Bateaux.com
Magazine du nautisme, de la plaisance et de la mer

Pourquoi je flotte avec mon gilet de sauvetage ?

Sous forme d'un petit livret illustré, SECUMAR nous livre l'explication de la flottabilité d'un homme dans l'eau avec son gilet de sauvetage. Et comment la forme des gilets assure d'avoir la tête hors de l'eau pour pouvoir respirer.

Le

Que signifie le "N" sur mon gilet ?

La norme en vigueur sur les gilets de sauvetage définit 4 catégories de gilets caractérisées par l'unité Newton : 50 N, 100 N, 150 N et 275 N. Le Newton est une unité de mesure qui permet de définir la flottabilité. En plaisance, la norme conseille par exemple des gilets 150 N (Newton). Cela représente environ 15 kg de flottabilité ou aussi environ 15 litres.

De ce fait, on est en droit de se poser la question : "Comment un gilet de sauvetage de 150 N peut faire flotter un adulte pesant 75 kg ?".

 

Pourquoi un objet (ou un homme) flotte ?

Le fait de flotter n'a rien à voir avec le poids de l'objet à faire flotter. Un bateau flotte et pourtant il pèse lourd, prenez par exemple un supertanker. Le poids "terrestre" n'est pas le même sur l'eau. La flottabilité dépend de la densité de l'objet, le rapport entre le poids et le volume.

Un objet qui a une densité inférieure à l'eau va flotter. À l'inverse, il coule. C'est le fameux principe d'Archimède énoncé ainsi : "Tout corps plongé dans un fluide subit une force verticale, dirigée de bas en haut et opposée au poids du volume de fluide déplacé."

L'objectif du gilet de sauvetage n'est pas de soutenir l'intégralité du poids du naufragé au-dessus de l'eau, mais seulement avoir une poussée verticale pour lui maintenir les voies respiratoires hors de l'eau. La tête d'un adulte pèse entre 6 à 8 kg en moyenne, d'où le fait qu'un gilet de 150 N suffise à la tenir hors de l'eau.

 

Le dessinateur W. Hartung, pour le compte du fabricant de gilets SECUMAR, le démontre par quelques dessins très explicites :

 

Voici l'exemple d'un marin adulte.

Dévêtu, il pèse 75 kg

En le laissant tomber dans l'eau, il ne coule pas, mais flotte entre deux eaux.

Pour lui sortir la tête hors de l'eau pour lui permettre de respirer, on doit le soulager de seulement quelques kilos.

Maintenant si l'on prend le même marin habillé, il pèse 78 kg.

Une fois dans l'eau, l'air contenu dans ses habits l'aide à flotter.

Mais au bout de quelques temps, les habits s'humidifient et les poches d'air disparaissent. Notre marin commence à couler.

En le repêchant, on voit qu'il pèse beaucoup plus lourd. Ses habits sont mouillés.

Revoici notre marin qui se baigne. Ses mouvements le maintiennent à la surface.

Mais fatigué, il risque de se noyer.

S'il arrête de nager, le poids de sa tête fait basculer son corps sur l'avant.

Une simple enveloppe gonflable placée autour de la tête suffit à maintenir sa tête hors de l'eau.

Ce n'est pas le cas d'un gilet porté autour du corps.

De même si la flottaison est à l'arrière du gilet

Avec une flottaison au-devant de la potrine et autour de la tête, notre marin flotte avec les voies respiratoires hors de l'eau

C'est le rôle du gilet de sauvetage, qui reste efficace même si le naufragé est habillé.

Reportage : Gilet de sauvetage

Quel percuteur pour mon gilet de sauvetage autogonflant ?

La révision du gilet de sauvetage ?

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...


Recevoir l'actualité par email avec Bateaux Hebdo

Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter RECEVOIR BATEAUX HEBDO

Suivre l'actualité
du nautisme et de la mer
Recevoir l'actualité nautique gratuitement RECEVOIR BATEAUX HEBDO