Régate : les limites de la priorité

Lors d'un croisement de voiliers en régate, des priorités s'appliquent aux coureurs. Mais être prioritaire en régate ne confère que des droits limités. Les priorités en course sont régies par les RCV (règles de course à la voile), voyons ensemble les règles qui encadrent et limitent les priorités afin de donner du piment au jeu et d'éviter les accidents.

Un jeu ne peut se faire sans ses règles, et chaque participant est censé les maîtriser. Nous connaissons maintenant les règles de priorités quand 2 bateaux se rencontrent. Cependant, une priorité intègre aussi ses propres limites.

Éviter les contacts

Les régates regroupent de nombreux voiliers sur un même parcours. Tout au long de la course, ils se croiseront souvent. La première des limites aux priorités est une mesure de bon sens. Les participants, prioritaires ou non, doivent tout mettre en oeuvre pour empêcher un accident.

Et c'est la règle 14 qui donne des limites aux priorités afin d'éviter le contact : un bateau dans son droit, mais qui ne fait pas TOUT pour éviter le contact est pénalisable.

Il faut noter - et c'est bien compréhensible - qu'en cas de contact sérieux (blessures, dommages matériels), s'il est établi que le voilier prioritaire n'a pas tout mis en oeuvre pour prévenir l'accident, cela entraîne presque à tous les coups la disqualification des concurrents.

Acquérir une priorité

Quand un voilier manoeuvre, comme durant un changement d'amure, il y a une certaine inertie. Afin d'éviter un flou dans la distribution des priorités qui s'appliquent aux voiliers durant cette courte période, les RCV encadrent l'acquisition des priorités.

C'est la règle 15 qui limite la priorité durant son acquisition : quand un bateau acquiert une priorité il doit au début laisser à l'autre bateau, la place de se maintenir à l'écart, sauf s'il acquiert la priorité en raison d'action de l'autre bateau.

Modifier sa route

La règle 16 encadre la modification de route du voilier prioritaire : quand un bateau prioritaire modifie sa route, il doit laisser à l'autre la place pour se maintenir à l'écart.

Si un bateau bâbord va passer à l'arrière d'un bateau tribord, le bateau tribord ne doit pas changer de route si cela oblige le bateau Bâbord à changer de route immédiatement. L'esprit de la règle est de ne pas mettre en danger un bateau concurrent en abusant d'une priorité.

Mais si vous laissez suffisamment d'espace à ce voilier, vous êtes dans votre bon droit. Et vous pouvez ainsi le déventer pour le ralentir. C'est ainsi qu'on peut observer des batailles de virement et d'empannage ou les uns tenteront de pousser les autres à la faute.

Sur le même bord

La règle 17 régit les limites de priorités pour les voiliers sur le même bord, en route normale : un bateau rattrapant qui vient s'engager à moins de 2 longueurs sous le vent d'un bateau, ne doit pas naviguer au-dessus de sa route normale tant que dure l'engagement.

Au , un bateau qui voudrait vous lofer n'aurait pas le droit si cela fait faséyer ses voiles au point qu'il n'est plus sur une route normale. Soyez vigilant au portant avec les bateaux sous spi tirant des bords, pour certains d'entre eux, leur route normale peut être très haute.

En cas de de pénalité

Et enfin un voilier qui effectue un tour de pénalité doit se tenir à l'écart des autres bateaux. Même si dans son tour à 360° il acquiert une priorité en aucun cas il ne pourra la faire valoir.

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...
Reportage : Régate, les règles du jeu expliquées

Régate : les priorités quand 2 bateaux se rencontrent

Régate : les règles du jeu expliquées