Bateaux.com
Magazine du nautisme, de la plaisance et de la mer

La révision du gilet de sauvetage ?

Pourquoi réviser son gilet de sauvetage gonflable ? Même s'il ne sert pas souvent, même s'il n'a jamais été percuté, il convient de surveiller l'état de son gilet. Les fabricants préconisent une révision tous les 2 ans.

Le

Il n'existe pas d'obligation à réviser son gilet de sauvetage autogonflant. Contrairement au radeau de survie qui suit un circuit de révisions très précis, les gilets de sauvetage n'ont pas cette contrainte.

Bien sûr, tous les fabricants conseillent une vérification visuelle avant chaque usage. Il faut notamment vérifier les dates de péremption quand il y en a, comme sur les percuteurs hydrostatiques Hamar.

Le fabricant français Plastimo indique dans son catalogue qu'il est conseillé de rapporter son gilet dans une station de révision tous les 2 ans. Mais comment savoir où l'en est par rapport à la dernière révision ?

Le fabricant allemand SECUMAR se réfère à un organisme local, le FSR (Fédération allemande des équipementiers pour la sécurité en mer). Cet organisme appose une pastille en plastique (qui nous rappelle celle du contrôle technique automobile) qui indique :

  • La mention : « Next Service »
  • Le nom du fabricant SECUMAR
  • L’année de la prochaine révision au centre de la vignette: 2 chiffres (ex : pour 2018 => 18)
  • Les chiffres 1 à 12 représentent les 12 mois de l’année. Une encoche située sur le pourtour du support de la vignette indique le mois de la prochaine révision.
  • Numéro d’identification de la station de révision (ex : SN300 = SECUMAR).
  • La mention FSR indique que la révision effectuée répond aux strictes exigences du système de révision allemand du FSR.

Armé de cette pastille, le plaisancier voit tout de suite si son gilet est valide ou non.

La révision SECUMAR est importante et comprend :

  • Un test d'étanchéité du flotteur gonflé pendant une durée de 16 heures.
  • Un test du déclencheur automatique lors d’une activation après immersion dans l’eau.
  • Un examen du déclencheur automatique lors d’une activation manuelle.
  • Un examen de l’embout buccal.
  • L’insertion d'une nouvelle pastille de cellulose.
  • Le changement systématique des joints d’étanchéité.
  • L’examen des coutures et du système de fermeture frontale.
  • Le contrôle visuel et la pesée de la cartouche de CO2.
  • Le montage du déclencheur automatique avec contrôle électronique du couple de serrage.
  • Le renouvellement de la vignette de révision et d'emballage.
  • La documentation et contrôle final selon le système de management de la qualité (ISO 9001:2008).
  • Même si elle n'est pas obligatoire pour être en règle cette révision tous les 2 ans est fortement conseillée pour tous les gilets gonflants. Peu importe si le gilet de sauvetage a été utilisé ou est comme "neuf".

En France SECUMAR a mis en place un réseau de 10 stations de révision (accessibles depuis le site internet SECUMAR). Le prix de la révision est compris entre 35 et 50 € suivant le modèle de gilet à moins que vous ne préfériez le faire réviser directement en Allemagne à la maison mère (50,90 €).

Reportage : Gilet de sauvetage

Pourquoi je flotte avec mon gilet de sauvetage ?

Pour vous, le meilleur gilet de sauvetage !

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...


Recevoir l'actualité par email avec Bateaux Hebdo

Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter RECEVOIR BATEAUX HEBDO

Suivre l'actualité
du nautisme et de la mer
Recevoir l'actualité nautique gratuitement RECEVOIR BATEAUX HEBDO