196 ou 16 ? Téléphone ou VHF ?

À l'heure où le téléphone portable a envahi toutes les poches des cirés des marins, on peut se demander l'intérêt d'embarquer encore une VHF avec soi quand on quitte le port ?

Cette VHF archaïque, sur laquelle on ne peut pas parler en même temps et dont il faut tenir enfoncer une pédale pour parler semble bien moins performante que le moindre des téléphones portables actuels !

En plus, les administrations ont créé un numéro gratuit dédié au secours en mer : le 196. Un numéro qui met directement en relation avec le CROSS pour porter assistance en cas de pépin.

Malgré cela, la VHF reste le seul vrai moyen de sécurité en mer. Ne pensez-vous pas que le moyen de secours le plus rapide pour intervenir auprès de vous sera le bateau que vous voyez au loin ? Comment le prévenir de votre situation avec un téléphone ? Avec une VHF, vous l'appelez sur le 16 et il vous répond. Idem quand l'hélicoptère des secours est au-dessus de vous, comment communiquer avec lui ? Par la VHF bien sûr, pas par le téléphone.

Sans parler de portée du téléphone qui une fois éloigné des côtes, en absence de réseau, ne peut plus se connecter et même avec ce numéro d'urgence 196, ne prévient personne. Alors oui, il faut garder en tête ce numéro 196 qui pourra dépanner, mais prévoir un poste VHF à bord de son bateau sera une sécurité largement plus efficace.

Nous vous conseillons d'avoir toujours avec vous une VHF portable étanche. Les modèles de qualité comme l'Icom IC-M25 Euro ont fortement baissé de prix et sont désormais accessibles (moins de 200 €).

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...
Electronique marine
A lire aussi sur Bateaux.com