Web série / Mini #880, l'aventure continue

Après avoir démâté puis voir son skipper hélitreuillé en octobre 2018, le Mini #880 a été récupéré et rapatrié jusqu’aux Sables-d’Olonne. Commence alors un long travail de remise en état pour Jean-Baptiste Ternon qui garde toujours ne ligne de mire sa participation à la Mini Transat 2019.

Des dégâts, mais pas trop

Les lecteurs de Bateaux se souviennent, j'ai été hélitreuillé au large de Belle Ile alors que mon Mini avait dématé après avoir été retourné 2 fois dans la tempête (retrouvez le récit de ce naufrage ici). C’est déjà une excellente nouvelle que le bateau ait pu être récupéré et ramené entier jusqu’à Lorient. Peu de dégâts sont à constater. Outre le fait qu’il lui manque un mât, le #880 a été abordé par un bateau de pêche alors qu’il était à la dérive. Ayant laissé ma balise AIS MOB (balise AIS personnelle d’homme à la mer) à bord pour que le bateau soit repéré par les autres navires et faciliter le repérage lors du sauvetage, je présume que les pêcheurs sont venus s’assurer que personne n’était à bord. L’intention est louable, mais leur accostage a laissé des traces sur le bordé bâbord. Je constate également que le panneau solaire a été arraché par la tempête.

Jean-Baptiste Ternon Mino #880

Organisation des travaux

Dès que j’apprends que le bateau arrive à Lorient, je monte en voiture avec ma remorque. L’après-midi même, il est gruté, posé sur ses conformateurs et attaché.

Je ne peux cependant pas le redescendre jusqu’aux Sables-d’Olonne avec ma voiture trop légère.

Commence alors un long travail administratif : organiser le rapatriement du bateau par la route, trouver le prestataire et faire un devis pour les réparations, commander un mat, gérer les échanges et tous les documents à transmettre à l’assurance…

Jean-Baptiste Ternon Mino #880

La main à la pâte

Les travaux de réparation ne commencent que mi-novembre 2018. C’est le chantier Eole Performance qui assure les réparations composites du bordé et remise en peinture. Je profite de ce passage au sec pour réaliser quelques travaux d’optimisations et d’entretien.

Quand on fait du Mini, il faut avoir toutes les casquettes. Je troque celle de la gestion administrative pour celle de préparateur : enduit, ponçage, matelotage, électricien, gréeur, je vais passer sur tous les postes.

Tout d’abord il me faut réenduire le bulbe de quille rayé par le talonnage à Lorient (au départ de la Chrono 6.50). Un léger coup de meuleuse pour faire disparaitre les bosses et je remplis les creux avec de l’enduit époxy. Puis il faut poncer à la main, patiemment jusqu’à retrouver la forme d’origine du bulbe.

Jean-Baptiste Ternon Mino #880

Optimisation de l'électricité

Chantier d’hiver rime aussi avec optimisation. Un partenariat avec Marineled et Epsilor va me permettre de migrer vers des batteries lithiums Electric Fuel. Je vais alléger le #880 de presque 60 kilos en débarquant les batteries au plomb. Outre le fait que les batteries lithiums soient plus légères par nature, la jauge de la Classe Mini 6.50 ne les autorise sur les bateaux de série qu’à condition que la production d’énergie n’utilise pas de carburant. Exit donc la pile à combustible et le méthanol par la même occasion. Il ne reste plus qu’à m’équiper de nouveaux panneaux solaires.

Pour terminer, je contrôle l’état de l’ensemble du matériel de sécurité et de spare. Je m’assure qu’il ne manque rien et que tout fonctionne. Je refais l’inventaire de chaque sac de matossage et vérifie les dates de péremption du matériel pyrotechnique. Mon expérience de survie m'a bien montré l'importance de bien se préparer au pire… 

Jean-Baptiste Ternon Mino #880

Mise à l'eau !

Mi-janvier 2019, c'est le grand jour ! Il est l'heure de remettre le bateau à l'eau. En 30 minutes, le bateau est gruté et descendu vers l'eau grâce à l’énorme travel-lift surdimensionné pour mon petit bateau. Dans l’après-midi, je prépare le mât pour le "planter" le soir même, aidé par des amis. Pour économiser quelques sous et aussi parce que c'est beaucoup plus facile, le mât est monté entre deux autres Mini. On amarre les trois bateaux à couple, fixons les drisses de spi à une cravate qui portera l’espar sous les barres de flèches.

Jean-Baptiste Ternon Mino #880

Les équipiers sur les bateaux d’assistance moulinent pour hisser le mât. Sur mon bateau je guide le pied du mât. Sur un Mini, le mât est traversant et posé sur la quille. 

On termine en sécurisant le mât avec les haubans avant de grimper libérer les drisses et la cravate. Une opération bien menée qui ne me coutera qu’une tournée de bière.

Jean-Baptiste Ternon Mino #880

Il reste encore un gros travail de matelotage et de réglage de mat avant de pouvoir reprendre la mer. Pour le matelotage, ça sera à grand renfort de tutos Youtube. Quant au réglage du mat, la communauté Mini est là pour m’aider et me donner le réglage qu’ils utilisent.

Plus d'articles sur les chaînes :

Vendée
Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...

Ofcet 6.50, la fiche technique

MarqueChantier Ofcet
ArchitecteEtienne Bertrand
Longueur hors-tout6.50 m
Longueur de coque6.50
Largeur2.98 m
Tirant d'eau1.60 m
Déplacement lège1 000 kg
Voir la fiche technique du Ofcet 6.50
Reportage : Récit d'un démâtage et d'un hélitreuillage

Démâté, j'ai été hélitreuillé en pleine tempête

Femme de marin, l'angoisse de l'accident en mer vécu depuis la terre