Pen Duick V, du premier voilier de course à ballasts au bateau-école

La Flotte des Pen Duick aux Voiles de Saint Tropez © G.MARTIN RAGET-BPCE

Pen Duick V voit le jour grâce à la nouvelle course entre San Francisco et Tokyo, la Transpacifique. Ce prototype de 35 pieds est novateur et se présente des innovations que l'on trouve sur les monocoques de 60 pieds IMOCA, comme les ballasts. Une conception innovante qui fera de lui la star de la Transpacifique, la seule course de sa carrière.

Une victoire écrasante sur la Transpacifique

C'est par cargo que Pen Duick V rejoint San-Francisco, prêt à naviguer sur les 6 000 du parcours jusqu'à la baie de Tokyo. Le départ est donné le 15 mars 1969 et comme prévu le skipper suit une route Sud avec des vents portants. Il arrive premier à Tokyo en 39 jours 15 h et 44 minutes avec 10 jours d'avance sur le second, Jean-Yves Terlain sur un Arpège. Encore une fois c'est un exploit !

La traversée est tellement rapide que lorsqu'Éric Tabarly arrive à Tokyo, personne ne l'attend sur la ligne d'arrivée. Il arrive seul au port et passe la nuit à quai avant de se décider le lendemain à partir en quête du jury à travers la ville. Grâce à l'indication des habitants, il finit par trouver le petit musée des phares signalé dans les instructions de course. C'est d'ici qu'il contactera par téléphone le secrétaire du Nippon Océan Racing Club.

Du voiliers de croisière au bateau école

Le voilier financé par le Port de Saint-Raphaël revient par cargo en France avant d'être vendu à un propriétaire qui le modifie pour le rendre plus agréable à vivre. L'arrière est allongé, les ballasts supprimés pour libérer de l'espace intérieur, la quille est modifiée en ce sens et le lest augmenté. Il est utilisé pour de la croisière pendant une vingtaine d'année. En 1990, il passe entre les mains d'un nouveau propriétaire - Serge Legars – pour une navigation familiale autour de l'Amérique du Sud, qui n'aura finalement jamais lieu.

En 1992, il devient la propriété du Musée national de la Marine et entre en collection nationale. De décembre 1999 à juin 2000, le vainqueur de la Transpacifique est restauré à Cherbourg et à Vannes, dans l'esprit défini avec Eric Tabarly, pour qu'il puisse naviguer de nouveau. Grâce au soutien de de la Fondation Le Roc'h les Mousquetaires et de l'AFPA, Pen Duick V rejoint l'Ecole Nationale de Voile à Quiberont (ENVSN) et participe à de nombreux évènements "vitrine" : Festival de la Mer à Saint-Malo, Tall Ship Race à Cherbourg, 25ème anniversaire de la Nioulargue à Saint Tropez, Régates Royale de Cannes ou encore la Semaine du Golfe.

Depuis 2017, il appartient à l'association Éric Tabarly qui l'entretient et le fait naviguer.

Pen Duick V - Juris Cup - Marseille -G.MARTIN RAGET-BPCE

Reportage : Pen Duick V

Pen Duick V, la naissance de l'ancêtre des monocoques 60 pieds IMOCA

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...


Les plus beaux bateaux de légende
Navigateurs
A lire aussi sur Bateaux.com