MENUBateaux.com
Accastillage et équipements nautiques
SE CONNECTER

Remotorisation d'un Kelt 8 de 35 ans d'âge

Dans les années 70, les fabricants de voiliers n'équipaient pas leur bateau de grosses puissances. Quand le moteur vient à vieillir se pose la question de rajouter quelques chevaux pour plus de confort et de sécurité. C'est ce questionnement que nous raconte Adrien Wiot propriétaire d'un Kelt 8 M qu'il vient de remotoriser avec un Vetus 18 ch.

Le

Adrien Wiot n'est pas un inconnu pour les lecteurs de Bateaux.com. Avec deux autres compagnons, il a armé son Kelt 8 pour allier ses deux passions : la musique et la mer. Avec son voilier, il longe les côtes Bretonnes pour proposer des concerts de musique classique à l'escale.

Son Kelt 8 était équipé d'un Yanmar monocylindre de 8 ch. Le moteur d'origine qui affiche l'âge du bateau : 35 ans. Très bien entretenu, ce dernier fonctionnait très bien. Mais l'usure finit par faire son effet et des 8 ch d'origine, il n'en restait sans doute que 6 exploitables… Trop peu pour contrer le vent ou le courant de la marée.

Un échouage qui déclenche tout

C'est d'ailleurs la mésaventure qui est arrivée à notre jeune musicien. En voulant remonter le chenal du Croisic contre vent et marée, le voilier ne faisait que du sur-place. Ce qui a entrainé un échouage (heureusement bénin). Il était temps de penser à un nouveau moteur !

Remotorisation d'un Kelt 8 M
L'ancien moteur Yanmar de 35 ans d'âge

Quelle puissance choisir ?

Avant de commencer les recherches sur le moteur idéal, il a fallu commencer par choisir la puissance idéale. C'est auprès d'un mécanicien et d'autres propriétaires qu'Adrien a trouvé sa réponse. Le Kelt 8 supporterait 25 ch, mais cette "grosse" puissance ne servirait pas vraiment et 18 ch seraient suffisants. Va pour un 18 ch.

Quelle marque choisir ?

Au début, fort de sa bonne expérience avec son vieux Yanmar, Adrien s'est naturellement dirigé vers ce fabricant japonais. Mais les tarifs pratiqués l'ont rapidement fait déchanter. Plus de 15000 € pour un moteur de cette puissance, beaucoup trop pour sa petite bourse d'étudiant !

Finalement, c'est auprès d'un concessionnaire local, CG Méca à Arzal, qu'il a trouvé ce qu'il cherchait : un Vetus de fin de série qu'il a négocié à 4500 €. La base Kubota de ce bicylindre l'a rassuré dans son choix. C'est une base que l'on retrouve sur de nombreuses utilisations dans la marine ou ailleurs sur les tracteurs par exemple.

Une cale moteur adaptée ?

Avant de se lancer dans le changement de moteur, il faut vérifier si le nouveau modèle entre dans la cale moteur. Heureusement, celle du Kelt 8 est assez volumineuse et le nouveau Vetus n'a pas eu de peine à trouver sa place.

Tout de même plus long que l'ancien modèle, il a fallu reprendre le berceau en l'allongeant de 10 cm pour supporter le nouveau modèle. Cela à constitué le plus gros travail de cette remotorisation avec de la stratification obligatoire.

Remotorisation d'un Kelt 8 M
Première mise en place du nouveau Vetus

Faut-il changer tous les accessoires ?

Peu calé en mécanique, Adrien s'est questionné sur ce qu'il fallait remplacer en plus du moteur. Et ce fut la bonne surprise de cette opération. En effet, toutes les parties manette, câble échappement et réservoir sont restées en place. Le nouveau tableau de bord est venu remplacer l'ancien.

Remotorisation d'un Kelt 8 M
La nouvelle tripale et son coupe orin

Arbre et hélice, que faire ?

En revanche, il a fallu remplacer l'arbre d'hélice. L'ancien n'avait un diamètre suffisant pour supporter le surcroit de puissance. L'hélice aussi est remplacée pour bien transmettre la nouvelle puissance. Adrien a choisi de passer d'une bipale d'origine à une tripale. Il s'est interrogé sur l'opportunité de mettre une hélice repliable, mais devant le surcout pharaonique, il a remis le dossier à plus tard.

Que faire du vieux moteur ?

À l'issu des 3 semaines de chantier, Adrien avait encore son vieux Yanmar à recycler. Le mécanicien lui a proposé de le reprendre, mais pour une somme misérable (environ 100 €). La solution de le vendre directement sur un site de petite annonce (Leboncoin) a été préférable. En effet Adrien a réussi à le vendre 500 €.

Au final ?

L'ensemble des travaux a couté 8900 € tout compris (sortie de l'eau et remise à l'eau). Même si le choix et les décisions ont demandé beaucoup de discussions pour les choix techniques et financiers, Adrien est heureux de cette motorisation. Les premiers essais sont positifs.

En effet, le nouveau moteur vibre beaucoup moins. Sans doute que l'ancien n'était pas bien aligné (l'usure de l'arbre d'hélice l'a prouvé), mais aussi les silentblocs étaient en fin de vie. Côté bruit, celui-ci est diminué surtout vu l'absence de vibrations.

Reste à tester maintenant dans un fort courant, mais nul doute que les 18 ch feront merveille !

Si vous voulez suivre le projet "Violoncelle en mer", vous pouvez les aider en vous rendant sur la page suivante :

Kelt 8 M, le résumé du bateau

ChantierKelt
ArchitecteGilles Ollier
Longueur hors-tout8.25 m
Longueur de coque8.00 m
Largeur2.98 m
Tirant d'eau1.40 m
Déplacement lège2 400 kg
Surface de voilure au près40 m2
Nombre de moteurs maximum1
Carburant20 L
Voir la fiche technique complète et les photos du Kelt 8 M
Reportage : Remotorisation d'un Kelt 8 de 35 ans d'âge

Un Kelt 8 pour gagner la mer en musique

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...


Recevoir l'actualité par email avec Bateaux Hebdo

Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter RECEVOIR BATEAUX HEBDO

Suivre l'actualité
du nautisme et de la mer
Recevoir l'actualité nautique gratuitement RECEVOIR BATEAUX HEBDO