'océan indien et passé le Cap de Bonne Espérance. À son arrivée à Sanlucar de Barrameda, seuls 18 membres d'équipages sont en vie.

La Victoria devient un navire marchand

C'est ainsi que la Victoria fut le premier navire à effectuer un tour du monde, durant 3 années, et parcourant 68 000 km. À son arrivée en Espagne, le navire est dans un sale état, les voiles sont déchirées, une voie d'eau est survenue et elle est maintenue à flot uniquement par le pompage des eaux. Elle est rachetée par un marchand et réparée pour naviguer ensuite pendant 50 ans avant de disparaître en 1570 lors d'un trajet Séville – Les Antilles.

La Neo Victoria, reconstitution historique

Plusieurs répliques de la Victoria ont été construites dont, une en 1992 pour l'exposition universelle de Séville, qui réalisa un tour du monde à la manière de sa grande sœur. En 2006, pour célébrer le bi-centenaire du Chili, un entrepreneur de Punta Arenas décide de faire construire la réplique du premier bateau à avoir fait le tour du monde et dont le voyage a permis d'explorer l'extrême sud du Chili. La recherche des plans ayant pris plus de temps que prévu, la construction a été reportée à 2009. Finalement, la Nao Victoria a vu le jour en 2011 et son constructeur a reçu la médaille présidentielle même si le navire n'a pu être livré à temps, en 2010.

Le Nao Victoria fera escale ce printemps en France et prendra ses quartiers dans le port de plaisance de Rochefort, du 17 avril au 5 juillet. Ce sera sa première visite dans notre pays et, à la manière de l'Hermione, elle pourra être visitée.

Crédits photos : flickr.com/photos/walterpro/ & fundacion neo victoria

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...

Patrice Neveu 20 Avril 2015
celui là il est arrivé hier à ROCHEFORT
Initial Bre 26 Avril 2015
a visiter !!! exellent

Les plus beaux bateaux de légende
A lire aussi sur Bateaux.com