Comment participer à la Mini Transat ?

Bien souvent, la Mini Transat sera le rêve d'une vie ! Elle a vu naître les plus grands marins - baptisés "Born to Mini", mais elle attire aussi à chaque édition son lot d'amateurs prêt à traverser l'océan Atlantique ! Mais participer à la Mini demande un dur parcours de qualification et un certain budget.

Une dure qualification !

Pour participer à la Mini Transat, le système de qualification est draconien. D'une part pour assurer leur sécurité, mais aussi pour les sélectionner, car à chaque édition ils sont plus nombreux à vouloir y participer qu'à le pouvoir. Le nombre de places est limité !

Pour espérer pouvoir traverser l'Atlantique, chaque prétendant doit avoir navigué plus de 1500 milles en course sur le bateau avec lequel il participera à la Mini-Transat, lors des épreuves inscrites au calendrier de la Classe Mini. Il doit aussi s'acquitter d'un parcours de qualification hors course d'au moins 1 000 milles.

" Ce parcours de qualification obligatoire est établi dans chaque bassin (Atlantique et Méditerranée). Ce parcours est une boucle que le concurrent doit effectuer une fois dans sa totalité. Il peut choisir l’endroit où entrer dans la boucle en fonction de son port de départ. Le parcours de qualification étant fait pour renforcer le sens marin des participants, ceux-ci peuvent, en cas de force majeure météo uniquement, décider de faire escale."

Ça coute combien d'y participer ?

Pour participer à la Mini, il faut déjà acheter un bateau, et c'est son prix qui déterminera le budget. Comptez entre 15 000 et 150 000 € (parfois plus pour un proto high-tech et parfois moins pour un proto fatigué). Dans tous les cas, il ne faudra pas compter s'aligner au départ de la course avec un bateau de moins de 50 000/60 000 € tout équipé.

Il faut ensuite budgétiser l'équipement du marin. C'est une course très sollicitante pour le matériel (on navigue le plus souvent trempé !), qui demande un équipement haut de gamme. Il est alors difficile de passer sous la barre des 2 000 € (gilet de sauvetage, bottes, longe OSR, PLB conseillé, sous-couche, salopette et ciré respirant).

La grande incertitude c'est le budget de fonctionnement. Celui-ci intègre des frais fixes :

  • Coût de participation aux courses de qualification : entre 3000 et 4000 €
  • Assurance transat (le marché est peu concurrentiel et Pantaenius est leader dans le domaine) : environ 4 000 €
  • Retour cargo : aux alentours de 8 000 € auquel s'ajoute la location d'un ber
  • Licence, stage de survie, stages médicaux, trousse à pharmacie, moyens de production d'énergie complémentaire…

Et des frais variables, comme le budget de fonctionnement du bateau en fonction de son état. À titre d'exemple, il faudra compter entre 10 000 et 20 000 € pour un jeu de voile de Mini 6.50.

Dans cette catégorie, on retrouve également la casse éventuelle liée à l'usure ou à des dommages inconnus, l'avitaillement (environ 6/7 € le repas lyophilisé et il en faudra entre 3 et 4 par jours pour environ 6 à 10 jours d'étape 1 et 13 à 20 jours d'étape 2), les billets d'avion, l'escale…).

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...