L'Hermione était en Nouvelle-Ecosse, pour une dernière escale américaine, pleine d'émotions


Depuis le 5 juin dernier, la frégate de la liberté visite des villes côtières aux États-Unis, retraçant le parcours de son ancêtre. Désormais, la fin du périple approche et c'est à Lunenburg qu'elle a posé ses amarres pour sa dernière escale américaine, le 18 juillet dernier.

Une dernière escale américaine

Après un 14 juillet passé à Castine, dans le Maine, l'Hermione a repris la mer dans la nuit du 15 au 16 juillet pour rejoindre Lunenburg, en Nouvelle-Ecosse. Pendant 48 heures, la frégate était amarrée dans le port proche d'Halifax, au Canada. Une escale à la saveur particulière puisqu'elle était l'avant-dernière en Amérique du Nord. La dernière étape américaine sera plutôt française, puisque le navire rejoindra Saint-Pierre-et-Miquelon le 22 juillet, avant son grand retour à Brest.

Le 5 juin dernier, l'Hermione arrivait à Yorktown, première escale de son périple américain. Ont suivi Mount Vernon, Alexandrie, Annapolis, Baltimore, Philadelphie, New York, Greenport, Newport, Boston et Castine, où l'équipage a reçu un accueil des plus chaleureux.

Une escale de deux jours très dense

C'est donc le 18 juillet que la réplique de la frégate de La Fayette est arrivée à Lunenburg pour deux jours d'escale. Courte, mais intense puisque l'équipage du bateau a eu des journées bien rempli "En à peine plus de 24 h, nous avons en effet accueilli plusieurs évènements privés, effectués la dernière relève avant la transatlantique avec le débarquement de 28 gabiers et l'arrivée de 30 nouveaux volontaires" rapporte le blog de l'Hermione.

La relève est un moment particulier pour l'équipage du bateau puisque c'est laisser les amis qui ont partagé l'aventure avec vous, pour en découvrir d'autres. "L'effet est encore plus marqué aujourd'hui, car ces semaines d'escales sont passées à une vitesse folle et on peine à croire que nous avons quitté la France il y a 3 mois exactement", lit-on sur le blog. D'ailleurs, en plus des deux gabiers, qui effectuent l'ensemble du voyage, il ne reste plus qu'un seul volontaire, parti en avril dernier de Rochefort.

En Nouvelle-Ecosse, Yann Cariou et son équipage en ont également profité pour se ravitailler, afin de tenir jusqu'à Brest. "Ce sont pas moins de huit palettes de fruits, légumes, conserves et surgelés que nous avons ainsi embarqués au petit matin ce dimanche. Le jeu, comme à chaque fois, est ensuite de faire tenir dans la cambuse, les frigos et les filets en batterie l'ensemble de ces vivres. Une sorte de partie de Tetris à base d'ananas, de viandes et de briques de jus de fruits..." relate le blog de la frégate.

C'est le 19 juillet à 14 heures que le voilier a repris la mer pour rejoindre Saint-Pierre-et-Miquelon. Affrontant l'Atlantique Nord et ses dépressions, dont l'équipage a eu un avant-goût pendant l'appareillage "effectué sous une pluie fine avec une visibilité proche de zéro."

Un peu d'histoire

Le centre historique de Lunenburg est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1995. C'est un peu un hommage à son ancêtre qu'a réalisé l'Hermione en navigant dans ces eaux. Puisqu'à l'époque, elle avait patrouillé au large de Lunenburg, le long des côtes du Saint-Laurent, avant le célèbre combat de Louisbourg en juillet 1781 aux côtés de l’Astrée, commandée par La Pérouse.

Crédits photos : Jean Dominique Lamy / association 

Réagir à cet article :
Jean Jacques - 26 Juillet 2015
Ce qui est dommage c'est que l'Hermione n'est pas eux autant de ferveur au USA comme en France. Aucun Obama pour venir voir l'Hermione qui méritait au moins ce geste de respect mais il est vrai que l'histoire et les ricains c'est difficles sauf lorsque cela peut leur apporter de l'argent..
Ajouter un commentaire...
Reportage : L'Hermione

Un 14 juillet aux couleurs françaises pour la dernière escale de l'Hermione aux États-Unis

L'Hermione met le cap sur Brest !

Photos