Comment un extincteur peut faire perdre une étape du Figaro ?

Xavier Macaire sur le Figaro Bénéteau 2 Chemins d'Océans © A.Courcoux

Xavier Macaire (Chemins d'Océans) est arrivé en vainqueur à La Rochelle pour la 3e étape de La Solitaire Bompard Le Figaro, avant d'être rétrogradé à la 3e place à cause de la rupture de plomb de son extincteur. Décryptage.

Dans une course monotype (Solitaire du Figaro, Transat AG2R, Tour de France à la Voile) les concurrents doivent tous être sur un pied d'égalité. Cela veut dire que les bateaux sont strictement identiques et que les skippers ne peuvent pas apporter de modifications sur leurs bateaux. C'est particulièrement le cas dans la classe des Figaro Bénéteau.

Le plombage

Pour s'assurer que seul le talent du skipper puisse faire la différence, il existe des règles de classe. Parmi lesquels celle du "plombage" qui consiste à apposer un plomb sur du matériel pour s'assurer qu'il ne puisse pas être ouvert ou déplacé.

Brigitte Fabre, arbitre national et jaugeur explique sur le site de la Transat AG2R "Nous mettons en place des plombages sur le matériel. Les skippers doivent, par exemple, embarquer 100 litres d'eau, mais qui ne peuvent pas être matossés (poids supplémentaire qui peut être déplacé dans le bateau et aider à gagner en vitesse). Nous les plombons pour pouvoir vérifier à l'arrivée qu'ils n'ont pas été déplacés. C'est le même principe pour les 40 litres de gazole, le radeau de survie, les bannettes, les batteries des moteurs, les mouillages et même l'antenne de l'Openport suite à une demande des coureurs. Il y a au total une vingtaine de plombages et les contrôles durent 1 h 30 à 2 h par bateau."

Ces contrôles permettent d'assurer à la fois la sécurité du marin, mais aussi d'éviter la tricherie, car en déplaçant du matériel à bord, on modifie les performances. Or la course doit se jouer à armes égales.

Les bateaux sont donc tous contrôlés avant le départ par un arbitre et à l'arrivée, une fois que le concurrent a passé la ligne d'arrivée mouillée. L'arbitre monte à bord du bateau et vérifie que tout le matériel est en place. Le skipper peut ensuite faire sauter le plomb de son moteur pour rejoindre les pontons.

Pénalités

Dans le cas où certains plombs ne sont plus en place (absence ou rupture), des pénalités sont alors appliquées, comme ça a été le cas pour Xavier Macaire, rétrogradé de la 1re à la 3e place. Ainsi, la pénalité est la suivante : 2 minutes par tranche commencée de 100 milles nautiques de parcours pour la manche concernée si classement au temps ou 5 % en place sur le nombre d’inscrits pour la manche concernée si classement au point.

Liste des équipements scellés (plombages) à bord des Figaro Bénéteau 2 et vérifiés avant le départ et à l'arrivée de chaque étape par un jaugeur.

- Poids correcteurs (gueuzes pour être au poids établis par la jauge)

- Quille

- Radeau de sauvetage à l'arrière du cockpit

- L'ancre et la chaîne de mouillage lourd (deux plombages séparés)

- Les batteries

- La bouteille de gaz

- Le jerrican marqué "survie"

- Le jerrican alimentaire

- La vanne écope en position fermée

- Les extincteurs (2)

- Les bannettes

- Le conteneur de survie

- Le mouillage léger

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Olivier Joly - 08 Juillet 2016
Si j'étais à la place de Macaire, j'attaquerais le poseur de plombs, car je vois mal ce skipper, volontairement déplomber son extincteur sachant les conséquences lourdes !
Ajouter un commentaire...