Souvenirs iodés d'un skipper avec Justine Mettraux

Justine Mettraux est une skipper suisse qui après avoir navigué en Mini 6.50 puis sur la Volvo Ocean Race s'est lancée sur le circuit Figaro Bénéteau. Elle démarre une nouvelle saison sur le Figaro Bénéteau 3 aux couleurs de Teamwork.

Quel est ton premier souvenir en mer ?

Ce n'est pas en mer, mais sur le lac Léman puisque je suis Suisse. J'y ai fait mes premières navigations en famille avec mes frères et sœurs et mes parents. Ils avaient un Élan 33 et on allait naviguer pendant les vacances ou les belles journées.

Quel déclic t'a donné envie de te lancer dans cette carrière ?

Ça s'est fait petit à petit. Mais le déclic qui m'a donné envie de me consacrer plus à faire du bateau, c'était un camp de voile dans le sud de la France, où je me suis inscrite à mes 16 ans. C'était un skipper suisse qui l'avait monté pour former des jeunes à la voile.

L'idée c'était de pouvoir skipper un bateau en mer en sécurité, d'acquérir les compétences et la bonne attitude pour emmener des gens à bord.

As-tu eu un mentor ou un autre skipper qui t'a marqué ?

Les mentors, ça a été Jean-Paul Besler, qui organisait ce camp en mer et Bertrand Delesne, qui était aussi sponsorisé avant moi chez Teamwork. Il m'a aidé sur mon projet Mini et j'ai fait pas mal de courses en double avec lui.

C'est important d'avoir ce genre de personnes, qui nous pousse, qui nous aide à faire mieux et à nous investir dans nos projets.

Quel bateau t'a laissé le meilleur souvenir ?

Je dirais quand même les multicoques à bord desquels on régate en Suisse. Les D35 et M2 sont des bateaux sympas. (Le Décision 35 est une série monotype de catamarans de sport de 35 pieds, dédiés aux régates sur le lac Léman et le Ventilo M2 One Design est un monotype de 28 pieds, pur produit suisse).

Quelle est ta plus belle réussite de marin ?

Ma 7e place sur la Solitaire du Figaro, en 2017 pour ma 2e participation. J'étais vraiment satisfaite.

Au quotidien, quelle est ta pratique de la plaisance ?

Je n'ai pas beaucoup le temps d'en faire. Même si la croisière fait partie de ma formation, j'en fait depuis mon enfance. J'ai aussi fait quelques voyages au long cours.

J'apprécie toujours la plaisance, mais j'ai assez peu le temps de m'y consacrer. Mais dès que j'ai l'opportunité et un peu de temps, je pratique la croisière sur le Lac Léman ou j'essaye de faire des choses un peu différentes. J'ai un ami qui fait des expéditions dans le Nord, en Norvège par exemple et c'est quelque chose que j'aime faire.

Quelle est ta zone de navigation favorite et celle que tu redoutes ?

Ma zone de navigation favorite c'est la Bretagne et celle que je redoute, je ne sais pas trop.

Si tu n'avais pas été skipper, qu'aurais-tu fait ?

J'aurai enseigné. C'est ma formation de base, je suis institutrice.

 

Portrait

Justine Mettraux est une skipper suisse, qui tire ses premiers bords sur le lac Léman, en famille. À 16 ans, sous l'impulsion de sa sœur, elle suit un camp de voile dans le sud de la France et y découvre la compétition. À son retour, elle intègre le Centre d’Entraînement à la Régate de Genève. Entre 2008 et 2018, elle participe à trois Tour de France à la Voile, puis intègre le projet D35 Lady Cat pendant 2 ans.

En 2011, elle rencontre le PDG de TeamWork, et naviguera sous les couleurs de son sponsor lors de la Mini Transat 2013 en catégorie série. En 2014-2015, elle participe à la Volvo Ocean Race avec Team SCA.

Après une première saison 2017 en Figaro, elle termine 7e de la Solitaire du Figaro pour sa 2e participation à la course et 4e de la Transat Jacques Vabre en duo avec le skipper Bertrand Delesne. Pour l'année 2019, elle embraye avec une nouvelle saison sur le nouveau Figaro Bénéteau 3.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Gérard DARDÉ - 4 mois
La course a ne pas manquer c'est le Magellan Trophy en 2022.
Ajouter un commentaire...

Elan 33, la fiche technique

MarqueElan Yachts
ArchitecteJacobin Design
Longueur hors-tout10.35 m
Largeur3.30 m
Déplacement lège3 353 kg
Voir la fiche technique du Elan 33