Portraits des plaisanciers en Multimono


À travers quelques portraits types d'utilisateurs de Multimono, on découvre la palette d'utilisation de ce voilier atypique

En imaginant le Multimono, Claude Martinuzzi a cherché à réaliser un voilier qui réponde à toutes les problématiques, un engin toujours à l'aise quelque soit la situation et surtout quelque soit l'utilisateur. Ainsi il n'y a pas un portrait type du marin-plaisancier en Multimono, mais bien une multitude d'utilisateurs.

 

L'école de voile

En pouvant embarquer 11 personnes en catégorie C, le Multimono a un comportement très doux. Il ne gîte pas trop et son grand cockpit laisse un bel espace pour l'équipage nombreux. Très stable à la barre, il supporte toutes les erreurs des débutants. A noter le système de remplissage automatique des ballasts qui récupère la surpression du puits de dérive dès que le bateau avance, grâce à un nable dans le puits.

Le père de famille

Le Multimono s'adapte à l'âge de ses enfants. En bas âge, il utilise le Multimono dans une configuration sage en remplissant les ballasts. Quand les enfants grandissent, il sort les échelles et gagne en vitesse. Quand le vent fait défaut, le moteur hors-bord sur le tableau arrière lui permet aussi de tirer les enfants en Wakeboard ou sur une bouée (30 ch suffisent).

Le retraité pêcheur

Avec son moteur hors-bord, il sort quotidiennement à la pêche. Très stable, le bateau lui offre une belle plateforme pour son activité favorite. Le cockpit autovideur se nettoie facilement. Et si le vent est dans le bon sens, il peut rentrer au port sous voile sans effort.

Le jeune fougueux

Avec le spi asymétrique amuré sur le bout-dehors, les échelles en place, ce jeune homme et ses amis (le petit fils du retraité ?) prennent plaisir à pousser le Multimono dans ses retranchements. Actuellement le record du bateau est de 18 nœuds. Fera-t-il mieux ?

L'amateur de raid

Ce couple utilise le Multimono comme un canot de raid-aviron. La dérive pivotante qui s'escamote entièrement autorise les échouages sur la plage. Un taud se place sur la bôme pour gréer une grande tente au-dessus du bateau. Avec ses bancs de nage et ses avirons, on peut ramer à 6 sur cet engin atypique pour remonter des rivières et découvrir des endroits sauvages avec peu de tirant d'eau.

L'extraterrestre ?

Il reste sans doute d'autres portraits de navigateurs tant les combinaisons du Multimono sont nombreuses. Et vous, vous l'utiliserez comment votre Multimono ?

Plus d'articles sur les chaînes :

Reportage : Multimono

Multimono, l'incroyable voilier inclassifiable

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...
A lire aussi sur Bateaux.com