Solitaire Urgo Le Figaro 2019, le doublé pour Yoann Richomme

© Alexis Courcoux

C'est avec la victoire d'Éric Peron (French Touch) à Dieppe que s'achève cette 4e et dernière étape de la Solitaire Urgo Le Figaro 2019. Yoann Richomme arrivé en 4e position aux termes de ces 500 milles de navigation en Manche remporte cette édition 2019. Une deuxième victoire pour le skipper d'Hellowork-Groupe Télégramme qui avait déjà gagné l'édition 2016.

La victoire d'étape pour Éric Peron

L'arrivée de cette 4e étape de 500 milles en Manche ressemble à ce que l'on attend d'une Solitaire Urgo Le Figaro. Si les premières manches ont été marquées par des écarts colossaux, les arrivées de Dieppe se sont rapidement succédé : 38 secondes d'écart entre les deux premiers, 20 skippers en moins de 30 minutes.

Sur cette étape entre la Baie de Morlaix et Dieppe, les conditions auront été variées. Du portant rapide, jusqu'en Angleterre, les finasseries de la Cornouaille, un retour vers le Cotentin avalé encore sous spi pour un regroupement général à la marque de Saint Marcouf puis la pétole.

Depuis l'île de Wight, Eric Peron (French Touch) menait la flotte avant de voir revenir ses poursuivants hier soir. Pendant cette nuit éprouvante pour les nerfs, menée dans la pétole, Yann Eliès (St Michel), Armel Le Cléac'h (Banque Populaire) ou encore Corentin Douguet (NF Habitat) succédait au leader.

Les derniers 80 milles auront été une bataille acharnée à coups de virements de bord au large de la côte d'Albâtre dans un vent soutenu de Nord-Est de plus de 20 nœuds, une mer hachée et un soleil qui daignait enfin se lever aux abords de Dieppe.

Mais le skipper de French Touch a tenu bon et et s'impose dans les derniers mètres, suivi à peine 40 secondes plus tard par le skipper de Banque Populaire. Corentin Douguet (NF Habitat) complète le podium de l'étape.

Eric Peron © Alexis Courcoux

"C'était long et je suis super content parce que je suis vraiment allé la chercher. Il fallait ça pour bien finir sur cette Solitaire. C’était dur nerveusement, mais je suis resté calme lorsque j’ai perdu toute mon avance et petit à petit, c’est revenu, je croise juste devant Armel (Le Cléac’h). Je suis super fier après cette première victoire étape. On a eu toutes les conditions avec du petit temps, du vent soutenu, il fallait enchaîner en permanence avec une situation météo assez incompréhensible" explique Eric Peron.

La victoire générale pour Yoann Richomme

Quatrième à Dieppe, le skipper d'Hellowork-Groupe Télégramme réalise le doublé dans cette course qu'il a déjà remporté en 2016. Pour sa 8e participation annoncée tardivement, Yoann Richomme s'est offert une confortable avance sur de nombreux poids lourds du circuit, grâce à sa victoire sur la première étape. Et pourtant, Gildas Mahé (Breizh Cola Equi’Thé) revenait à une heure dans son tableau à l'issue de la troisième étape. 

Au classement général provisoire, Yoann Richomme devance Gildas Mahé qui signe un superbe retour au meilleur niveau après sa première étape ratée. Et c’est finalement Anthony Marchand (Groupe Royer Secours Populaire), lui aussi malheureux à Kinsale, mais vainqueur de la troisième étape, qui complète le podium au classement général, lui qui était encore quatrième au départ de Roscoff derrière Alexis Loison (Région Normandie).

Yoann Richomme © Alexis Courcoux

"J’ai navigué détendu toute l’étape et du coup, j’ai pris beaucoup de plaisir. C’était presque la seule véritable étape typique de Figaro avec une flotte très groupée, des changements de leader tout le temps et j’avais vraiment à cœur de faire bien sûr celle-ci pour prouver que je méritais cette Solitaire. C’est énorme, je suis super ému, j’avais jamais rêvé d’en gagner deux et encore moins celle-là. L’histoire est magnifique et j’espère qu’elle va continuer. Il y a deux mois, je me demandais comment j’allais être au départ. En six mois, j'enchaîne deux victoires avec la Route du Rhum, c'est incroyable.

Quand je suis parti l’autre soir avec "Rico" (Eric Péron) à la côte de l’île de Wight, je me suis dit, "là, t’as tout mis dans la balance, si tu te rates, tu prends deux heures et c’est fini". Et à la fois, j’avais envie de naviguer comme j’aime le faire et de me permettre des coups. Au final, le scénario s’est déroulé tout seul. Je savais qu'il y avait du courant à la côte, mais je ne voulais pas rester au Sud dans la molle. Au final, on fait une belle visite de la pointe Sainte Catherine, c'était magnifique !

La première fois que j'ai gagné en 2016, on s'était tiré la bourre toute la saison avec Charlie, c'était différent. Cette année, le plateau est plus relevé, l'équation était plus compliquée pour moi et cette victoire a une saveur différente. À la fois, j’ai mis trois ans à réaliser que j'ai gagné la première, donc me voilà reparti sur trois ans."

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...