Micoton 7, bilan technique après la transat

Inscrit en double sur la transat ARC 2017, Micoton 7 vient de boucler sa navigation. Son skipper nous fait profiter de son expérience dans cette course au large menée tambour battant sur un voilier de série pas vraiment construit pour ce genre de traitement.

Micoton 7 a pris le départ de la transatlantique ARC 2017. Nous vous avions présenté cet équipage en double, le père et le fils, et la préparation de leur bateau un Jeanneau Sun Odyssey 479 :

Micoton 7, transat ARC 2017 

Maintenant que l'Atlantique a été traversé, que les deux protagonistes ont retrouvé le chemin du travail, l'heure est au bilan.

Classement

Micoton 7 était inscrit dans la catégorie Racing B. En temps compensé, il est arrivé 8e dans sa classe et 27e toutes classes confondues (sur 127 bateaux). En revanche, c'est le premier des équipages en double. Bravo !

Les erreurs de parcours

Son skipper avoue avoir réalisé une erreur météo en instant trop longtemps pour aller chercher une dépression secondaire au 3e jour de course. Ils se sont retrouvés au près à tirer des bords dans la dépression avec des risées à 48 nœuds (!). Mais ensuite, le reste de la transat s'est faite sous spi.

La casse qui a freiné

Rapidement, après les premiers jours de spis, la trompette en sortie de drisse en tête de mât s'est arrachée. Cette casse a ralenti le bateau pendant 2 jours en attendant de pouvoir envoyer en tête de mât Charlu l'équipier. Une fois réparé, le bateau a été exploité à fond.

Le potentiel des spis Incidence

Avant le départ, deux spis Incidence avaient été ajoutés à la garde-robe. Ce fut une arme de guerre ! Ces spis étaient performants, stables et résistants. À tel point qu'ils n'ont plus jamais été affalés. Durant 48h, le bateau a réalisé des journées à 240 M/jour…   Le logiciel de navigation Adrena s'affolait : le bateau naviguait à 110% de ses polaires ! Près de 10 nœuds de moyenne, une pointe à 15,75 N… Jamais l'équipage n'avait réalisé de telles performances. Sans aucun doute dû à la performance des spis.

Micoton 7, transat ARC 2017

La casse qui n'a pas gêné

Rapidement après le départ, l'hydrogénérateur Watt Sea a cassé sa fixation. Le femelot qui retient le casque a cassé. Sans hydro, il a fallu faire tourner le moteur pour recharger les batteries. Heureusement, celui-ci est équipé d'un booster d'alternateur qui a évité de trop longues heures à entendre la mécanique.

La casse qui aurait pu être gênante

Le vérin du pilote, un vérin hydraulique très sollicité, a commencé à fuir, une fuite qui s'est aggravée au fil des jours. Toute l'huile du bord est passée dans ce vérin. Et en l'absence d'huile hydraulique, c'est l'huile moteur qui a été utilisée. Il été temps d'arriver, la réserve été vide le dernier jour.

Un code 0 repêché

Suite à une casse de drisse, le Code 0 est passé à l'eau. Micoton a fait demi-tour et a réussi à le repêcher. Coup de chance !

Les bons choix techniques

Le retour de la chaussette de spi dans le cockpit (un conseil de Michel Desjoyeaux) facilite les affalages et évite d'aller se promener sur la plage avant. Cette installation très simple (une poulie double fixée sur un taquet avant permet de faire revenir les commandes de chaussette vers l'arrière) a retardé sans aucun doute le moment d'affaler le spi quand le vent monte.

La bande lumineuse de LEDs installée sur la face avant du mât (presque en tête) éclaire le spi dans la nuit. Commandée depuis le poste de barre elle est utilisée au moment des réglages. Une idée simple mais très pratique.

Les chariots de grand-voile fortement sollicités ont cassé. C'était une casse "prévisible" et l'équipage en avait de rechange. Armé d'une clé à pipe, il a fallu en changer quelque un.

Micoton 7, transat ARC 2017

Ce qui a été magique...

La plus belle chose de cette transat est sans doute l'incroyable entente entre le père et le fils. Toujours d'accord sur les manœuvres, toujours prêt à en découdre, prenant chacun un plaisir fou à être sur l'eau. Une telle parfaite entente que la question de la transat retour qui n'était pas d'actualité avant le départ commence à faire son chemin dans la tête de chacun…

Sun Odyssey 479, la fiche technique

MarqueJeanneau
ArchitectePhilippe Briand
Longueur hors-tout14.43 m
Longueur de coque13.65 m
Largeur4.49 m
Tirant d'eau1.65 m
Catégorie CEA
Déplacement lège11 150 kg
Surface de voilure au près110 m2
Carburant240 L
Voir la fiche technique du Sun Odyssey 479
Reportage : Transat de Micoton 7

Micoton 7, c’est parti pour la transat en double !

Micoton 7 : un Sun Odyssey 479 français en course sur la transatlantique

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...


A lire aussi sur Bateaux.com