Vocabulaire / Lexique du gréement dormant

© Selden

Le gréement dormant est constitué de tous les câbles ou cordages qui maintiennent le mât et sur lesquels on n'agit pas ou peu durant la navigation. Chaque câble possède un nom et une fonction propre que nous allons détailler ici. Voyons ensemble le lexique du gréement dormant.

On appelle le gréement dormant toutes les parties du gréement qui ne sont pas censées bouger. Il est divisé en deux parties : longitudinal et latéral. Les espars comme le mât ou la bôme n'entrent pas dans le gréement dormant. Ce gréement dormant peut éventuellement être réglé au port et influencera sur la forme des voiles, mais dans la pratique la plupart des plaisanciers touchent peu ou pas à leur gréement.

Le gréement dormant longitudinal

L'étai est le câble qui prend le plus de charges sur le bateau, aussi c'est souvent le plus gros. Il a deux fonctions. La première est d'empêcher le mât de partir en arrière et la deuxième est de pouvoir gréer une voile dessus. En général, il est frappé à l'étrave du bateau et en haut du mât. C'est un gréement en tête. Sur certains bateaux, il est frappé un peu en dessous de la tête de mât, cela permet plus de réglages, à l'aide du pataras. Ça s'appelle un gréement fractionné.  

Le pataras part toujours de la tête de mât pour rejoindre le tableau arrière. Il peut être simple ou double. Dans le premier cas, il sera attaché au milieu du tableau arrière et dans le deuxième cas il sera attaché de part et d'autre du tableau arrière. Mais dans tous les cas, sa fonction est la même. Il s'agit de retenir le mât pour l'empêcher d'aller vers l'avant. S'il est équipé d'un système de réglage, il pourra servir à tendre l'étai au près et donner du dévers à la grand-voile.

Les bastaques sont au minimum au nombre de deux. La bastaque est un câble volant monté sur palan qui a pour but de tendre l'étai en tirant le mât sur l'arrière. Ils sont très utiles au près pour éviter les mouvements perturbateurs dus aux vagues. Les bastaques sont gréées à hauteur du capelage d'étai et c'est en ça que l'on peut les différencier des doubles pataras, qui sont gréés en tête de mât.

Le gréement dormant latéral

Les haubans maintiennent le mât en latéral, l'empêchant d'aller d'un côté ou l'autre. Ils assurent aussi la forme générale du profil de mât, qui donnera la forme voulue à votre voile. C'est pourquoi leur réglage est primordial. Ils se décomposent en nombreuses sous-catégories, mais nous allons voir les principales.

1 – Les galhaubans : ils partent du haut du mât pour rejoindre le pont.

2 – Les bas-haubans : On les appelle aussi les D1 (Diagonaux 1). Ils partent du pont et rejoignent le premier étage de barre de flèche au mât. Ces haubans subissent des pressions importantes et empêchent le mât de trop "cintrer".

3 – Les intermédiaires que l'on appelle aussi les D2 (Diagonaux 2). Ils sont présents uniquement si vous avez deux étages de barres de flèches.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Lexique du gréement

Lexique du gréement courant

Le lexique du mât