Voilier d'occasion - contrôler son gréement

Acheter un voilier d'occasion est une opération qui demande conseil et réflexion. Avant de se jeter à l'eau, il convient de vérifier quelques points clés. Nous avons fait appel à des professionnels pour nous indiquer leur préconisation. Ici, le GRÉEMENT avec Atelier Gréement.

Spécialiste dans le gréement, du mât au gréement dormant en passant par les drisses du courant, Philippe Berardo nous indique les points clés à vérifier sur un voilier d'occasion : "Face à un gréement, je procède en 2 temps : Je me renseigne sur l'âge du gréement et je réalise une inspection visuelle du pied à la tête de mât. Dans le gréement, on distingue le mât qui peut subir la corrosion, les câbles qui ont une durée de vie et le gréement courant qui s'use."

Âge du gréement

Pour connaître l'âge d'un gréement, il faut demander les factures de remplacement des différentes pièces. En général, un gréement dormant (hauban, étai…) a une durée de vie de 5 à 10 ans. Avec des disparités suivant qu'il s'agisse de câble monotoron ou de rod. Certain fournisseurs de câble comme ACMO gravent la date de fabrication sur les embouts.

Le gréement courant est considéré comme du consommable que l'on doit changer une fois usé.

Inspection visuelle

"Pour une inspection de gréement, il faut obligatoirement monter dans le mât. Chez Atelier Gréement, nous envoyons 2 personnes successivement qui produisent chacune un rapport détaillé avec photos à l'appui. Ces 2 rapports sont confrontés pour produire le rapport final. Il est inconcevable de ne pas monter au mât pour une telle expertise…"

 

Mât

Souvent en aluminium, le mât est sujet à électrolyse. Avant de fixer un accessoire dessus, il faut fortement l'isoler. Ce qui n'est pas toujours bien réalisé. Ainsi il faut vérifier les liaisons avec les barres de flèche, les fixations de platine de winch ou de bloqueur et même chaque rivet pop. Toutes les traces d'électrolyse doivent être traitées pour éviter que la maladie ne gagne du terrain.

L'inspection du mât consiste aussi à repérer les fissures qui se créent au niveau des points de fixation des haubans.

Un mât avec peu d'électrolyse peut se réparer, mais si l'aluminium est entièrement percé, il faut changer le mât. Une opération qui se chiffre en dizaine de milliers d'euros…

Une fois en tête de mât, il faut vérifier le bon fonctionnement de tous les réas, chercher des points de frottement et s'assurer du bon passage des drisses.

Gréement dormant

L'inspection du gréement dormant consiste à vérifier visuellement tous les sertissages des câbles, à la recherche du toron cassé. Il faut aussi vérifier le bon alignement des câbles. Ceux-ci ne doivent former d'angle à la sortie du mât. C'est souvent le cas avec les embouts en T qui travaillent mal.

L'examen consiste aussi à vérifier que les ridoirs fonctionnent bien. Ils peuvent se gripper s'ils n'ont pas été régulièrement graissés, ou au moins manipulés une fois par an. Un ridoir grippé et il faut le démonter en le coupant à la meuleuse…

L'étai sur le lequel est monté un enrouleur de foc sera aussi particulièrement surveillé. Si l'enrouleur fonctionne mal, c'est le câble que l'on force au moment de rouler la voile. Il faut donc surveiller son sertissage en tête de mât.

 

Gréement courant

Sur le gréement courant, on cherche les points d'usure. Comme on le ferait au moment de l'hivernage, le plus simple est de remplacer les drisses par des messagers. On peut alors juger des points d'usure de la gaine.

Aujourd'hui, il est possible de sur-gainer les parties usées ou même de remplacer totalement la gaine en conservant l'âme (si elle en vaut la peine).

Sur un catamaran, on surveille bien les bosses de ris qui encaisse de très gros efforts en bout de bôme avec de nombreuses zones de ragage. Une sur-gaine en Dyneema assure une plus grande longévité aux bosses de ris.

Atelier Gréement

Atelier gréement compte 3 personnes à Canet en Roussillon. Lancée en 2007, cette société s'est spécialisée dans les mâts, les câbles, les cordages, les enrouleurs… Elle possède aussi un savoir sur les plans de pont et propose des études pour disposer l'accastillage. Avec un parc de 900 m2 pour stocker des mâts en toute sécurité et un hangar de 200 m2 comprenant une boutique, et un atelier de sertissage, Atelier Gréement répond à toutes les demandes de matelotage. Une activité vers les toiles d'ombrage vient de se créer. 2015 voit le lancement d'un partenariat avec la voilerie North Sail : Atelier Gréement devant un agent de cette marque.

Plus d'articles sur les chaînes :

Reportage : Voiliers d'occasion

Bateau d'occasion - vérifier la mécanique

Voilier d'occasion - contrôler ses voiles

Réagir à cet article
Karine Garnier - 2 mois
Bonjour, je suis en formation AMMP à Rochefort (17), et je dois effectuer un stage de 3 semaines en janvier. Y a -t-il une entreprise d'entretien de gréement en Charente-Maritime ? Merci pour votre réponse. Karine
Ajouter un commentaire...
Pratique du nautisme
Voiliers d'occasion
A lire aussi sur Bateaux.com