Le rôle de l’Hermione pour l'indépendance de l'Amérique à découvrir à Brest 2016

© Association Hermione Lafayette / Francis Latreille

C'est à bord de l'Hermione que Lafayette rejoignit Boston, le 28 avril 1780, pour aider les insurgés, et le Général Washington, à combattre les Anglais, pour l'indépendance de l'Amérique.

Le 20 mars 1780, La Fayette part rejoindre Boston à bord de l'Hermione – au départ de Rochefort - pour aider les insurgés à obtenir l'indépendance de l'Amérique. Gilbert du Motier de La Fayette, marquis de La Fayette, dit "La Fayette" est un aristocrate français, politicien et officier, ayant eu un grand rôle dans l'indépendance des États-Unis. Pendant son séjour en Amérique, en 1777, il se lie d'amitié avec le général Washington, et à son retour en France, en 1779, il réussit à convaincre le roi d'apporter leur aide aux insurgés contre les Anglais.

La France est d'accord pour soutenir Georges Washington et c'est donc ce que part annoncer le marquis. Georges Washington est le chef d'état-major de l'Armée continentale pendant la guerre d'indépendance. Il deviendra d'ailleurs le premier président des États-Unis en 1789.

Après 38 jours de navigation, l'Hermione arrive à Boston le 28 avril. Une de ses missions consiste à naviguer proche de Long Island et de New York, pour intercepter des navires ennemis. Le 7 juin 1780, quatre bâtiments britanniques viennent à la rencontre de la frégate. L'un d’entre eux est une frégate anglaise au nom de HMS Iris, de 32 canons. Elle est accompagnée de trois autres bateaux de plus petite taille. Après une longue bataille, l'Hermione réussit à mettre en déroute les 4 bateaux. Elle a subi de nombreux dégâts : gréement, manœuvres, voiles… et environ 10 hommes sont morts au combat.

L'Hermione continue de réaliser les missions qui lui incombent, accompagnées de la Surveillante, l'Amazone ou encore de l'Astrée, menée par La Pérouse. Elle surveille le trafic maritime, accompagne les navires, gère la remise des dépêches, installe les batteries à terre…

À la mi-mars 1781, l'Hermione participe à la bataille du Cap Henry. Les insurgés arrivent à vaincre l'escadre anglaise. De nouveau, en juillet 1781, l'Hermione livre bataille avec l'Astrée. Les deux frégates combattent contre six bâtiments de guerre, qui protègent une flotte marchande anglaise. Ils réussissent à vaincre leurs ennemis, mais avec la tombée de la nuit, les bateaux désarmés en profitent pour s'échapper. Les deux frégates françaises ne purent ramener qu'un seul bâtiment prisonnier à Boston.

Le 5 septembre 1781 a lieu la bataille de Chesapeake. Lafayette, Washington et le compte de Rochambeau mènent des milliers d'hommes pour encercler Cornwallis à Yorktown. Les troupes anglaises se trouvent coincées dans la baie de Chesapeake et sont dans l'impossibilité de recevoir de l'aide par la voie maritime, un blocus empêchant la flotte anglaise de passer. Les troupes franco-américaines remportent la bataille décisive de Yorktown le 17 octobre 1781. Suite à cette victoire, le traité de Versailles sera signé en 1783. Les 13 états britanniques deviennent donc indépendants et forment désormais les États-Unis d'Amérique.

L'Hermione subit des réparations à Boston jusqu'au 10 septembre 1781 et ne participe donc pas à la bataille de Chesapeake. Elle fera néanmoins le siège de Yorktown.

La frégate revient en France en février 1782 et est désarmée à Rochefort.

La fin de vie de l'Hermione

L'Hermione est envoyée aux Indes pour renforcer l'escadre de Pierre André de Suffren, qui mène bataille contre les Britanniques, pour le contrôle du golfe du Bengale. La paix est rapidement signée et la frégate regagne Rochefort en 1784. Elle continue d'escorter les navires marchands pendant les années qui suivent.

En 1793, en pleine révolution française, l'Hermione reprend du service comme navire de guerre. Le 20 septembre 1793, à la sortie de l'estuaire de La Loire, le capitaine, Pierre Martin, et l'équipage – peu expérimenté – font de mauvaises manœuvres et font naufrage. 14 ans après sa construction, l'Hermione coule en quelques heures, sur le plateau du frou, au large du Croisic.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Hermione, la fiche technique

MarquePort de Rochefort
ArchitecteHenri Chevillard
Longueur hors-tout66.00 m
Longueur de coque44.20
Largeur11.24 m
Tirant d'eau5.78 m
Catégorie CEA
Nombre de passagers80
Déplacement lège1 000 000 kg
Surface de voilure au près2 200 m2
Nombre de moteurs maximum2
Voir la fiche technique complète du Hermione
Reportage : L'histoire de l'Hermione

Le rôle d'une frégate et les missions de l'Hermione

La véritable histoire de l'Hermione, frégate du XVIIIe siecle