Sous quelles nouvelles couleurs navigueront les voiliers du Vendée Globe 2016 ?

Les IMOCA du Vendée Globe 2016

Le Vendée Globe 2016/2017 prenait fin le 10 mars 2017 avec l'arrivée du dernier concurrent, Sébastien Destremau. Depuis, les marins sont retournés à leur quotidien et se consacrent à leurs nouveaux projets. Mais que sont devenus les bateaux de cette 8e édition. Nous faisons le point.

Armel le Cléac'h : Le grand vainqueur de cette édition se lance sur un nouveau support : les Ultimes, avec la construction de son maxi trimaran Banque Populaire IX. Son IMOCA Banque Populaire VII, bateau à foils, vainqueur de la 8e édition, est donc passé entre les mains d'un autre skipper, avec en ligne de mire le Vendée Globe 2020, Louis Burton, sous le nom de Bureau Vallée 2.

Alex Thomson : Hugo Boss est l'un des bateaux les plus puissants de la flotte, mais aussi celui au design le plus radical. Le navigateur gallois qui avait prévu de le garder et le faire évoluer pour qu'il soit encore plus performant partirait finalement avec un nouveau bateau flambant neuf, comme l'a expliqué Jean-Jacques Laurent, PDG de la PME PRB (qui sponsorisait Vincent Riou) à Sud-Ouest.

Jeremie Beyou : Un an avant son départ sur le Vendée Globe, Jeremie Beyou savait que son partenariat avec Maître Coq s'arrêterait à son retour. Il naviguera désormais sous les couleurs de Charal et un nouvel IMOCA à foils, aux couleurs de la marque est actuellement en construction, pour une mise à l'eau en 2018. L'ancien IMOCA Maître Coq a été revendu à Tanguy de Lamotte, sous les couleurs d'Initiatives-Cœur.

Yann Eliès : D'après Ouest France, Queguiner Leucémie Espoir (ex-Safran), premier bateau sans foils à terminer le tour du monde de cette 8e édition devrait être revendu à un navigateur anonyme pour son projet de Vendée Globe 2020. Ce dernier aurait prévu de le faire équiper de foils. Et si l'on en croit le programme de l'année de Yann Eliès, ce dernier naviguera principalement sur Figaro Bénéteau, excepté la Transat Jacques Vabre, qu'il disputera à bord de St-Michel Virbac, aux côtés de Jean-Pierre Dick.

Louis Burton : Le skipper arrivé 7e à l'arrivée de cette 8e édition du Vendée Globe a racheté le Banque Populaire VIII d'Armel le Cléac'h. Cette décision avait été dévoilée avant le départ. Désormais, l'IMOCA vainqueur du tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance s'appelle Bureau Vallée 2. L'ancien Bureau Vallée est actuellement toujours en vente.

Sébastien Josse : Ce dernier se consacrera désormais au circuit des Ultimes, comme Armel le Cléac'h. Il mettra à l'eau son Gitana 17, un maxi trimaran de 32 m en juillet 2017. Le bateau – au prix de 3 millions d'euros – était mis en vente avant le départ du skipper pour le Vendée Globe. Il a été acheté après l'abandon de Sébastien Josse par Boris Herrmann, un skipper allemand de 35 ans, ex-équipier de Francis Joyon sur Idec, grâce à l'aide d'un investisseur privé.

Morgan Lagravière : Avec son abandon sur le Vendée Globe, une course qu'il a très mal vécue en raison de sa dureté, le jeune skipper de 29 ans ne voulait plus entendre parler de la course. Désormais, il a pu extérioriser tout ça et souhaite désormais se lancer dans un nouveau programme de Vendée Globe 2020 avec son bateau Safran. Mais son sponsor arrête son partenariat, il lui faudra donc trouver un autre sponsor, capable de lui racheter ce bateau.

Tanguy de Lamotte : En raison d'une avarie de mât sur Initiatives-Cœur, Tanguy de Lamotte avait dû rebrousser chemin et donc, abandonner. Il a vendu son bateau à Yannick Bestaven et récupère l'ancien Maître Coq, équipé de foils, de Jeremie Beyou, pour le mettre aux couleurs d'Initiatives-Cœur.

Yannick Bestaven : Même s'il n'était pas présent sur cette 8e édition du Vendée Globe, il participera bien à celle de 2020. Et pour se préparer, il a d'ores et déjà racheté l'ancien Initiatives-Cœur de Tanguy de Lamotte. Il mettra son bateau à l'eau prochainement (début mai), sous les couleurs de Bastide Otio, et espère pouvoir l'équiper de foils pour la prochaine édition du Vendée Globe, voir même faire construire un nouveau bateau.

Vincent Riou : Ce dernier participait à sa 4e édition du Vendée Globe en 2016, sous les couleurs de son sponsor PRB. Mais apparemment, Vincent Riou aurait d'autres projets et souhaiterait prendre part au tour du monde des Ultimes en 2019. Son IMOCA PRB s'alignerait sur la prochaine édition du Vendée Globe, mais entre les mains d'un autre skipper…

Kito de Pavant : Il a perdu son IMOCA Bastide Otio alors qu'il évoluait sur le Vendée Globe, au large des îles Kerguelen. Il courra la Transat Jacques Vabre aux côtés de Yannick Bestaven sur l'IMOCA Bastide Otio (ancien Initiatives-Cœur), mais cherche toujours un nouvel IMOCA.

Paul Meilhat : Il a abandonné sur le Vendée Globe 2016, mais conserve son IMOCA SMA, à bord duquel il participera à la Transat Jacques Vabre aux côtés de Gwénolé Gahinet. Depuis, le voilier a été équipé d'un foil tribord pour le tester et comparer son utilisation par rapport à la dérvie babord.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Jean François Saigon - 28 Avril 2017
Même si je suis un peu "classique" sur les monocoques et pas forcement convaincu par le tout foil qui se développe en ce moment dans tout les domaines de la voile le prochain VG risque bien d'être passionnant. Surtout de mon point de vue qui ce place surtout sur la technologie.
Gérard Goeken - 02 Mai 2017
Les nouveaux monoques IMOCA 60 seront extrêmes. Les largeurs vont diminuer, les foils orientables. Je suis impatient de voir les nouveaux Hugo Boss, Charal, SMA etc...
Ajouter un commentaire...