WindCursor, point d'information à réalité augmentée

Le Windcursor est un projet breton développé par le lieutenant de vaisseau, Alain Daoulas, en partenariat avec 3 start-ups : BookBeo, YD Ouest et E-mage-in 3D. Cet équipement de port interactif à l'ambition de révolutionner l'information des plaisanciers grâce à l'utilisation de la réalité augmentée.

Qu'est-ce que le Windcursor ?

Le Windcursor est un mât (2,5 à 6 mètres de haut) en haut duquel est accrochée une oriflamme, contenant des segments colorés d'une part et un motif d'autre part. Cette deuxième partie est entièrement personnalisable. "C'est une manche à air innovante, flagué avec un drapeau qui peut prendre tous les couleurs ou motifs que l'on souhaite. Dans la présentation, on retrouve le drapeau breton, mais c'est adaptable" nous explique Alain Daoulas.

Deux utilisations sont possibles. "Ce projet existe en version windcursor ou en version flash flag."

D'une part, les segments colorés sur le haut du drapeau permettent d'indiquer la force et la direction du vent, de façon mécanique et ludique, grâce à une aiguille. La légende est indiquée au bas du mât. D'autre part, le Windcursor flash flag est interactif et peut être reconnu ou "flashé" à distance par un smartphone. Ainsi, on peut accéder à des informations hyperlocalisées et ciblées.

"Pour commencer, on a décidé de lancer le windcursor, une manche à air d'une autre génération. Petit à petit, on a commencé à travailler avec 3 start-ups du Finistère, spécialisée dans les technologies et l'industrie maritime sur la reconnaissance visuelle du projet, en le boostant en réalité augmentée. Cette nouvelle technologie permet de faire "parler" l'objet. Des informations vont être données à l'objet et celui-ci va la renvoyer. On décuple l'information. Il n'y a aucune électronique, aucune balise GPS. La réalité augmentée permet de donner de l'information sans qu'elle soit portée d'informatique. C'est une nouvelle technologie avant-gardiste et très novatrice."

En flashant le drapeau, le plaisancier accède à une application mobile gratuite, Windcursor, qui lui permet de retrouver toutes les informations pratiques. Cette application est entièrement personnalisable. "Chaque drapeau sera unique et défini en fonction des besoins de la municipalité."

Booster l'activité des ports

"Dans les ports, l'installation d'un Windcursor version flash flag permet de donner les informations nécessaires dans la marina : places de port disponibles, commerces ouverts, ouverture de la capitainerie, prévisions météos, relevés de vent, marées, évènements… juste en flashant le drapeau."

Indiquer les places disponibles d'un port permet de favoriser le nombre d'escales d'une part et de proposer aux gestionnaires des solutions adaptées et novatrices. Cela permettra de limiter les bateaux restant aux mouillages, favorisant l'activité économique et touristique. Donner des informations locales aux touristes et aux plaisanciers permet de créer un lien direct entre les plaisanciers et les acteurs économiques locaux.

"Notre projet a la vocation de booster les commerces des ports, mais aussi l'économie locale. On va essayer aussi d'associer les surfs shop pour donner l'intérêt d'un plan d'eau par exemple."

Une première installation à Brest

Le Windcursor a été testé à Crozon-Morgat l'été dernier et sera installé au printemps, pour la première fois, sur la marina du Moulin Blanc à Brest. "La première application Windcursor indiquera la vitesse du vent ainsi que le temps de la Rade de Brest."

Présents sur le Nautic de Paris, Alain Daoulas et ses associés ont présenté leur projet aux grands ports français et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il plait. "On a déjà des contacts avec des grands ports."

Cet équipement est destiné aux ports, aux zones marines protégées, aux plans d'eaux, aux contextes sportifs ou encore aux sites SEVESO. "L'avantage c'est que c'est un panneau propre. Les pancartes sont interdites dans les espaces Natura 2000 alors qu'un drapeau est autorisé." Il peut aussi être utilisé dans la publicité, le commerce, la sécurité…

Plus d'articles sur les chaînes :

Réagir à cet article :
Ajouter un commentaire...