Web série / SailCaledonia : Etape 1/5, Comment gravir l'escalier de Neptune en bateau ?

D'une écluse à l'autre dans les escaliers de Neptune © Briag MERLET

Où l'on découvre que navigation à la voile et coups de pagaie ne sont pas incompatibles... Où l'on apprend à monter des escaliers en bateau à travers des paysages peu communs... 1ère étape du SailCaledonia, le raid voile-aviron à travers l'Ecosse à bord du Multimono Loustic.

Découverte de l'équipage

Après une pleine journée de voyage en train, en avion et en covoiturage depuis le Sud-Ouest de la France, me voici arrivé à Fort William, point d'entrée du canal calédonien et lieu de départ du SailCaledonia. C'est le moment de faire connaissance avec mon équipage. A peine déposé mon sac à l'auberge de jeunesse, je file le retrouver au pub. Si j'avais déjà croisé Claude, le skipper et concepteur du Multimono au Nautic de Paris, c'est ma première rencontre avec le reste de l'équipage. Parti de Pornic avec Alain et Jean-Jacques, il est arrivé la veille avec le bateau en remorque. Retraités, ils ont pu prendre quelques jours pour monter en camionnette jusqu'en Ecosse. Philippe vient d'arriver comme moi en avion. Après un premier haggis, la panse de brebis farcie, spécialité écossaise, nous rejoignons nos lits pour profiter d'un vrai matelas avant une semaine de camping.

Le Multimono Loustic toutes ailes déployées

Découverte du bateau et mise à l'eau

La matinée du samedi est consacrée à la mise à l'eau et au contrôle des équipements de sécurité. Je découvre Loustic, notre bateau, prêt sur sa remorque, ailes déployées. C'est en effet une caractéristique du Multimono, le modèle de voilier conçu par Claude, ancien professeur d'éducation physique. Il propose ainsi à un public néophyte une façon sécurisée de faire du rappel. Malheureusement, ces appendices ne plaisent pas au comité de course. Il nous demande de les démonter pour respecter l'esprit traditionnel, au grand dam de Claude qui tentera de négocier jusqu'au bout. Sérieux britannique oblige, le contrôle du matériel de sécurité est scrupuleux sur chacun des bateaux. Cela nous vaut de courir trouver une corne de brume, celle du bateau étant restée à Pornic.

Chacun prépare son bateau
Contrôle du matériel de sécurité
Mise à l'eau de Loustic
Les bateaux en attente dans le Loch maritime de Fort William
Briefing sérieux malgré la présence d'un dragon gallois!

1ère régate: une défaite avec la manière

En fin de journée, une régate sur le loch "salé" est lancée pour rejoindre notre premier bivouac, à l'entrée du canal calédonien. Malheureusement, le vent est aux abonnés absent. Dans la pétole, les voiles de Loustic ne font pas le poids face aux avirons. Nous découvrons que les règles autorisent de coupler voile et pagaies en simultanée. Pour la première et dernière fois, nous nous entêtons à refuser de pagayer et arrivons très peu après nos concurrents. Une défaite avec la manière !

Première écluse
Accueil écossais au son de la cornemuse
Loustic passe sa 1ère écluse

Premier bivouac

A quelques pas de Fort William, nous plantons la tente face aux montagnes enneigées et au Ben Nevis, plus haut sommet du Royaume-Uni. Après une première chaleureuse soirée au club de rugby, chacun rejoint son sac de couchage. Pour entamer la première journée complète, le petit déjeuner est servi sur la péniche Ros Crana qui nous suivra tout au long du voyage.

Camping avec vue !
Petit déjeuner sous le soleil écossais
La péniche Ros Crana qui assure les repas et logent plusieurs équipages

Les escaliers de Neptune

Il est temps d'entamer l'un des passages emblématiques du canal calédonien. Les escaliers de Neptune sont une volée de 8 écluses construites entre 1807 et 1811. Elles permettent de monter de 19,5 m en seulement 457 m de longueur, un exploit qui restera inégalé jusqu'à l'ouverture du canal de Panama. La reine Victoria aurait marqué son ennui face à la lenteur de l'opération lors de l'inauguration. Bien que je convienne que cela peut être répétitif, le décor et la taille des écluses vues depuis un petit bateau donnent un charme certain à l'expérience, surtout au sein d'une joyeuse flotille de 16 voiliers.

Les imposantes portes des écluses de l'escalier de Neptune
Ca remue dans les écluses !

On sort les avirons!

La journée se passe entièrement sur un canal. Pour la dernière portion, le comité lance une course d'aviron. Si le Multimono est conçu avec des postes d'aviron fixe, Claude, passionné de sport, a tenu à adapter des bancs coulissants pour l'occasion. Seul problème, ils sont interdits en course, nos concurrents des voiliers traditionnels étant dotés de bancs fixe. Qu'à cela ne tienne, nous bloquerons les bancs le temps de la régate et profiterons de la force de nos jambes en convoyage. C'est en tout cas la théorie à ce stade du SailCaledonia. Face à des bateaux légers, des concurrents affûtés et un vent de face, nous terminons en milieu de tableau. Une nouvelle nuit face à des paysages mêlant campagne et montagne, nous aide à méditer sur les modifications à apporter à nos bancs de nage, tout espérant que la météo du lendemain nous permette de hisser les voiles.

Nouveau bivouac, nouvelle vue à l'entrée du Loch Lochy
Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Multimono, la fiche technique

MarquePhilonautic
ArchitecteMartinuzzi
Longueur de coque7.50
Largeur4.50 m
Catégorie CEC
Nombre de passagers13
Déplacement lège530 kg
Voir la fiche technique complète du Multimono
Reportage : SailCaledonia, un raid en Ecosse

SailCaledonia, naviguer à la voile et à l'aviron à travers l'Ecosse

SailCaledonia : Etape 2/5, 1ère navigation sur les Lochs d'Ecosse