Joshua Slocum, le premier tour du monde en solitaire !

Joshua Slocum est né le 20 février 1844 à Mount Hanley, en Nouvelle-Écosse, au Canada. À 51 ans, il est parti de Boston le 24 avril 1895, pour y revenir 3 ans plus tard le 27 juin 1898 après avoir accompli, à bord du cotre Spray, le premier tour du monde en solitaire à la voile.

Le rêve d’évasion marine d’un enfant

Né dans une famille de fermiers, le jeune Joshua s’éclipse dès que possible pour caboter sur la baie de Fundy sur tout ce qui flotte. Après plusieurs fugues, il quitta le domicile familial des Slocombe (il changera plus tard seulement son nom en Slocum) en 1860, à 16 ans, après le décès post-partum de sa mère lors de la naissance de son onzième enfant. Il s’engage alors comme matelot de pont sur un voilier à destination de l’Europe.

Il passe ensuite dans la marine marchande britannique et s’installe à San Francisco où il devient citoyen US et s’essaye au commerce des fourrures et à la pêche au saumon puis obtient son premier commandement en cabotage. Il rencontre sa femme en Australie et l’épouse un mois plus tard avant de l’embarquer pour une dizaine d’années de navigation commerciales à la voile au cours desquelles ils auront sept enfants, vivront à bord sur toutes les mers du globe et survivront même à un naufrage.

De retour aux USA, la rencontre avec le Spray le trouve désargenté et passablement déprimé au retour d’un abominable convoyage d'un destroyer à vapeur entre les États-Unis et le Brésil.

Joshua Slocum sur le Spray

Le grand voyage du spray

Après une longue période de reconstruction réalisée des mains de Joshua Slocum, le Spray quitte la côte US le 24 avril 1895 en direction de l’Europe. Après sa transat, une fois passé Gibraltar, les dangers de la piraterie infestant la méditerranée orientale lui interdisent le passage du canal de Suez. Il fait demi-tour vers le Brésil dans le but de tourner le Cap Horn. Une fois en Terre de Feu, après avoir cassé sa bôme, installé un mât d’artimon et patienté 40 jours, il passe le détroit de Magellan puis cingle vers les Marquises et la Mélanésie.

Ses escales et rencontres, comme celle, dans les Îles Samoa, avec la veuve de Robert Louis Stevenson (qui lui remis les Instructions Nautiques de la méditerranée ayant appartenues à son défunt époux, auteur de "L'Île au trésor") ou plus tard avec le président de la République du Transvaal au Cap (Afrique du Sud) Paul Kruger (qui croyait fermement que la terre était plate !), furent l’occasion de conférences lucratives lui permettant de financer son voyage.

Après de multiples péripéties, parmi lesquelles plusieurs attaques de pirates repoussés à la carabine de gros calibre ou au moyen de punaises répandues sur le pont la nuit, Joshua Slocum ramena son Spray à bon port le 27 juin 1897 après un périple de 46.000 milles, devenant ainsi le premier homme à boucler un tour du monde en solitaire.

Il publia ensuite “Sailing alone around the world” ouvrage dans lequel il relate son équipée solitaire.

À 65 ans, Joshua Slocum disparut en mer à bord de Spray en novembre 1909 en route vers les Antilles.

Slocum sur le Spray

Les escales autour du monde du Spray

  • Fairhaven (USA)
  • Boston
  • Gloucester
  • Nova Scotia
  • Açores
  • Gibraltar
  • demi-tour en Méditerranée
  • Îles Canaries
  • Îles du Cap Vert
  • Pernambouc
  • Rio de Janeiro
  • Maldonado
  • Montevideo
  • Buenos Aires,
  • détroit de Magellan
  • Cockburn Channel
  • Port Angosto (Chili)
  • Juan Fernandez
  • Iles Marquises
  • Iles Samoa
  • Iles Fidji
  • Sydney
  • Melbourne
  • Tasmanie
  • Cooktown
  • Ile Christmas
  • Keeling Cocos
  • Île Rodrigues
  • Île Maurice
  • Durban
  • Le cap
  • Île de St Helena
  • Île d’Ascension
  • Île du Diable
  • Trinidad
  • Île de Grenade
  • Newport
  • Fairhaven (USA).
Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...
Reportage : Joshua Slocum et le Spray

Le Spray of Saint Briac, une réplique du Spray de Joshua Slocum

Le "Spray", premier voilier autour du monde en solitaire