Le phénomène des disparitions du Triangle des Bermudes expliqué ?

Le Triangle des Bermudes jouit d'une triste réputation. Cette zone de près de 700 000 km se trouve dans un triangle formé par l'archipel des Bermudes, Miami et San Juan à Porto Rico. Et les légendaires histoires de disparation inexpliquées de navires et d'avions y sont monnaie courante. Tellement qu'on le surnomme même le "Triangle du diable". Des chercheurs de l'université de Southampton pensent pourtant avoir trouvé une explication à ces disparitions.

C'est la zone triangulaire entre l'archipel des Bermudes, Miami et Porto Rico, en plein cœur de l'Océan Atlantique, que l'on surnomme le Triangle des Bermudes. Des centaines de disparitions aériennes ou maritimes ont eu lieu dans cette zone, lui conférant sa sinistre réputation. D'autant plus soudaines qu'inexpliquées. Mais des chercheurs de l'université de Southampton ont buché sur le sujet pendant des années et ont établi une théorie pour expliquer ces nombreuses disparitions de navires et d'avions.

Dans le documentaire The Bermuda Triangle Enigma (l’énigme du Triangle des Bermudes), diffusé le 30 juillet sur Channel 5, les scientifiques expliquent que ces volatilisations seraient liées au phénomène des vagues scélérates.

Les vagues scélérates sont un phénomène naturel rarement observé de vagues immenses et soudaines qui se forment sans raison évidente. Elles sont décrites par ceux qui les ont vues comme des murs d'eaux verticaux qui viennent percuter les navires. Elles peuvent atteindre 15 m de haut et jusqu'à 30 m pour les plus impressionnantes.

Leur existence a été mise en doute jusqu'au milieu du XXe siècle, faute de mesure objective et malgré les descriptions des marins. Il faudra attendre 1997 pour que puisse être prouvée scientifiquement l'existence de ces vagues "tueuses".

Si une vague normale d'une hauteur de 3 m exerce une pression de 6 tonnes par m2, une vague de tempête de 10 m de haut peut exercer une pression jusqu'à 12 tonnes par m2. Une vague scélérate de 30 mètres de haut peut exercer une pression allant jusqu'à 100 tonnes par m2, soit une pression insupportable pour un navire.

Pour appuyer leur théorie, l'océanologue Simon Boxall et son équipe ont créé une maquette de l'USS Cyclops, un bateau de 165 m de long qui transportait une cargaison de 20 000 tonnes et qui disparaissait en 1918 avec 306 hommes à bord. Ils ont recréé le phénomène de vagues scélérates dans un bassin et en quelques minutes, la force des vagues a brisé la maquette du navire. Et les tests ont également révélé que l'impact était encore plus important en fonction de la longueur du navire.

Cette théorie des vagues scélérates pourrait donc expliquer la disparition des navires dans le Triangle des Bermudes, mais quid des avions ?

Réagir à cet article
Ajouter un commentaire...


A lire aussi sur Bateaux.com