Comment choisir son guindeau ? Evitez les idées reçues

Guindeau Lewmar

De nombreux paramètres doivent être pris en compte lors du choix d’un guindeau, comme le déplacement, la prise au vent, le poids de l’ancre…  Avant de se lancer dans le calcul de la puissance utile ou bien chercher dans les références de guindeau, lequel serait le plus approprié, il convient de balayer quelques idées reçues qui ont la vie dure.

Avec une gamme complète de guindeaux, verticaux et horizontaux, Lewmar est un acteur majeur dans le domaine. Avec eux, nous avons décortiqué les différentes idées reçues afin de faire le clair pour pouvoir choisir son guindeau en toute sérénité.

Idée reçue numéro 1 :

Un guindeau se choisit en fonction de la taille de son bateau.

Non ! Un guindeau doit permettre de remonter un poids. Il doit avoir le moteur électrique assez puissant pour remonter le poids du mouillage. Or le poids d'un mouillage (longueur de chaîne + ancre) ne sera pas le même suivant la zone de navigation, même pour 2 bateaux identiques. Si vous ne mouillez jamais par plus de 15 m de fond, vous n'avez pas besoin du même mouillage qu'un utilisateur qui mouille toujours en Méditerranée par des grandes profondeurs. Il faut donc adapter le guindeau au poids de son mouillage et non à la longueur de son bateau.

Guindeau Lewmar

Idée reçue numéro 2 :

Je ne mouille jamais la totalité de mon mouillage donc je n'ai pas besoin d'un gros guindeau.

Non ! Si vous ne mouillez jamais toute la chaine, pourquoi ne pas la débarquer alors ? "On ne sait jamais, ca peut servir pour la sécurité…" Donc si vous pouvez avoir besoin de toute votre chaîne, vous avez besoin d'un guindeau capable de répondre en cas de besoin, même les plus difficiles. Il faut donc dimensionner le guindeau au poids de toute la ligne de mouillage.

Guindeau Lewmar

Idée reçue numéro 3 :

Une fois mouillé, je garde ma chaine sur mon guindeau

Non ! Il faut absolument reprendre la tension de votre mouillage sur un taquet. Le guindeau est un moteur électrique équipé d'engrenages qui servent à faire monter et descendre le mouillage. Pas à le bloquer. A chaque traction sur la chaine, ce sont les engrenages qui travaillent. Cela use prématurément son guindeau sans compter le risque de la perte du mouillage si le frein venait à céder.

Guindeau Lewmar

Idée reçue numéro 4 :

Mon guideau supporte d'être dans la baille à mouillage

Comme tout matériel les guindeaux répondent à des normes de protection. Il faut donc vérifier la norme IP (protection de l'eau et de la poussière) avant d'installer un guindeau dans une baille. Certains moteurs sont juste étanches aux embruns, d'autres peuvent aller sous l'eau sans souci. N'oubliez pas que la baille est souvent à l'étrave, une zone régulièrement recouverte de paquet de mer.

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...

Xavier Los Mojitos 4 mois
Bonjour, Il aurait été intéressant d'avoir des données chiffrées. Quel poids de mouillage pour quelle puissance de guindeau ?
Ricardou François-Xavier 4 mois
Bonjour Xavier, Pour répondre à la question, il est courant de dire que : Poids total du mouillage (ancre + chaîne) = Charge de travail du guindeau
Xavier Los Mojitos 4 mois
donc 80m de chaine à 2.3Kg/m + ancre de 25Kg = 209Kg. Il faut donc que je prenne un guindeau tournant autour de cette valeur...... un guindeau de 1500W/195Kg devrait aller... partant du principe que je ne mettrai pas les 80m de chaine.

A lire aussi sur Bateaux.com